Exemple

11 novembre 2006

> TABAC SAINT CLAUDE

Nul doute que j'aime les tabacs bruns: les Semois et les Caporal. Quant au Saint-Claude, je ne le trouve pas tout à fait à mon goût, car il est légèrement aromatisé. Le fabricant, Altadis, me l'a confirmé.

Mais il se montre beaucoup plus supportable que le Saint-Claude Confrérie, souvent utilisé dans les concours de fumeurs de pipe.

Question d'appréciation personnelle, bien entendu. Il ne s'agit pas ici de décréter ce qui est bon, ce qu'il faut penser, ce qui se fait ou ce qui ne se fait pas, ce qu'il faut pour la France... Ce n'est pas un blog de personne politique en campagne, comme il en fleurit actuellement !

10 novembre 2006

PIPE BAFF




Comme je l'avais écrit (http://pipe-nic.blogspot.com/2006/10/projet.html), le pipier autrichien David Wagner travaillait sur une projet de pipe que je lui avais soumis. Il s'agissait d'un modèle créé par l'américain Brian Ruthenberg.

David a donc élaboré cette pipe d'assez grande taille, d'une largeur généreuse dont j'adore le sablage et la forme (dite "pickaxe"). Elle est faite en bruyère italienne, de Toscane; une pipe non teintée, seulement cirée à la carnauba et passée au spray, comme le faisait le regretté maître suédois Bo Nordh.

Détail qui compte: le contact avec cet artisan est un vrai bonheur.

06 novembre 2006

> CAPORAL "CORSE"

Je l'avais découvert l'an dernier en vacances: le tabac Scaferlati Caporal en blague de 50 grammes. En fait, c'est comme du "Gris", mais conditionné sous vide. On ne le trouve pas sous cette forme sur le continent et j'ignore pourquoi.

L'avantage, c'est qu'il ne sèche pas. Dès que j'ai un ami ou collègue qui se rend sur l'Ile de Beauté, je lui demande de m'en rapporter quelques paquets. De plus, il est moins cher en Corse, les taxes n'étant pas les mêmes.

04 novembre 2006

> UNE PIPE STANWELL

Jusqu'à présent, je n'ai eu que des déceptions avec la marque danoise Stanwell: pipes mastiquées "à la truelle", pipes qui chauffent, pipes qui rendent fade même le tabac brun...

Et puis, en tapant dans cette catégorie supérieure appelée "Unique", une heureuse surprise: de la douceur, de la légèreté, une bruyère agréable à caresser et sans aucun défaut. De plus, elle n'a pas de préculottage.

Je regrette qu'il faille choisir le haut de gamme d'une marque pour trouver son bonheur. Il existe d'autres fabricants qui offrent des pipes à la saveur exquise dès les premiers prix. D'autres au contraire, y compris des artisans réputés, dont les bruyères au coût exorbitant ne donnent aucune saveur au fumage.
Au rique d'enfoncer le clou, le fait d'acheter des pipes chères ne vous donne à mon sens aucune garantie de qualité gustative. Elles seront en général mieux finies, la bruyère offrira une texture plus harmonieuse et sans trou à reboucher. Mais l'arôme rendu ne se révélera pas "forcément" plus agréable. Je dis bien "forcément" car, et c'est encore heureux, des pipes haut de gamme peuvent être délicieuses !
Pour illustrer et résumer mon propos, il se trouve que je possède par exemple une Chacom et une Falcon, payées environ 60 euros chacune, qui dépassent nettement à mon goût une Dunhill ou une Castello. A l'inverse, une Stanwell d'entrée de gamme ne m'a jamais procuré le moindre plaisir. Et j'adore ma chère Ardor...

Voir également: une vidéo de la fabrication Stanwell >