27 décembre 2007

UNE CHARATAN "TRAFALGAR"

En 1863, à Londres et à l'ombre de la célèbre Tower of London, Frederick Charatan, un émigré russe, ouvrit une échoppe de pipe. Longtemps, la maison fabriqua en petites quantités jusqu'au rachat de l'entreprise par Herman Lane, en 1960: il en fit une marque plus productive, visant en particulier le marché américain. Ce ne fut pas pour autant une mauvaise période, car les Charatan de "l'ère Lane" sont souvent considérées comme de bonne qualité, même si certains collectionneurs ne jurent que par l'époque d'avant la cession.

Le dernier atelier "100 % Charatan" ferma en 1982. Depuis ces années 80, Charatan fait partie du groupe Dunhill. On retrouvre d'ailleurs des formes de l'autre maison londonienne, mais souvent avec une particularité sur le tuyau: l'épaisseur est moindre dans la partie finale, pour un meilleur confort en bouche (un type de tuyau et de lentille qui existe depuis les années 1960).

Celle que je possède (photo) a été faite dans les usines de Dunhill et fait partie de la série Trafalgar. Elle n'est donc pas ancienne, ne coûte pas cher et n'intéresse pas les collectionneurs. Mais elle fume très bien ! La bruyère n'a aucun défaut et, même si elle ne présente ni flamme ni loupe, je l'aime beaucoup: la teinte contrastée (rouge et noire) met en avant l'intéressante complexité du grain.
Un achat effectué sur le site de Rafa Martin, qui à mon sens offre des prix attractifs et un excellent service.

> SEMOIS QUE J'AIME

Je ne sais pas si c'est un "vrai" semois: en tous cas, il me semble très légèrement aromatique et il est sûrement mélangé avec d'autres feuilles. Rappelons que la Vallée de la Semois se situe dans les Ardennes belges et qu'il reste - mais pour combien de temps? - quelques cultivateurs de tabacs au goût typique.

Ce Semois Florina me donne en ce moment beaucoup de plaisir: bonne coupe moyenne, taux d'humidité satisfaisant, combustion facile. Il peut être une excellente entrée dans le monde des tabacs bruns. Je le prends dans mes "rotations", aux côtés des Caporal, d'autres semois et de certains virginie.
Ne le cherchez pas ailleurs qu'en Belgique: vous vous casseriez le nez.
Enfin, petite précision de prononciation: on dit bien "semois" et non pas "sémois", comme on l'entend parfois.

26 décembre 2007

> IL CEPPO: LA RACINE ET LA BRUYERE

En italien, "ceppo" signifie "racine". Si l'on remonte, justement, aux racines de cette maison artisanale sise à Pesaro, on trouve les noms de Mario Lubinski et Giorgio Imperatori. En 1978, ces deux hommes ont créé cette petite entreprise, qui a pris la dénomination Il Ceppo lorsque Franco Rossi est arrivé dans l'équipe.

Le sablage des Il Ceppo est d'une beauté à couper le souffle (ce qui, pour un fumeur de pipe, serait dommage...). J'aime la profondeur des méandres formés sur celle que je viens de faire mienne. Et ses lignes de vie sont sublimées par une double teinte.
Pas de doute: pas de beau sablage sans belle bruyère ! C'est d'ailleurs ce que confirme Alain, du Groupe Pipes et Tabacs qui est devenu, en tant qu'amateur, un orfèvre en la matière. Nous en reparlerons !

Cette Il Ceppo avait le tort d'être préculottée: Pierre, de La Pipe du Nord, a procédé pour moi au travail de "dé-préculottage". Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire !

25 décembre 2007

LE LIVRE DE REFERENCE !

L'auteur est journaliste, fumeur de pipe, collectionneur, président du Pipe-Club du Portugal: José Manuel Lopes a mis des années à élaborer ce livre, travaillant à ses heures perdues, de jour comme de nuit, collectant partout dans le monde informations et photos. Le résultat est à la hauteur du labeur: un tour de la planète pipière, présentant, avec le plus d'éléments possibles, les pipiers artisanaux et industriels. Ils y sont tous, ou presque. Un absent: notre ami Pierre Voisin, de La Pipe du Nord, alors que d'autres adresses parisiennes, où l'on ne fabrique pourtant plus de pipe, y sont nommées.

D'abord publié en langue portugaise, l'ouvrage a été traduit en anglais. J'en suis l'un des heureux possesseurs depuis aujourd'hui, puisque je l'ai trouvé au pied du sapin ! Pour une fois que ce n'est pas une pipe...

J'ai acheté ce livre chez Jean-Pierre Petyt et c'est Didier, du Groupe, qui me l'a rapporté de Belgique. Il s'ajoute aux quelques autres livres pipiers de ma bibliothèque.

16 décembre 2007

"PIPES ET TABACS" 2008: MISE A FEU !

En février dernier, nous avions lancé le projet de pipes du groupe "Pipes et Tabacs" 2008. Puisqu'il est a priori sans intérêt pour un artisan de reproduire en grand nombre d'exemplaires un même modèle et compte tenu du fait que les goûts et les couleurs sont -heureusement- multiples chez nous, il a été décidé de faire des modèles différents: chaque "tête de pipe" aura un objet unique !

Pierre Voisin, notre artiste-pipier, a bien voulu s'adapter aux demandes des uns et des autres: telle forme, avec tel tuyau, telle ou telle teinte, avec ou sans bague, virole, allonge...un vrai casse-tête !

Bref, après neuf mois de gestation, elles sont arrivées en cette fin d'année, comme prévu. Le résultat ? Je vous laisse admirer la qualité des bruyères choisies et la perfection du travail. Et comme d'autres membres ont rejoint le Groupe depuis et que certains ont émis le voeux de posséder également leur pipe de l'année, il y aura sans doute encore des petites soeurs au début 2008.

Photo Fred (Fpf)

Ce fut une très belle aventure, pour laquelle il faut remercier bien du monde: Pierre, bien entendu, mais aussi son épouse Valérie, Gérard et Chris qui ont fabriqué les étiquettes, Fred pour les photos, Jip qui a mis en page les différents tableaux sur le forum... Pardon, si j'oublie quelqu'un... C'est comme aux Césars ! En tous cas, les bonnes volontés n'ont pas manqué une nouvelle fois. C'est un état d'esprit qui me touche beaucoup.

Pour marquer le coup, nous avons organisé cet après-midi à 16 heures un premier allumage, une mise à feu simultanée de nos pipes, devant nos ordinateurs. Un joli symbole, pour saluer l'oeuvre accomplie, partager le même plaisir, au même moment. Avec ces "P.D.G.", l'année 2008 ne saurait être vraiment mauvaise !

Ma Pipe du Groupe "Pipes et Tabacs" 2008, avec tuyau en résine

09 décembre 2007

> UNE JEANTET "JUBILE"



Dominique Jeantet, dernier pipier de la lignée

La maison Jeantet travaille le bois à Saint-Claude depuis 1775: d'abord dans la fabrication de tuyaux de pipes en terre, puis au 19° dans le travail du buis et de la bruyère.
A partir de 1920-1930, la société Jeantet-David ne crée que des des pipes en bruyère.

Depuis 1991, la marque Jeantet fait partie du même groupe que Chacom (Cuty-Fort). Dominique Jeantet, dernier pipier de la famille, a cessé son activité en 2000. Les Jeantet sont donc maintenant faites dans les ateliers Chacom.
Cette authentique Jeantet "Jubilé 1975", marquant les 200 ans de l'activité commerçante de la famille, a été achetée neuve chez Georges