...
Exemple

12 mai 2019

► L'Amphora Burley: dans les graves ou les aigus ?




Depuis 2015, c'est la maison danoise Mac Baren qui possède la marque Amphora et qui fabrique les tabacs de la gamme. Une gamme qui s'est développée, se tournant non plus exclusivement vers les tabacs aromatisés, mais incluant désormais également des tabacs naturels. C'était le cas avec l'Amphora Virginia. C'est à présent aussi le cas avec cet Amphora Burley.

Le tabac se présente sous forme de broken flakes, ou en ready rubbed, c'est-à-dire en brins légèrement compactés, comme des flakes déjà grossièrement émiettés. Il sont plutôt secs, très agréables à l'oeil. Quelques filaments jaunes s'insèrent dans un ensemble couleur marron chocolat. 

Après un allumage en deux ou trois temps, je perçois en bouche un goût profond, dans les graves, assez terreux. Peu à peu, cette saveur diminue, pour laisser place à quelque chose de plus aigu: comme un léger piquant, pas agressif mais prononcé. À la fin, au dernier tiers de la pipe, l'impression du début refait surface. Je dois confesser qu'en règle générale, je n'aime pas le burley seul, mais uniquement en mélange à peu près égal avec du virginie. Ici, il est omniprésent et pourtant, si je n'en suis pas fanatique, je ne le trouve pas déplaisant. 

À ce jour, l'Amphora Burley n'est disponible que sur le marché allemand. Nul doute qu'il va conquérir rapidement d'autres pays, peut-être le Danemark, la Suisse, les Pays-Bas, l'Espagne. Quant à la France, ne nous faisons pas trop d'illusions... 
N.S.

     VOIR ÉGALEMENT:
> L'Amphora Virginia
> L'Amphora Original
> L'Amphora Full


VUES

5 commentaires :

Benoît a dit…

Un bon Burley que cet Amphora, effectivement dans la même approche que le Virginia (prochaine chronique ?) sorti il y a environ trois ans.
Qualité du tabac visible à l'œil.

À la différence de Nicolas, je suis amateur de Burley, même si mes références sont très peu nombreuses (2)puisqu'on n'en trouve pas en France ni en Belgique.

Celui-là, possède toutes les caractéristiques du genre ; terreux (mais pas trop, "sec" mais rond à la fois, riche d'arômes, aussi au nez qu'en bouche, et pas ou peu d'évolution au fumage.
Le cacao est bien présent, comme tout bon Burley, mais rien de sucré ni d'artificiel.

Je suis amateur par ailleurs de l'Amphora Original, le plus Burley de la gamme jusqu'à présent et, effectivement, ils ont tous les deux des similitudes.
Sauf que l'AO n'est évidemment pas dans les mêmes proportions VA / BU et, surtout, qu'il comporte de l'Oriental (comme tous les Amphora pochettes)

Et justement à propos d'Oriental, je me suis demandé si l'AB n'en avait pas une lichette, la note que relève Nicolas à un moment du fumage.
Ce n'est pas impossible (??)

En Burley, je connais le Pfeifenladen 46 (très sec, terreux, brut de décoffrage) et le fameux Solani Aged Burley Flake 656.
L'Amphora est plus proche du second, et même il peut soutenir la comparaison sans rougir : conditionné en boîte métallique, il échapperait sans doute à un possible à-priori snob.
(idem pour l'Original)

Bref, une belle découverte pour un amateur de ce type de tabac, et si j'en avais l'occasion, je m'en mettrais bien quelques paquets en cave.
... peut-être un jour en Belgique ?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…


L'Amphora Virginia a déjà été "chroniqué"😉 (voir lien en bas de l'article ci-dessus).

Alain a dit…

Merci pour ce nouveau post. Je vais essayer de faire appel à un ami allemand pour qu'il m'en procure une pochette. Comme vous le dites il y a peu de chance qu'on le trouve en France. On ne trouve que l'Amphora paquet rouge alors qu'il en existe beaucoup d'autres. Mais pourquoi en France nous sommes aussi mal servi ?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

J'ai appris que la mise sur le marché français d'un nouveau tabac pour pipe coûte 550€. Puis 370€ les années suivantes. Ces taxes forfaitaires expliquent la frilosité des importateurs et distributeurs.

D.P. a dit…

Il vient d'arriver aux USA sous le nom de Amphora Burley Blend