21 décembre 2008

> ALI BABA EN HAUTE-SAVOIE


 

Pascal Piazzolla, français d'origine italienne, cousin d'un célèbre chanteur argentin, employé à Saint-Claude, a quitté le Jura en claquant la porte pour les Alpes il y a trente ans, après avoir oeuvré chez la plupart des pipiers de la ville, notamment en tant que commercial.
Il est maintenant en attente d'un repreneur.


C'est dans cette Haute-Savoie prématurément et fortement enneigée que nous lui avons rendu visite: à Aviernoz, village au dessus d'Annecy, Thérèse et Pascal ont en leur possession une véritable caverne d'Ali Baba. De quoi rendre fou tout amateur de bruyère ! Les deux se complètent parfaitement: Pascal fabrique et répare les pipes et Thérèse s'occupe du polissage et du lustrage.
A bras ouverts, ce couple accueille les visiteurs dans ce véritable musée-atelier qui jouxte leur habitation et qui renferme des centaines de milliers de pièces: des têtes de pipe ( la gamme allant des ordinaires aux superbes flammées), des tuyaux, des viroles... un stock provenant en partie de l'ancien pipier de Saint-Claude, Jean Chretin. Sans parler des machines, des tours et des outils.
Sur deux étages, un véritable supermarché de la pipe, qui ravira les fumeurs et les pipiers professionnels ou amateurs qui pourront venir chercher ici leur matière première, ce qu'ils font d'ailleurs.

 
Pascal ne cache pas qu'il souhaite vendre. Car après plus de quarante ans passés dans les ateliers et sur les routes, il voudrait, peu à peu, céder son matériel, y compris le petit musée qu'il a constitué au fil des décennies. Alors, à qui le tour ?
Mais ne rêvons pas. Qui voudrait aujourd'hui se lancer dans cette activité avec un matériel et une matière aussi importants ? Il est plus vraissemblable que la vente se fera par pièces et non dans une seule transaction. Le problème est sans doute plus épineux pour la partie musée. Il faut trouver le collectionneur, l'association ou la collectivité locale qui désire investir pour la mémoire et pour la sauvegarde de ce patrimoine pipier.

JEAN LACROIX: LES DERS DES DERS

Pascal et Thérèse sont des voyageurs: une partie de l'année, ils n'hésitent pas à parcourir la France et les pays voisins à bord de leur camionnette pour aller rencontrer les patrons de civettes et de bureaux de tabacs et leur vendre directement des pipes Piazzolla.
Longtemps, Pascal a été le représentant de Jean Lacroix, un excellent pipier de Saint-Claude, disparu l'an dernier. De ce stock de Lacroix, il ne reste que quelques pipes neuves, âgées de plus de trente : des bruyères bien sèches et d'une remarquable douceur dès le premier fumage, nous pouvons en témoigner. Et c'est chez Pascal qu'on les trouve... sans doute pas pour longtemps.

Ci-dessus: peut-être les toutes dernières Jean Lacroix

Pascal Piazzolla, 16 A chemin entre deux nants, 74570 AVIERNOZ portable: 06 07 41 79 18

Fabrication, vente, réparations toutes marques. www.piazzolla-pascal.com/
__________________________________________________
EN BREF...

-Dernière minute:
Le Lleida Pipa Club (Catalogne, Espagne) organise la première compétition internationale en Andorre pour le 2 mai 2009. Le concours sera individuel et par équipes (clubs). La pipe de la compétition sera réalisée par Vilma Armellini. Vous pouvez voir plus d'informations sur le site du LLPC :www.lleidapipaclub.com .

-Damien Weis arrête. Le jeune pipier prometteur, employé chez Butz-Choquin, quitte le monde de la pipe pour se lancer dans une toute autre activité professionnelle.

-Le pipier lituanien Sergei Senatorov offre 30% de réduction pour les fêtes de fin d'année. Son site: http://www.senatorov.lv/ . Lui écrire à senatorovpipe@rambler.ru.

-"Epipephanie"...Patrick Cornu, du Cadre Noir à Epinal, propose des fèves en forme de pipes ! Site: cnoir.free.fr/ . Téléphone: 03.29.35.17.71 .
_________________________________________
La rédaction de PIPE GAZETTE vous souhaite de joyeuses fêtes !
Pour nous contacter: pipegazette@hotmail.fr






14 décembre 2008

> DU TABAC CHEZ OBAMA: IWANRIES À CHICAGO

Chigaco, la ville du blues, du nouveau président américain et du Cook County est un haut lieu des amateurs de pipes et de tabacs. C'est en effet sur les bords du Lac Michigan que se tient chaque année début mai le plus grand "pipe show" du monde. Le prochain aura lieu les 2 et 3 mai 2009: 300 exposants, 15 dollars l'entrée. (Renseignements en anglais auprès de fpburla@aol.com).
C'est également dans cette ville de l'Illinois qu'existe, depuis 1857, un établissement de référence dans ce domaine: Iwanries.
Cette maison est le royaume des pipes, tabacs, cigares et accesoires, dans une ambiance cosy que nous fait découvrir Alain Tenibor, qui était en quelque sorte l'envoyé spécial de PIPE GAZETTE sur place. Dans un pays devenu hygiéniste (ce qui nous est arrivé en Europe par ricochet), il est réconfortant de savoir que subsistent des espaces où les fumeurs modérés et passionnés peuvent venir chercher les objets et les fruits de leur passion.

MA VISITE CHEZ IWANRIES, par Alain Tenibor (à droite sur la photo)Situé en étage, vous percevez l'odeur du bon tabac en sortant de l'ascenseur. Couloir, moquette épaisse, boiseries, tableaux de fumeurs de pipes ou de cigares, avant de pénétrer dans le grand espace de vente.Trois jeunes vendeurs vous saluent et vous laissent circuler tranquillement entre les différents comptoirs.
Le choix des tabacs exposés est important et cependant certains demandés étaient dans une autre pièce, notamment leur propre production fournie dans de jolies pochettes alu étanches.
Le choix des pipes est impressionnant, des armoires, des tiroirs, si j'ai bien compris plus de mille pipes en stock.
Le patron, chalheureux et patient, me conseille. J'étais venu pour une pipe maison, je suis reparti en plus avec une Sasieni 4 dot en "promotion de Noël" et une pochette d'IRC virginia flake offerte. Je suis passé devant le salon fumeur, où chacun peut venir comme il veut fumer et lire éventuellement un journal, enfoncé dans un grand fauteuil. Si vous allez à Chicago il faut passer chez IwanRies, de plus l'Art Institute est tout près s'il vous reste du temps !


Ci-dessus: L'équipe d'Iwanries en 1927
Iwanries, 19 S. Wabash Ave.2nd Floor, Chicago, IL 60603, tél. (800)621-1457 . Site internet: www.iwanries.com/ (NDLR. Malheureusement, la maison répond difficilement aux emails).
______________________________________________
EN BREF...
- Le blues pour Mike: cessation d'activité définitive du site Briarblues de l'américain Mike Glukler. Beaucoup d'amateurs appréciaient ses estates à petit prix.
-Une grande vente aux enchères de pipes et d'objets divers du collectionneur Maurice Raphaël (décédé en 2007) aura lieu le samedi 31 janvier 2009 à Marseille, à l'Etude Leclere, située 5 Rue Vincent Cordouan en plein centre de la ville. (Tél:04 91 50 00). Maurice Raphaël était un grand spécialiste de la pipe en terre.
-Sébastien, le frère du piper Thierry Melan rouvre son blog "Le Fumoir". Sébastien est un amateur de tabacs à pipe et de cigares.
-Plus de morta ? Le pipier américain Trever Talbert, installé en Bretagne, annonce qu'il arrive au bout de son stock de chêne fossilisé, extrait des marais de Brière. D'autres artisans utilisent ce morta: les allemands Tom Richard et Reiner Thilo et, plus récemment, l'italien Paolo Becker.
-Un nouveau numéro de Boutique Pipe vient de paraître: Chacom, le Musée de Saint-Claude, les tabacs Pöschl et les collections de pipes sont au sommaire. Ce magazine est vendu par abonnement. Contact: 04 90 14 61 41.

07 décembre 2008

> BIENVENUE CHEZ LES GONES !


Chez les Nicolas, on ne fait pas dans le cep de vigne, mais dans la souche de bruyère. Quatre générations, une passion et un seul nom :
-Jean NICOLAS (I) fonde la maison en 1885. Il ouvre sa première boutique sous le péristyle de l’Opéra et y vend les premières pipes de la marque NICOLAS.
-Jean NICOLAS (II) lui succède en 1922.
-Jean NICOLAS (III) prend la suite en 1950.
-Jean NICOLAS (IV) rejoint son père à 16 ans, en 1960; il décide de remonter l’atelier de l’arrière-grand-père et utilise ses outils pour ses premières créations…



D'abord situé sous les arcades de l'Opéra, puis dans le passage de l'Argue, le magasin a trouvé son adresse actuelle en 1987. Sa vitrine est déjà une belle promesse: bruyère, terre et écume s'y côtoient en harmonie. Jean est un vrai fumeur de pipe. Ca se sent dès que l'on entre dans la grande et généreuse boutique et dans l'atelier qui la jouxte. Des parfums de Caporal ou de Semois.

Cet homme chaleureux vous accueille en prenant le temps.

Le temps de vous expliquer sa passion, de vous montrer les réparations qu'il réalise. Il est notamment le réparateur officiel de Dunhill pour toute la France et d'autres pays européens et par conséquent autorisé à marquer les tuyaux du fameux point blanc. Selon des témoignages que nous avons recueillis, son travail sur ces dignes anglaises est particulièrement soigné.
Le temps de vous ouvrir vitrines et tiroirs emplis de pipes de Saint-Claude, mais aussi d'italiennes, de danoises, d'anglaises, d'irlandaises... et même de lyonnaises !

Oui, car Jean Nicolas est maître-pipier, selon l'expression consacrée dans le Jura voisin, et il fabrique lui-même des modèles de formes très classiques. Ses bruyères sont douces comme la soie. Chez les canuts, cela s'impose.


Le temps de conseiller: car étant tombé dans la bruyère quand il était petit, il aime communiquer sa passion et donner quelques conseils.

"
Beaucoup de jeunes viennent me voir pour se mettre à fumer la pipe. Je leur apporte les conseils nécessaires pour bien débuter. C'est essentiel, car une mauvaise expérience conduit souvent à l'abandon. Acheter une première pipe, même à 30 euros, c'est une démarche importante", explique notre hôte qui affirme avoir 15°/°de femmes dans sa clientèle.
Jean dispose depuis cette année d'un site internet: www.pipes-jeannicolas.com/ . C'est une belle vitrine de ses activités, mais il ne propose pas pour l'instant de vente en ligne. Il faut dire qu'entre son travail au magasin et à l'atelier, il a peu de temps à donner à son ordinateur. Et une fois rentré à la maison, ce sont les "gones" qui priment !

PS: concernant les écumes, nous lui avons demandé s'il les fabriquait. Jean Nicolas est un homme honnête et il nous répond: "Je ne fabrique pas la tête en écume, j'achète des pipes ébauchées que je "retravaille" montage, tuyau, cirage (blanc de baleine et cire vierge d'abeille), polissage..."

Jean Nicolas à Lyon: 5 rue Gasparin, à deux pas de la place Bellecour. Tél: 04 78 38 09 27. Fermé dimanche et lundi.


__________________________________________________
EN BREF...
-Avis aux amateurs de vieilles bruyères algériennes: le "Smokiana Pipeshop" d'Amsterdam en Hollande (Prinsengracht 4881017 KH) dispose encore d'un stock de pipes Amiel neuves, fabriquées en Algérie avant l'indépendance.
-Le Club des fumeurs de pipe de Montréal (Canada) est "rallumé" ! Il présente même un site internet: www.montrealpipeclub.com/ .
-Le Championnat de France 2008 à Dijon a vu la victoire d'Alain PUNGERCAR ( Confrérie Sarre et Albe) : il a maintenu sa bouffarde allumée pendant 1H44 ! Voici la liste des autres concurrents arrivés en tête:
2°) Claude BROCARD, Morez 01:43:38
3°) Robert HENSLER, Uster (CH) 01:41:21
4°) Mireille GUENEAU, Montluçon 01:32:54
5°) Stéphane PIANET, Morez 01:27:38
6°) Fiorenzo CERIALI, Rome (It.) 01:25:5
7°) Gilles MICHEL, Morez 01:21:31
8°) Pierre LAMBERT, Annecy 01:21:14
9°) Alain LETULIER, Club Bitterois 01:16:23
10°) Marcello SALVI, Rome (It.) 01:13:05
_________________________________________
Pour joindre la rédaction: pipegazette@hotmail.fr

28 novembre 2008

> DES HOMMES PRÉFÈRENT LES BRUNS

Qu'appelle-t-on tabacs bruns ? Fabriqués à partir de plants de Kentucky ou de Paraguay, ces tabacs ont pour caractéristique d'être torréfiés, ce qui leur confère cette couleur sombre et ce goût typique assez puissant. On ne trouve guère ce genre de tabac qu'en France et en Belgique ainsi que, dans une moindre mesure, en Suisse.
Exemples de ce type: la gamme des scaferlatis Caporal (dont le fameux Gris en cube), connus en France depuis le Second Empire, et les Semois, dont la culture commença au milieu du 19° siècle en Belgique.
Interrogés par la revue professionnelle "Boutique Pipes", des fumeurs ont tour à tour parlé, à propos du Gris, de tabac "râpeux, qui vous assèche les muqueuses", "rustre qui vous renvoie vers une idée du naturel" et "apprécié à la manière d'un vin qui a du caractère". Jamais d'indifférence, mais de la passion, positive ou négative.
Souvent délaissés par les nouveaux fumeurs de pipe, associés à une image vieillotte, ils méritent qu'on les redécouvre. Car, loin des clichés qu'on aime en tirer, ce sont des mélanges qui exigent une attention particulière, un fumage en douceur, pour en découvrir toutes les subtilités. A condition, tout de même, d'aimer les tabacs assez corsés, que certains apparentent au cigare.


Un conseil: pour découvrir cet univers de tabacs authentiques, choisissez d'abord le Bergerac. Conditionné en paquet sous vide de 40 grammes, il conserve un taux d'humidité satisfaisant, alors que le Gris, le Bleu et le Vert, dans leur emballage en papier, vous seront vendus trop secs une fois sur deux. 
Si vous optez pour ces derniers, en cube, exigez de votre buraliste qu'ils soient souples sous les doigts et non cassant. Autrement dit,lorsque vous exercez une pression avec le pouce et l'index sur votre cube, vous ne devez pas sentir de craquement des brins, mais une vraie souplesse, signe de fraîcheur.


A PROPOS DU BRUN...


Le journaliste Pierre Sabbagh dans son Guide de la Pipe écrivait en 1973:


Aujourd'hui, je n'en change plus, je suis fidèle au "gros cul"... Parfois des amis me proposent de goûter leur mélange. Je dois avouer que je suis devenu très méfiant, pour ne pas dire maniaque , sur ce chapitre-là: je renifle, je tâte, et très souvent je refuse poliment; surtout s'il colle aux doigts. De même, s'il a une odeur désagréable, je n'en veux pas. Le Gris n'a pas d'odeur désagréable: il sent le tabac, tout simplement.


Les bruns, par Sylvain, jeune fumeur de 2008:

Je suis un amateur de bruns.
Ces tabacs sont souvent délaissés, voire boudés par de nombreux fumeurs.
Et pour cause, ce sont des tabacs assez forts, qui ne dégagent pas un arôme particulièrement riche, mais plutôt une saveur franche et unique. Ils sont loin d’avoir un coté fruité, ou sucré, quant à la douceur…
Pourtant, je trouve à chaque brun un goût particulier, quelque chose à lui, voire même plus de différence de l’un à l’autre que certains blends de Dunhill ou Mc Barren.
C’est évidemment une question de goût personnel, mais je m’autorise ce plaidoyer pour inciter ceux qui ont été déçus par ces tabacs à réessayer, et à en goûter des différents.
Le Semois peut être un bon début, mais il ne faut pas s’arrêter à celui-ci, et ne pas hésiter à en goûter d’autre, tel que le Supérieur, ou le Brouteux, et surtout le fameux Gris de nos grands pères.

Si j’ai réussi à vous faire envie, à vos bouffardes !

__________________________________________________
INFOS EN BREF...
-Un nouveau président: Alain Pungercar, membre de la Confrérie Sarre et Albe (Sarreguemines), a été élu président du Pipe Club de France, en remplacement d'Alain Letulier.
-La Civette ( 157 rue Saint-Honoré à Paris, 1° arr.) organise jusqu'au 24 décembre une exposition-vente exceptionnelle de pipes au premier étage du magasin. Sont représentées les marques BC, Chacom, Davidoff, Dunhill, Savinelli, Big Ben, Hilson, Porsche, et Peterson.(Renseignements: 01 42 96 04 99).
-La maison Courrieu a fermé ses portes à Saint Tropez, mais les deux boutiques de Cogolin sont toujours ouvertes.
-Lacroix également va baisser le rideau: le magasin du centre-ville de Saint-Claude devrait fermer définitivement courant 2009.
-Emily et Trever Talbert, pipiers américains installés en Loire- Atlantique, ouvrent une boutique en ligne, proposant des produits dérivés: t-shirts, casquettes, mugs etc...: www.cafepress.com/talbert .
_________________________________________
Contact rédaction: pipegazette@hotmail.fr

VUES

16 novembre 2008

> L'ECUME DES (BONS) JOURS

Les pipes en "écume de mer" ou "meerschaum" sont minérales: en silicate de magnésium (appelé parfois magnésite ou sépiolite), extrait du sol dans la région d'Eskisehir en Turquie.Cette matière a été utilisée à partir du 18° siècle par les Autrichiens, qui en ont fait de véritables oeuvres d'art. Les Anglais et les Français l'ont également travaillée. Aujourd'hui, les pipiers turcs sont -en principe- les seuls autorisés à utiliser cette matière pour fabriquer des pipes.
L'Ecume de mer est légère, poreuse, agréable à fumer, mais relativement fragile: elle se griffe facilement.
Elle prend une jolie teinte marron, parfois rouge, après de nombreux fumages, souvent de façon irrégulière. Il est à noter que le "blanc de baleine" (en fait ,graisse de cachalot), autrefois utilisé pour les traiter, favorisait la coloration. De nos jours, les écumes sont passées à la cire d'abeille et mettent beaucoup de temps à changer de teinte.

Les écumes se prêtent fréquemment au travail de sculpture. Les grands classiques: des reines, des sultans, des cavaliers, des animaux mythologiques... Il faut prendre en compte la friabilité de la matière quand on fume une écume sculptée: attention, fragile ! Le nez de Cléôpatre pourrait, en cas de choc, ne plus être aussi beau qu'à l'origine...


Ci-dessous: une tête de sultan ( Photo Altinok)


QUELQUES CONSEILS: Pas besoin de culottage particulier pour votre meerschaum: vous pouvez la remplir et la fumer entièrement dès le début. Il n'y aucune risque de brûler sa pipe en écume, contrairement à la bruyère et aux autres bois. Au contraire, il est déconseillé de laisser une "culotte", une croûte s'installer dans le fourneau des pipes en écume.

Surtout pendant les cinquante premiers fumages, il est recommandé de tenir son écume avec des mains particulièrement propres, pour éviter les taches et les empreintes disgracieuses. On peut pousser le chic jusqu'à porter un gant de fil, comme on le faisait au 19° siècle !

Quant aux tuyaux des pipes en écume, traditionnellement en ambre véritable, ils sont le plus souvent maintenant en acrylique. Comme pour les autres pipes, soyez attentifs à la finesse de ce tuyau dans la partie qui sera tenue en bouche: un trop grande épaisseur se montrera inconfortable entre les dents.

Attention, si l'on achète une pipe de cette matière, il faut être certain qu'il s'agit bien d'écume véritable ( "block meerschaum" ou "genuine meerschaum") et non pas de l'écume reconstituée, assemblée avec de la colle: cette dernières est lourde et infecte à fumer.
Pour votre achat, évitez le bazar d'Istanbul: les pipes qui vous sont proposées sont la plupart du temps mal finies, mal montées. Il est essentiel, par exemple, que le raccord tige-tuyau soit de bonne facture, si possible avec un tenon et une mortaise en nylon. La meilleure façon de les acheter est encore de le faire sur internet ( Sinan Altinok, Altinay, Fikri Baki) ou dans les civettes et magasins spécialisés en France et en Belgique (dans lesquels on trouve essentiellement des pipes de marque Jademir. N.S.

Une authentique pipe Bauer, faite en Autriche (Photo La Pipe du Nord)

____________________________________________________

INFOS EN BREF...
-Le Pipe Club de Lille fêtera ses 30 ans, lors d'un grand concours organisé à Armentières (Nord) le samedi 7 février 2009. Pour l'occasion, une pipe BC spécialement gravée sera créée. Pour se renseigner, contacter: jeanmax.strilka@wanadoo.fr

-La célèbre marque irlandaise Peterson a ouvert son nouveau site:
www.peterson.ie

-Un "fumeur de l'année" bientôt intronisé à Saint-Claude ? On murmure que des contacts sont bien avancés avec un fumeur célèbre pour sa pipe et sa "grande gueule".

-Jean-Louis Foulquier, 65 ans, intronisé à Saint-Claude en 1996, a été "remercié" par France-Inter, où il a animé de nombreuses émissions sur la chanson française. Il avait par ailleurs créé le festival des Francofolies à La Rochelle.

-L'artisan Pierre Morel est sur le point de terminer les pipes 2009 du groupe "Pipes et Tabacs".

-Le turc Fikri Baki a fabriqué cette année les pipes en écume du groupe "Fumeurs de pipe".

-Un nouveau forum francophone est né sur la toile:
http://le-tasse-braises.1fr1.net/
-Depuis le 1° novembre à Monaco, il est interdit de fumer dans tous les lieux publics, cafés, restaurants, entreprises. La Principauté aligne sa législation sur celle de la France.
_______________________________________________
Contact rédaction: pipegazette@hotmail.fr

27 août 2008

> UNE BUTZ-CHOQUIN DE BELLE FACTURE

Une belle BC, achetée à Pierre Voisin: jolie flamme (un point de mastic toutefois sous le fourneau), montage spigot et marquage "Butz-Choquin, Maître Pipier, Santa Fe". Santa Fe, c'est le nom de la série, pas la ville de production... De l'autre côté de la tige: "FAIT MAIN SAINT-CLAUDE".

Je suppose, et Pierre était d'accord avec moi, qu'il s'agit d'un modèle qui date de quelques années. Selon certaines sources, qui m'ont été indiquées par Jip, membre de Pipes et Tabacs, cette série aurait été façonnée par Alain Albuisson. Un débat passionné a eu lieu au sein du groupe pour savoir si cette pipe avait bien été faite entièrement à la main et à propos du petit point de mastic présent sous le fourneau. Un petit rebouchage ne me dérange pas plus que cela sur une pipe à prix moyen. Disons que je ne fais pas de "fixation" à ce sujet.

En revanche, ce serait intolérable sur une pipe classée dans une catégorie "high grade", à plusieurs centaines d'euros !

D'autre part, on accuse souvent les pipes françaises d'être mastiquées: c'est également le cas de certaines Peterson et de certaines Savinelli. Ca n'excuse rien, mais ça peut éviter les excitations un peu trop systématiquement anti-sanclaudiennes.

Le tuyau est en acrylique, mais taillé fin comme de l'ébonite. La lentille se montre un peu volumineuse, mais ça ne me gêne pas outre mesure.
Le fait est qu'elle se montre agréable en bouche et plaisante à fumer dès le début, d'autant plus qu'elle n'est pas préculottée.

Voilà typiquement le genre de fourneau généreux à remplir d'un tabac brun, du genre Semois ou Caporal.


Voici l'histoire de BC, telle que présentée sur le site de Dhondt :

Jean-Baptiste Choquin possédait à Metz un commerce de marchand de tabac. Ce commerce était assez important puisqu'il avait quelques ouvriers qui travaillaient pour lui. Parmi ceux-ci, on retrouve un certain Gustave Butz qui était son premier ouvrier et qui devint son gendre en épousant sa fille Marie en 1858. C'est en 1858 que Jean-Baptiste Choquin créa, en collaboration avec Gustave Butz, la pipe Choquin. C'était une pipe courbée, avec foyer à fond plat, dont le tuyau était prolongé par une partie en os d'albatros. Le montage de cette pipe était assuré par des viroles en argent. Gustave Butz fonda en 1858, toujours à Metz, un établissement pour la fabrication de la pipe Choquin qui prit le nom de Butz-Choquin. En 1951, la société Berrod-Regad a acheté la marque butz-choquin dont elle assurait déja la fabrication depuis de nombreuses années. Partie de Metz, la pipe Butz-Choquin se retrouve donc à Saint-Claude, capitale mondiale de la pipe en bruyère, sous le groupe Berrod-Regad. Elle ne pouvait pas tomber dans de meilleures mains. En effet, le groupe Berrod-Regad a redonné ses lettres de noblesse à cette marque. Il va reconstruire totalement le réseau des représentants pour finalement s'ouvrir au marché d'exportation en 1960 et reçevoir l'Oscar de l'exportation, ainsi que la coupe d'or du bon goût français. En quelques années, la collection de pipes est passé de dix à septante (70..pour les français) séries. C'est donc grâce à la société Berrod-Regad que 135 ans après, la pipe Butz-Choquin est encore connue, et cela, non seulement en France mais aussi à travers le monde. En 2002, la famille Berrod, désirant pérenniser l'activité de manufacture des pipes sur Saint-Claude, à cédé l'entreprise à Fabien Guichon, natif de la région, qui continuera à produire les Butz-Choquin au cours du XXI ième siècle.source : http://www.butzchoquin.com/


Au début de l'année 2006, la maison Butz-Choquin a été reprise par Ewa. Denis Blanc est donc devenu le patron de l'ensemble.

04 juillet 2008

> UN AMOUR D'AMORELLI

Salvatore Amorelli fabrique des pipes depuis le début des années 1980, à Caltanisseta, en Sicile ( Italie), avec des bruyères du cru.

On le connaît notamment parce qu'il a offert une pipe extraordinaire (dite "Pastorale") au pape Jean-Paul II en 1993 et une autre (en forme de saxophone) au Président américain Bill Clinton en 1996. C'est Monica qui a dû être contente...

Bref, je me méfiais un peu de cette publicité, disons de cette notoriété et cette image acquises grâce à des personnalités auxquelles ont a fait des cadeaux et qui ont posé pour la photo.

Mais voilà: en visite chez Rakel, au magasin A l'Oriental à Paris, je tombe sur quelques pipes Amorelli, que Salvatore était venu lui-même lui vendre.

Rakel m'en met plusieurs entre les mains, je sélectionne une pipe courbe, une belle forme billiard, flammée. Nous discutons, des clients entrent dans la petite boutique et pendant de longues minutes, je caresse cette bruyère que je trouve très douce au toucher, presque veloutée... elle me plaît. Je la regarde de près, même à la loupe, en sortant dans la Cour du Palais Royal pour bénéficier d'une belle lumière naturelle. Décidément, cette pipe est parfaite. D'un grand classissisme, d'un bois sans défaut, clair, aux parois assez importantes. Le tuyau en acrylique semble bien travaillé, le bec peu épais. Elle est pour moi.

Je rentre dans le magasin, Rakel me fait un prix intéressant (ce sont les soldes). Le bonheur. J'ai trouvé en ce beau jour d'été, de ces journées sans excès de chaleur, une sorte de billiard parfaite. Et j'ai découvert le travail d'un pipier que je ne regardais que de loin, à tort.

Vous remarquerez la barrette, symbole d'Amorelli. Elle rappelle le sigle de Castello. Sauf qu'ici, avec Amorelli, elle se situe à cheval entre la tige et le tuyau. D'autre part, elle est en or 18 carats (bon, ce genre d'élément m'est égal, je ne suis pas très... comment dit-on... ah oui, bling-bling !).

Cette pipe est excellente dès le premier fumage. Quel plaisir de culotter une pipe vierge dont le bois n'apporte aucune agressivité ! Petit défaut constaté: le perçage ne débouche pas exactement au milieu du fourneau, il est peu excentré; ce qui n'a pas de conséquence sur le tirage ni sur la combustion.

23 juin 2008

JE VOUS DIS QUE C'EST UNE KAYWOODIE

Le nom Kaywoodie vient du "K" de Kaufman (les co-fondateurs en 1919) et de "wood", qui signifie bois.

Plusieurs fois rachetée, déplacée, l'entreprise existe toujours; elle est actuellement basée non loin de New-York, à Peekskill.

Kaywoodie, c'est la pipe populaire et industrielle américaine par excellence, même s'il existe une petite production de "handmade".

Celle que je viens de recevoir fait partie de la série "Elite", avec tuyau acrylique.

La finesse d'exécution de ce tuyau n'est pas vraiment au rendez-vous: bec un peu épais et mauvais alignement. Mais elle fume très bien et son goût se montre très plaisant. Pour quelques dizaines de dollars.

Réclame datant de 1949

20 juin 2008

> SOIREE DU GROUPE: CHAUDE FIN DE SAISON !


C'est sans doute parce que nous passions à l'été que la dernière soirée du groupe à Paris a été si chaleureuse: autour d'un buffet et avec quelques beaux objets, nous avons eu la chance de nous retrouver nombreux chez Pierre.

Quelques coups de chapeau particuliers: à Valérie, qui a subi "l'épreuve du feu" et à Philippe, nouveau venu dans le groupe. A Pierre pour son accueil. Et je n'oublie pas Patrice et Alain qui ont, eux également, subi l'épreuve du feu, celui des bougies à souffler. Et à Arthur, venu de Bruxelles, les bras chargés de tabacs. Et à Yvon, qui nous a téléphoné du Québec... Bon, je m'arrête, car que mon chapeau va s'user et il pourrait m'être utile pour la prochaine fois.

Pour les détails de cette soirée, vous pouvez aller sur le groupe, par simple inscription. Il n'est pas besoin de préciser que ce "club virtuel" est totalement gratuit, sans cotisation, que les soirées que nous organisons de temps en temps sont mises au point et animées par des passionnés qui aiment juste se retrouver pour partager et échanger. Chacun apporte soit du liquide ( à boire, pas d'argent!), soit du solide. Quant à l'herbe à Nicot, les boîtes et bonnes blagues sont généreusement ouvertes.

Voulez-vous que je vous dise quelque chose ? La cordialité de "Pipes et Tabacs" dépasse mes espérances. Certes, il y a, très rarement, quelques échauffements dans certains échanges sur le net, mais c'est la vie. Ni plus ni moins.

14 juin 2008

> LE "CAÏD" A 130 ANS

Une série spéciale limitée fabriquée pour l'anniversaire

L'une des plus anciennes boutiques parisiennes de pipe fête cette année ses 130 ans d'existence.

Naguère situé boulevard Saint-Michel, le magasin "Au Caïd" se trouve depuis 2002 toujours dans le Quartier Latin, mais au 12, rue de la Sorbonne.
"Au Caïd" fut successivement tenu par Monsieur Hiltz, Madame et Mademoiselle Schmitt et appartient maintenant à la famille Grenard (Chacom). C'est d'ailleurs Marion Grenard qui, dans les premières années de la reprise, a tenu le magasin. Mais ayant quitté la région parisienne pour le Var, elle a passé la gérance à Didier, qui non seulement gère, mais répare et - de temps en temps- fabrique.
Ces 130 ans du magasin ont été l'occasion d'un cocktail, qui a permis de réunir les clients et amis de la maison... sans parler des passants, des curieux qui attirés par les lumières, le vin du Jura et la fumée, sont venus se renseigner sur l'art de fumer la pipe.
C'est un bonheur de savoir qu'existe encore, et avec un beau dynamisme, ce magasin qui a su garder, malgré ce changement d'adresse, un petit air d'antan grâce au fait qu'ont été transportés les vitrines, les présentoirs et les armoires en bois.

Ci-dessus, au premier plan: Didier, l'actuel gérant de la boutique
Pierre et Nicolas, montrant une pipe fabriquée par Didier, du "Caïd"

20 mai 2008

UNE PIPE "HORN" D'UWE JOPP

Uwe Jopp est un pipier qui s'est lancé dans les années 2000, après avoir admiré la travail de Karl-Heinz Joura, son compatriote.

Uwe vit à Dorfhain, près de Dresde, en Allemagne orientale.

Sa spécialité: des tiges courbes, nécessitant un perçage particulier.

Voici donc ma première Jopp, une "horn".

Croyez-vous que cette pipe chauffe, compte-tenu de sa forme et de son faible poids, qui suppose une moindre densité de la bruyère? Eh bien non, pas d'échauffement particulier.

Quant au prix: léger aussi, étant donnés le travail et le fait qu'il s'agit d'une pièce unique. Pas plus chère qu'une pipe industrielle fabriquée en série ! Je n'ai rien contre les pipes industrielles, mais il est agréable de varier les plaisirs, les formes et les profils.

Seul regret, que j'ai eu l'occasion d'exprimer ici à plusieurs reprises à propos d'autres pipiers: le préculottage. Je m'en serais passé.

Notez que j'ai acheté cette pipe sur le site de Volker Bier: au bout du compte, et après quelques frayeurs, excellent service ! C'est là que l'on voit la vraie nature des vendeurs. En effet, j'ai eu un souci: la première horn avait un défaut. Uwe Jopp m'en a refait une autre et Volker me l'a envoyée. Cela a duré un peu longtemps, mais le résultat est à la hauteur et justifie le délai.

19 mai 2008

> ASHTON: MY TAYLOR PIPE IS RICH

Après avoir longtemps travaillé chez Dunhill, Bill Ashton-Taylor a fondé sa propre entreprise, Ashton, en 1983.

On lui doit deux techniques particulières: le perfectionnement de la méthode de oil curing des bruyères et l'invention de l'Ashtonite, pour les tuyaux: une recette secrète, qui consisterait en un mélange d'ébonite et de plexiglas, offrant la souplesse de la première et la résistance à la lumière de la seconde.

Dans les formes des têtes, pas d'audace particulière: nous sommes dans le classicisme anglais. Les sablages sont assez réussis, même s'il n'égalent pas, à mes yeux, ceux d'artisans comme Brian Ruthenberg ou Trever Talbert.


Celle que je vous présente, et qui vient de chez Jpp, est une "oldchurch XXX". La bruyère est intéressante: on voit que le sablage a mis en évidence un grain mêlé, ce qui donne un aspect un peu irrégulier, comme la croûte d'un gâteau... que je m'en vais déguster !

Attention: les teintes claires sur des sablées présentent un risque: celui de l'apparition de zones plus sombres, voire noires, en particulier sur la tige.

07 mai 2008

> RAKEL DE "L'ORIENTAL"


Rakel de l'Oriental


Petite visite aujourd'hui, comme régulièrement, au magasin de Rakel Van Kote "A l'Oriental" , sous les arcades du Palais Royal à Paris. La maîtresse de maison est charmante!
Si vous passez à Paris dans le quartier du Louvre et de la Comédie Française, allez voir cette ancienne boutique, véritable monument historique de la capitale.

Tél. 01 42 96 43 16

06 mai 2008

> UNE PIPE DE RAD DAVIS


Rad Davis avec une de ses créations au cours d'un pipe-show (photo Pipedo)

Rad Davis est un pipier américain qui vit en Alabama. Il fait partie de cette génération de pipiers apparus au cours de ces dernières années, grâce à internet: Rad participe en effet aux discussions sur les forums, et c'est comme cela que je l'ai connu: sur ASP, en particulier.

Nous sommes plusieurs, notamment sur Pipes et Tabacs, à voir craqué pour ses sablages profonds, assez caractéristiques de ce que l'on pourrait appeler "l'American way of sandblasting"...

Cette "volcano", merveilleusement équilibrée et légère, en est une belle illustration. La bruyère provient de la maison Romeo, qui alimente en broussins méditerranéens bon nombre de pipiers de réputation mondiale.

La bague, elle, n'est pas en bruyère, mais en "Bois de Vie",un arbre tropical, en latin botanique "Lignum Vitae". Entre le volcan, la vieille bruyère et ce Lignum Vitae, me voilà parti pour de longues années de plaisir... C'est ce que j'apprécie d'ailleurs dans l'objet pipier: face à l'éphémère d'une cigarette, la lente et longue vie d'une pipe !

01 mai 2008

> VAUCLUSE, TABAC ET PIPE DU GROUPE


Une petite semaine dans le Midi de la France, entre Luberon, Monts de Vaucluse, Avignon et Dentelles de Montmirail...des images plein la tête et quelques vues sur le thème de ce blog: un vieux bureau de tabac à Bonnieux et une bonne bouffarde sous le soleil de Gordes, devant un mur de pierre typique du pays. Et les plus attentifs remarqueront que je fumais ma Pipe du Groupe 2008 !

Le forum Pipes et Tabacs ne me quitte jamais complètement, même en vacances...

19 avril 2008

CHANGEMENT DE COULEUR...

En décembre dernier, comme beaucoup d'autres membres de Pipes et Tabacs, j'avais reçu avec joie ma Pipe du Groupe 2008. J'avais choisi un tuyau jaune. De cet appendice ainsi coloré, je me suis lassé assez vite, me rendant compte -mais un peu tard- que le marron lui irait si bien.

Le maître d'oeuvre, Pierre Voisin, a accepté d'en fabriquer un autre en magnifique cumberland, ce dont je le remercie vivement.

Voici par conséquent ma Pipe du Groupe nouveau look !

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, dit-on... Enfin, cette fois-ci, c'est la bonne !

16 avril 2008

> UNE ECUME ALTINOK

Sinan Altinok est basé à Ankara, en Turquie. Il n'est donc pas très loin de la matière première, cette fameuse "écume de mer" ou "meerschaum", qui est en fait un minéral: le silicate de magnésium (appelé parfois magnésite ou sépiolite), extrait du sol dans la région d'Eskisehir.

Si la source la meilleure est bel et bien l'Anatolie, l'art et la manière de fabriquer la pipe en elle-même fut longtemps -depuis le début du 18° siècle- l'affaire des Autrichiens, des Anglais et des Français. Mais depuis 1961, il est en principe interdit d'exporter des blocs d'écume de Turquie. Ce sont donc les Turcs eux-mêmes qui doivent fabriquer la pipe, ce qui a donné des résultats laissant souvent à désirer. Quelques belles exceptions, comme Fikri Baki et Sinan Altinok, qui offrent de belles qualités d'écume, toujours entière, jamais reconstituée. Les montages, qui comptent aussi beaucoup, sont soignés. Pas de système à vis, mais un fin tenon en teflon qui s'insère dans une mortaise de la même matière.

Cette pipe Altinok, je l'ai voulue simple, légère, élégante: une forme "egg", une virole en argent et un tuyau ambré. Point.

Quant à la teinte, l'avenir nous en dira plus sur son évolution. Sachez déjà qu'elle a été passée huit fois à la cire d'abeille, ce qui devrait favoriser la coloration.

31 mars 2008

HILSON

C'est une très vieille marque, dont on trouve les origines en Belgique au milieu du 19° siècle. Mais depuis les années 1980, Hilson est hollandaise: elle fait en effet partie du groupe Royal Dutch Pipe Factory, qui produit également les pipes Big Ben et qui reste aujourd'hui le seul groupe pipier du Bénélux.

Celle que je vous présente aujourd'hui est une occasion, achetée sur le site allemand de Olaf Langner qui fabrique et restaure des pipes. A un moindre coût, j'ai pu acquérir cette bent apple avec montage "spigot", c'est-à dire à assemblage métallique des deux côtés, sur le tuyau et sur la tige. Elle est prévue pour des filtres 9 mm, mais je n'en mets pas.

21 mars 2008

>UNE PIPE A CORNES !

La sculpture de pipes en bruyère, c'est une tradition à Saint-Claude. Parmi les grands noms figurent Paul Lanier, Jean Masson (pipes "Ma Colombe") et Roger Vincent.
Ce dernier, élu Meilleur Ouvrier de France en 1994, s'est spécialisé dans les effigies et les têtes d'animaux. Ce taureau, dont les cornes sont... en corne véritable de Franche-Comté, pourrait descendre des rudes montagnes jurassiennes; sa virilité s'accorde bien avec l'herbe à Nicot que je mets dedans : du Gris, un tabac d'homme! Cette pipe taurine fait penser à celle que fumait le détective Nestor Burma, personnage imaginé par Léo Malet, qui était lui-même fumeur de pipe.
Léo Malet fumant une pipe "taureau"