Exemple

31 août 2014

> Rencontre avec le pipier russe Vladimir Grechukhin

Oui, je peux. En premier lieu, mon style est l'harmonie entre une pipe et un homme. La deuxième chose importante, c'est la qualité de la bruyère, car je travaille avec une grande attention pour le bois. En prenant en compte la qualité, la structure, le dessin de la bruyère, je peux imaginer ce que sera la pipe. Troisièmement, la pipe doit être techniquement bien faite. Sa forme doit correspondre à la qualité du bois. Quand je fabrique une pipe, je ne dois pas faire subir la moindre violence à mes mains. Elles doivent bouger autour de la pipe très doucement.

Vladimir Grechukhin ponçant un ébauchon

Donc, c'est la bruyère qui décide de la forme ?
Ce serait drôle si c'était l'inverse (rire) ! Oui, la bruyère décide de la forme. J'ai une solide formation artistique, donc je peux dessiner n'importe quelle forme de pipe. Mais ce n'est pas intéressant. Ce qui est intéressant, c'est de choisir un ébauchon et d'imaginer la forme de la pipe dans ce bloc. Il faut parallèlement obtenir une surface parfaite, sans défaut. Si je dessine une pipe et que le bois ne correspond pas, je décide d'une autre forme. Mon ami Former (pipier danois, NDLR) dit que chaque pipier possède sa propre technique. 

Vladimir dessinant la forme d'une future pipe

Vous aimez créer des formes compactes. Pour quelles raisons ?
Parce que je les aime (rires) ! Ce que je sais, c'est que je n'aime pas les formes excentriques, ce n'est pas mon style. Les formes trop fantaisistes ne sont pas toujours agréables à fumer.


Vous dites que la réalisation technique compte beaucoup pour vous. Faites-vous attention au tuyau, au perçage... ?
Je dois dire que j'ai deux élèves. Mon élève le plus âgé, Sergei Demin (l'un des artisans qui fabriquent les pipes PS Studio, NDLR) possède une technique parfaite pour le perçage du fourneau. Quand j'ai vu que sa technique était meilleure que la mienne, je l'ai adoptée moi-même. Le japonais Tokutomi l'a appréciée, lui aussi, quand il est venu travailler ici. Quant au passage d'air, je le perce à 4 mm.

Combien de pipes faites-vous par an ?
L'an dernier, entre 140 et 150.

Deux pipes Grechukhin

Combien de temps vous faut-il pour fabriquer une pipe ?
Je travaille sur plusieurs pipes en même temps. Je peux en commencer une, et y revenir une semaine après. Donc, je ne peux pas vraiment dire le temps que j'y passe. Ces dernières cinq ou six années, j'ai travaillé avec Former, Tom Eltang, Tokutomi, Jeff Gracik, Nanna Ivarsson, Manduela, Shekita... Ils ont tous été contents du rythme de mon travail (rires).

C'est ce que l'on peut appeler des pipes faites à quatre mains ?
Oui. Avec Tom Eltang, nous signons nos pipes "El Grech", pour Eltang et Grechukhin. C'est avec Hiroyuki Tokutomi que j'ai travaillé le plus souvent. Il est venu ici plusieurs fois. Former a travaillé ici avec Eltang et moi-même. Nanna Ivarsson a, elle aussi, travaillé dans cet atelier. 

Une personne charmante...
Oui, c'est quelqu'un de charmant et un excellent artisan ! Quand deux pipiers travaillent ensemble, une réelle sympathie s'établit entre eux.

Comment voyez-vous l'avenir de la pipe ?
Oh, je pense surtout au présent ! Mais pour répondre à votre question, je pense que la situation ne changera pas. Certains fumeurs voudront des pipes extraordinaires, voire extravagantes, d'autres voudront des pipes classiques. À mon avis, à propos des artisans pipiers, le développement se fera en faveur de la perfection de la pipe, c'est-à-dire la technique du travail, la qualité de la bruyère. Dans le futur, il y aura de plus grands contrastes  je parle principalement de la Russie. Par exemple, en Russie, dans les années 70 et 80, les gens pouvaient fumer des pipes à petit prix et des pipes plus chères. À l'heure actuelle, il y a un vrai divorce: certaines personnes ne veulent que des high grades, d'autres n'achètent que des pipes ordinaires.

Fumez-vous uniquement des pipes Grechukhin ?
Non. D'abord, je fume des pipes que je n'ai pas vraiment finies, pour telle ou telle raison. Je fume aussi des pipes qui m'ont été offertes. Mais je ne suis pas assez patient pour prendre soin de mes propres pipes...

Quel tabac préférez-vous ?
Un W.O. Larsen. J'ai essayé plein de tabacs, mais je reviens toujours au W.O. Larsen Master's Blend. Les mélanges Larsen sont de très bons aromatiques.

Merci de m'avoir accueilli...
Merci de vous intéresser au monde de la pipe, même en ces temps difficiles. Comme on disait dans la Russie soviétique, vous faites de la propagande (rires) !


(Remerciements à Alexey et à Sacha, de PIPESHOP.RU)

+   ECOUTEZ UN EXTRAIT DE L'INTERVIEW AUDIO EN RUSSE ET EN ANGLAIS



LIRE ÉGALEMENT: VISITE AU PIPESHOP >

VUES

4 commentaires :

Lucas a dit…

C'est amusant, je trouve qu'il ressemble à Pierre Morel. Je parle du personnage pas des pipes. Merci pour ce reportage.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Je lui ai justement montré une pipe de Pierre Morel, une "egg" sablée", qu'il a trouvée très réussie. Et ce n'était pas seulement de la politesse :)
Concernant une ressemblance physique, non, pas spécialement...

Nicolas

Anonyme a dit…

Pipe gazette: organe de propagande pour la pipe russe..

Anonyme a dit…

Confidentiel et certainement hors de prix .