07 mars 2007

> PIPE TALBERT BRIAR

Trever Talbert doit bien avoir des ancêtres français, voire bretons: il existe en effet dans les Côtes d'Armor un lieu appelé "Le sillon de Talbert"... C'est par conséquent un retour aux sources qu'a peut-être fait Trever, accompagné de son épouse Emily, en quittant la Caroline du Nord pour le sud de la Bretagne, en 2002.
J'ai eu le plaisir de rencontrer les Talbert en août 2004.

Depuis, Trever a supprimé le magasin et se consacre uniquement à son atelier, ne vendant ses pipes que sur internet.
L'un de ses dons est celui du sablage, comme on le voit sur cette Talbert Briar qu'il vient de réaliser. Connaissant un peu Trever, je l'imagine ayant travaillé de nombreuses heures, très tard le soir, pour apporter à cette pièce unique son absolue perfection. Et ne dérangez pas un Trever qui travaille ! Il est totalement concentré sur ce qu'il a entre les mains.
Cette pipe Talbert Briar est taillée dans une bruyère grecque que Trever avait obtenue en gagnant le concours de la revue "Pipes and Tobaccos", auprès du pipier Al Baier (de Manchester, dans le Vermont aux USA). Ce dernier avait acheté une grande quantité de plateaux en 1982...
Quant au tuyau, c'est le tout premier que Trever réalise dans l'ébonite haut de gamme de la nouvelle entreprise allemande SEM (Schönberger Ebonite Manufaktur).
La forme de la pipe ? Difficile de la faire entrer dans une catégorie précise; elle a bien quelque chose de la "pickaxe", mais Trever préfère l'appeler "goblin", c'est à dire lutin... à condition de la mettre à l'envers, elle a bien effectivement un chapeau pointu...

06 mars 2007

PIPE CAVICCHI

Les Cavicchi, Daniela et Claudio, travaillent en duo depuis 1974. Leur activité pipière est d'une certaine façon secondaire, car ils sont fermiers et producteurs de fruits et légumes et exercent à Baricella, dans la province de Bologne en Italie.

La bruyère étant après tout une plante comme une autre, c'est en fin connaisseur de la nature et du terroir que Claudio va lui-même sélectionner ses plateaux en Calabre et en Ligurie. Il procède ensuite à un traitement spécial et secret de trois ans...Mystère et boule de gomme...

L'une de leurs spécialités est le rusticage, dont vous pouvez voir l'heureux résulat sur cette pipe de forme Dublin, classée dans la catégorie C , l'entrée de gamme si vous préférez. Et quelle entrée de gamme !
A propos du travail de fabrication de Claudio et le rusticage réalisé par Daniela: http://www.theitalianpipe.com/make/cv/cvlab.htm.

Parmi les revendeurs des pipes Cavicchi, figure en bonne place Tarek Manadily, du site www.theitalianpipe.com, basé à Giubiasco en Suisse italophone. Tarek travaille avec passion et va choisir en personne ses pipes chez les Cavicchi.

PIPE LASSE SKOVGAARD

Lasse Skovgaard Jorgensen, jeune pipier danois, est le fils de Benni Jorgensen, formé par Teddy Knudsen et ayant travaillé pendant de nombreuses années pour la célèbre maison Larsen, dont le magasin a malheureusement fermé à Copenhague.

Lasse fabrique depuis 2005 sous son propre nom, mais reste aux côtés de son père, à Praesto, au sud du Sealand, l'une des principales îles du Danemark que j'ai visitée en partie en avril 2006.

Cette pipe, de taille moyenne, est d'une forme que l'on pourrait appeler "dublin freehand", avec une intéressante recherche de mouvement dans le travail de la bruyère et un sablage,certes peu profond, mais mettant relativement en valeur le veinage du bois en cercle ( ring grain).

Elle vient du site de Jeff Folloder (www.smokingpipes.com) au sujet duquel j'émets une petite critique: il m'avait été précisé - en réponse à ma question- que le tuyau était en acrylique; il est en réalité en ébonite, comme c'est d'ailleurs le cas pour toutes les pipes de Lasse que j'ai vues. De plus, ce tuyau a été conservé à la lumière, car il semblait un peu passé et donnait en bouche un léger mais désagréable goût de soufre. Un bon nettoyage a suffi à lui redonner brillant et jeunesse. J'ai signalé cette erreur à Jeff, qui était tout étonné de cette confusion et qui m'a proposé de lui renvoyer la pipe. Mais il n'en est pas question: je l'aime beaucoup !