Exemple

18 octobre 2015

► J'AI TESTÉ LES NOUVEAUX TABACS PETERSON


Vous pouvez trouver la description "officielle" de ces quatre tabacs dans un précédent article. Certains lecteurs ont d'ailleurs déjà testé et commenté ces nouveautés. Ces mélanges ont été réalisés au Danemark chez Scandinavian Tobacco Group.




Le Wild Atlantic contient une part de latakia. À l’ouverture du paquet, on le perçoit, mais légèrement. La proportion est donc relativement faible, et si l'on attend un vrai mélange au goût puissamment fumé, on risque de rester sur sa faim. Le latakia est certes présent et goûteux au début, mais il s'estompe — hélas — après le premier tiers. Point positif: la room note (parfum pour l'entourage) est discrète pour un mélange de ce genre.




L’Irish Dew est un mélange de virginie et de burley. Il se présente sous forme de broken flakes très agréables à émietter, sans aucune humidité superflue ni substance collante. Excellente combustion du début à la fin, légèreté en bouche... Je trouve ce tabac proche du Three Nuns de la meilleure époque, alors que ce dernier dans sa version actuelle m'a grandement déçu. Un tabac facile, régulier. Une réussite, selon mes papilles.




Le mélange Aran composé de virginie et de black cavendish est de type vanillé. C'est le seul genre de tabac aromatique que j'apprécie encore de temps en temps. S'agissant de celui-ci, il n'est ni gras ni collant sous les doigts. L'odeur à l'ouverture de la blague n'est pas trop prononcée: une simple pointe de vanille et quelques effluves d'un alcool de type cognac (c'est une simple impression olfactive spontanée). En cours de fumage, la pointe sucrée aromatique est régulièrement perçue, tandis que se développe un certain piquant   toutefois pas agressif. Compte tenu de sa relative bonne combustion et de son faible sauçage, je recommande bien volontiers ce Peterson Aran aux débutants. 




Enfin, le Connemara Black est un mélange aromatique virginie et black cavendish à la cerise. N’étant pas amateur de cette catégorie de tabac, je reconnais bien volontiers que j’ai à l’égard de ce Peterson un a priori défavorable. L’ayant fumé néanmoins du début à la fin de la pipe, je crois pouvoir dire objectivement que c’est un tabac sans grande saveur buccale, piquant et à l’arôme assez envahissant pour l’entourage. Mais n’est-ce pas le lot de tous les mélanges « cherry » ?


N.S.


VUES

15 commentaires :

CEDRIC LAPORTE a dit…

J'ai testé le Wild Atlantic grace à Thomas Manzoni qui m'a invité courtoisement à piocher dans sa blague à tabac .
Moi qui aime bien les latakias bien bâtis . Je l'ai trouvé un peu "juste" effectivement . Il me rappelle un peu le Peterson Old Dublin en bien moins fort .
Mais honnêtement, il n'est pas mal du tout et une bonne initiation à ceux qui veulent se lancer dans le latakia de façon soft.

Maurizio Capuano a dit…

Really interesting... I hope I'll can try them soon...

Gilmieug a dit…

Merci pour ce compte rendu Nicolas. Je pense tester à mon tour le Irish Dew.

Jacques a dit…

Effectivement, il tient la comparaison avec cet infâme Old Dublin, saucé. Un pseudo latakié pour fumeurs d'aros ! Franchement pourquoi débuter avec ce genre d'ersatz de médiocre qualité, sauce burley/nutella, alors qu'en anglais disponible en France, il existe chez Samuel Gawith, le Skiff Mixture (voir le Squadron Leader ou le Commonwealth), chez Ashton, l'Artisan blend et chez Dunhill le Nightcap et le Durbar.

Si c'est un mélange peu onéreux que l'on cherche, le Latakia Image de chez Planta est bien meilleur pour 5 euros de moins la pochette.

A l'inverse, il existe chez McClelland le Legends et le Wilderness en haut de gamme. https://www.blogger.com/comment.g?blogID=14248382&postID=7249350929190398675&bpli=1

loran a dit…

Entièrement d'accord avec Jacques.

Jacques a dit…

Pour donner une indication aux amateurs de tabacs aromatiques qui souhaiteraient essayer un blend latakié de type anglais, il faut éviter deux composants dans la mixture :
- le black cavendish car son adjonction induit au minimum un apport de sucre. C'est le cas de l'Old Dublin, qui n'a rien d'anglais, mais correspond davantage à un mélange dit écossais ;
- le burley très chargé en nicotine et qui de plus apporte un goût de noisette, de chocolat ou de nutella selon qu'il est ou non torréfié.

De tels mélanges ne sont pas forcément mauvais pour qui aime le sucre, mais ce n'est pas un anglais.

Autre indication, on voit toujours sur les forums des propos erronnés sur la soit disant force du latakia. Le latakia n'est absolument pas fort, c'est même lui qui adoucit les virginias. Un exemple, le Pirate Kake qui bien que composé de 70 % de latakia est extrêmement doux à fumer. Les orientaux sont là pour apporter de la finesse et de la longueur en bouche. Les virginias très riches en sucres sont là pour contre-balancer l'excès d'âcreté de certains latakias trop fumés et équilibrer l'ensemble qui sinon serait très lourd comme pour le SG Commonwealth ou le GL Pease Abingdon qui sont très typés feu de bois (dans une vieille cheminée encrassée).

Pour des tabacs pas trop fumés, le Squadron Leader est une alternative à l'Early Morning Pipe (jadis excellent, aujourd'hui quelconque, avec un goût chimique désagréable). Plus fin que le Squadron Leader, le Skiff Mixture est un mélange très équilibré où certes on retrouve le goût du latakia mais sans excès. Très proche avec des arômes orientaux très agréables, l'Ashton Artisan's blend est aussi un excellent choix. Ensuite, plus fort en goût de fumée et surtout plus fort en nicotine, il y a le Nightcap. Encore plus fort, l'Aurora Borealis et le Ten Russians.

Mais encore une fois, bien que ces trois derniers soient considérés comme des bombes en latakia (Latbomb), ils ne le sont que par rapport au goût de fumée très présent comme pour le Commonwealth de SG. Il existe des tabacs bruns, notamment dans les Kentucky (Semois) et Burley (1637) des tabacs autrement plus chargés en nicotine. Même si je ne conseille pas à un débutant en latakiés de faire chauffer sa pipe sur un bol de Nightcap s'il ne veut pas avoir mal au crâne ou être victime de vomissements rapidement.

Ajouter du sucre ou une sauce vanille, pain d'épices, rhum, n'ajoute rien à l'intérêt du mélange. Au mieux, on aura l'impression de fumer un gateau rôti au feu de bois, mais parler de tabac anglais type Lakeland, non. Le Wild Atlantic comme le Old Dublin n'est pas un mélange anglais, mais un tabac aromatique léger au goût latakia comme le Signature est aromatisé au au goût pain d'épices/miel/vanille.

La seule différence, c'est que le W.O Larsen Signature est un excellent tabac aromatique, alors que ce n'est pas le cas, à mon sens, des deux blends Peterson cités.



Lemosse a dit…

Merci à Jacques pour ses lumières.

Jack a dit…

Merci pour le test. A Bruxelles impossible de trouver les tabacs. "Les convoyeurs attendent"
Jack

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Non, effectivement, pas encore distribué en Belgique...
Pour l'anecdote, je suis à Moscou cette semaine, et ils y sont arrivés. Je fume du Wild Atlantic dans le froid, et il est meilleur qu'à Paris :) La température doit jouer.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Non, effectivement, pas encore distribué en Belgique...
Pour l'anecdote, je suis à Moscou cette semaine, et ils y sont arrivés. Je fume du Wild Atlantic dans le froid, et il est meilleur qu'à Paris :) La température doit jouer.

Jacques a dit…

Peut-être que le froid améliore le Wild Atlantic ? Je vais rééssayer en mettant la tête dans mon congélateur ...

Jack, ne soit pas trop pressé, ce tabac arrivera bien assez tôt chez vous.

Bonne pipe à tous et bon séjour à Nicolas en Russie.

Jack a dit…

Il me reste donc à fumer un Peterson University flake sous la pluie. Bon séjour à Nicolas à Moscou.et cerise sur le gâteau ( c'est pour Jacques) je ne suis pas obliger de mettre ma tête dans le congélateur ( c'est pour rire)
Jack

Julien a dit…

Suite à cet artice j'ai acheté le Vanilla. Et bien je l'aime beaucoup: facile â fumer, parfumé pour soi et pour les autres. Je le recommande comme Nicolas pour les amateurs d'aros.

paul a dit…

ou en trouvé?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

En Allemagne ou aux Pays-Bas par exemple.