Exemple

25 février 2008

LA CALABASH, LA VRAIE !

La Calabash est une forme particulière de pipe en écume de mer: c'est celle qui est souvent associée au personnage de Sherlock Holmes. En réalité, Conan Doyle n'a jamais apporté une telle précision dans ses descriptions de la pipe qu'il faisait fumer à son célèbre détective. C'est le comédien William Gillette, premier interprète du personnage au cinéma, qui imposera cette forme. Ses successeurs lui emboîteront le pas.
Elle fut sans doute inventée par les colons néerlandais en Afrique du Sud au 19° siècle et introduite en Europe par les Anglais victorieux de la Guerre des Boers.

Depuis que la pipe en écume est fumée, les Autrichiens ont su particulièrement bien la travailler. Parmi les grands fabricants historiques, figure en bonne place la maison Strambach, à Vienne. Elle existe depuis 1904 et reste aujourd'hui la seule à faire des Calabash dans l'Union Européenne.

La vraie Gourd Calabash est constituée d'une courge , qui pousse en Afrique du Sud, sous une contrainte particulière pour lui donner cette forme, comme on le voit sur cette photo disponible sur le site de Strambach. Le légume est ensuite vidé, séché et poli.

On y insère un fourneau en écume de Turquie; celui-ci est amovible, juste retenu par une couronne de liège.

Mais plutôt qu'une Strambach, dont je ne suis pas certain qu'elle aurait été faite d'un vraie bloc de meerschaum (on parle sur leur site de "cultured meerschaum"), j'ai préféré opter pour un pipier turc qui n'utilise que des blocs entiers d'écume (et non de l'écume en poudre pressée, reconstituée...). Par l'intermédiaire d'un site américain, j'ai acheté cette pipe de Fikri Baki, qui apporte un soin à toutes les parties de la pipe, y compris au montage, au floc, au tenon, au tuyau, qu'il fait entièrement à la main...


Fikri Baki à l'oeuvre
Quant aux qualités de fumage, quelques jours de patience avant que je me prononce ici-même... A suivre !

20 février 2008

UNE PIPE DE BRIAN RUTHENBERG

Brian Ruthenberg a abandonné son métier de conducteur de poids lourds pour la conduite -sans doute plus délicate- de machines à fabriquer les pipes. D'autant plus délicate que les pipes qu'il crée sont des pièces uniques: il se refuse en effet, comme beaucoup d'artisans, à reproduire le même modèle en plusieurs exemplaires.

Pour acheter une Ruthenberg, il faut, au sens propre, se lever de bonne heure (c'est mon cas actuellement !) car ses réalisations, souvent mises en ligne le soir chez lui (il vit dans le Michigan, USA), sont vendues dans la nuit ou très tôt le matin pour nous. Bref, il faut avoir le clic rapide quand on a un coup de foudre !
Ce fut mon cas pour cette "bent apple", sablée naturelle, sans teinture, que Brian a juste couverte d'une couche de cire protectrice, comme il le proposait lui-même. Le tuyau en cumberland se marie à merveille avec le fourneau clair et les 46 grammes de l'ensemble me semblent plus que raisonnables. J'avoue être de plus en plus sensible à cette question du poids. Et je préfère les poids plume aux poids lourds. Que Brian et les routiers du Groupe me pardonnent o) !


La réception de cette pipe m'a causé un peu de souci ! Bloquée plusieurs jours par la douane en France, elle a finalement fait l'objet d'une taxe équivalente à 20 % du prix d'achat. Il faut le savoir, ça arrive, et après tout, c'est logique.

En fin de compte, elle me parvient ce 20 février, "journée internationale des fumeurs de pipe"... Je ne sais pas si ce genre d'opération a un grand impact, mais ça a le mérite d'exister et d'être sympathique !

Camarades pétuneur du monde entier, unissez-vous et sortez fièrement avec vos pipes dans la rue !

09 février 2008

> BRUXELLES, MA BELLE

Une journée à Bruxelles sous le soleil et une réunion conviviale avec des membres du Groupe Pipes et Tabacs.

En fin de matinée, nous nous sommes retrouvés, Belges et Français, au Roi du Cigare, où Philippe nous a accueillis chaleureusement. Un grand plaisir pour moi de rencontrer réellement des gens connus sur le forum internet.

Bien entendu, chacun a admiré la collection de tabacs et de pipes en vente dans ce temple du fumeur, en présence du maître des lieux, Philippe, et de son père.

De gauche à droite: Arthur, Patrick, Fred, Nicolas et Jean-Luc. Devant, Martine et au premier plan: Philippe.

Puis, ce petit monde passionné a prolongé le plaisir dans un restaurant d'Ixelles, Le Campus, qui est équipé d'un fumoir: une formule à méditer, pour nous autres Français si peu tolérants -et même intolérants- envers les fumeurs dans les lieux publics.

Un jour, comme Johnny, je demanderai peut-être la nationalité belge. Pas pour payer moins d'impôts, mais pour fumer la pipe plus facilement. Aurai-je plus de chance que Jean-Philippe Smet dans ma démarche ?

Inutile de dire que j'avais pris un kilo au retour: pas moi, mais mon sac, chargé de boîtes, de blagues et de paquets, pour les copains parisiens...

Merci à toutes et tous pour ce moment délicieux !

01 février 2008

> SOIREE PRIVEE, MAIS PAS PRIVEE DE TABAC

Puisqu'il est maintenant strictement interdit de fumer dans les lieux publics en France (on aurait pu continuer à l'autoriser dans les bars-tabacs, quand même !), une solution: se réunir dans des lieux privés, entre amis. C'est ce que nous venons de faire, avec certains membres du groupe Pipes et Tabacs.





Il y avait Michel, les trois Alain, Jean, François, Fred, Patrice, Rémy, Didier, Gérard... pardon pour ceux qui ne sont pas sur les photos...
Nous nous sommes retrouvés jusqu'à plus de minuit, autour de Pierre, pour échanger quelques victuailles, de bonnes boissons et...du tabac (ce n'est pas un gros mot, surtout quand il est consommé avec modération, comme un bon vin ou un vieux whisky). Chacun est venu avec ses pipes et ses blagues, voire ses bonnes blagues; certains avec leurs connaissances pipières, d'autres avec leur soif de découvertes.

Bonne ambiance et bonnes pipes, comme le montrent ces images. Les différents Virginie en flake ont eu un certains succès !
Croyez-moi, des moments comme celui-là, il y en aura d'autres ! Le prochain se déroulera d'ailleurs à Bruxelles, en plus petit comité, au Roi du Cigare, le 9 février à partir de 11 heures du matin, le patron des lieux, Philippe, ayant construit un fumoir.
PS: l'avant dernière photo a été prise par Fred et la dernière par Gérard.