Exemple

23 avril 2018

► Les pipes en maïs: pour quelques dollars de plus


 http://www.pipegazette.com/2018/04/les-pipes-en-mais-pour-quelques-dollars.html
 
Ce sont les pipes populaires américaines par excellence. Il y a quarante ans, elles coûtaient un dollar pièce. Aujourd'hui, et pour quelques dollars de plus (entre 10 et 20), on peut acheter l'un des nombreux modèles fabriqués par Missouri Meerschaum. Mais il existe également une plus petite entreprise: la Old Dominion Pipe Company.

De multiples usines de pipes en maïs ont existé aux États-Unis: Buescher, Irwin S. Cobb, H&B, National Cob, Phoenix American Pipe... Les deux principaux fabricants actuels, Missouri Meerschaum et Old Dominion, sont complémentaires. L'un produit en quantité industrielle des pipes de bonne facture équipées de tuyaux en matière synthétique. L'autre crée en petit nombre seulement cinq modèles différents et s'attache à reconstituer ce qu'était une pipe en épi de maïs il y a environ un siècle. 

Les premières pipes en maïs ("corn cob", en anglais) ont été fabriquées en 1869 par Henry Tibbe, un immigrant néerlandais installé à Washington, Missouri. En 1907, c'est dans cette ville du centre des États-Unis qu'il a créé officiellement, avec son fils Anton, la Missouri Meerschaum Company.

Le maïs utilisé chez Missouri Meerschaum n'est pas celui que vous incorporez dans vos salades mixtes ou que vous grillez au barbecue; c'est une variété plus dure et plus volumineuse obtenue dans les années 1950 par hybridation sur les conseils d'agronomes de l'université du Missouri et spécialement cultivée pour fabriquer ces pipes. Les épis sont égrenés puis sèchent pendant deux à trois ans avant d'être creusés, transformés en fourneaux et polis. Toutes les étapes de fabrication sont manuelles. En empruntant le mot meerschaum, Henry Tibbe a souhaité faire un clin d'œil aux pipes en écume qu'il appréciait pour leur porosité et leur douceur — meerschaum signifiant "écume de mer" en allemand.


L'usine Missouri Meerschaum à Washington (Missouri)

L'entreprise est installée sur la rive sud du Missouri et on y fabrique au moins 3000 pipes par jour. Les modèles sont nombreux, droits ou légèrement courbes, allant de la forme la plus classique à celle de MacArthur, une pipe géante fumée par le célèbre général américain. Avec un perçage large, équipées d'un filtre facultatif 6mm et d'un tuyau en plastique jaune-orange translucide ou noir —  peu résistant, mais en vente en ligne en échange standard pour quelques dizaines de cents — , les pipes sont de couleur naturelle et vernies. Plus rarement, certaines sont volontairement noircies afin qu'elles présentent un aspect vieilli. «La tige est faite dans un bois dur, la plupart du temps du bouleau, sur lequel nous imprimons souvent un motif rappelant le dessin du maïs», nous explique Marilyn, responsable administrative de Missouri Meerschaum.


Ces pipes en maïs ont la réputation d'avoir une durée de vie limitée, finissant par percer au fond du fourneau. Pourtant, certains s'inscrivent en faux contre cette idée. Le secret réside sans doute dans le soin particulier qu'on y porte: fumer très doucement au début et éviter de rallumer en fin de pipe, quitte à laisser quelques brins de tabacs non consumés — la partie inférieure étant en effet la plus fragile. Selon certains adeptes, la durée de vie d'une pipe en maïs serait quasiment illimitée. Bob Carter, qui possède plus de soixante pipes Missouri Meerschaum, a affirmé au site GQ Tobaccos qu'il les fume depuis des années et dit n'en avoir jamais brûlé une seule. Depuis 2004, il fume deux fois par semaine une diplomat qu'il affectionne particulièrement et affirme n'avoir jamais eu de problème. Pour une bonne durée de vie de ces pipes en maïs, il est toutefois conseillé de les nettoyer à l'alcool régulièrement, comme on le fait avec une bruyère. Et de bien tenir la tige avec une main quand on démonte le tuyau avec l'autre, ce qui évite un décollage de la liaison fourneau/tige.

Deux pipes en maïs: une naturelle et une noircie

En prenant ces précautions, les deux pipes ci-dessus ont été fumées pendant longtemps et, au total, des dizaines et des dizaines de fois. Tout en ayant formé un bon culot — qu'il convient de maintenir raisonnablement —, elles continuent à adoucir les tabacs, y compris les plus corsés. La forme plus généreuse de la pipe ovoïde (photo ci-dessus) donne toute sa saveur au virginie, au burley, au latakia ou au semois.

Les Missouri Meerschaum naturelles sont très bien distribuées en France, en Belgique et dans d'autres pays européens, les noircies étant cependant plus difficiles à trouver. Comptez en moyenne 15€ actuellement pour un modèle simple. Bon marché, charmantes et indémodables parce que hors du temps, elles sont idéales pour les débutants et nous offrent un peu de ce que fut le rêve américain.



Dans la plus pure tradition, la Old Dominion Pipe Company

Il existe un autre fabricant de pipes en maïs aux États-Unis depuis 2013: c'est la Old Dominion Pipe Company, qui exerce à Painter (Virginie), et dont les copropriétaires-fondateurs sont deux frères: Bob et Bill Savage. Ici, la quanti de production reste modeste et totalement artisanale: environ 300 pipes par mois. "Nous avons voulu retrouver la tradition des pipes en maïs de la fin du 19° siècle et du début du 20°", explique Bob Savage. Pas de colle ni matière plastique chez Old Dominion.
Old Dominion, modèle Chesapeake (photo: tobaccopipes.com)

Ayant souvent la forme typique de celle de Popeye, ces pipes sont fabriquées dans des épis d'une variété ancienne, de couleur assez claire, obtenue par pollinisation naturelle et développée autour des années 1900. "Nous sommes le seul fabricant de pipe à utiliser cette variété ancienne", affirme Bob. Par ailleurs, les frères Savage cultivent, mais pour la consommation alimentaire, une variété de maïs dont l'histoire remonte aux Indiens d'Amérique et qui fut d'ailleurs naguère utilisée pour les pipes.
Les pipes Old Dominion possèdent un tuyau en roseau ou en bambou, d'un seul tenant et amovible. "Nous n'utilisons pas de colle, le tuyau est inséré et démontable", précise Bob Savage à Pipe Gazette. On raconte que l'écrivain Mark Twain faisait faire le culottage du maïs par d'autres fumeurs; puis, une fois le travail réalisé, il récupérait la pipe et en changeait le tuyau.
Autre spécificité des pipes Old Dominion: elles sont équipées, au fond du fourneau, d'une pièce en bois dur qui renforce la résistance contre d'éventuelles brûlures. 
Les Old Dominion ont leurs aficionados, comme cet Américain qui a récemment expliqué son vif intérêt sur un forum anglo-saxon:
"J'ai décidé d'essayer les pipes en épi de maïs Old Dominion et je suis heureux de les recommander fortement. Elles sont équipées de fines tiges de bambou en forme de paille au lieu du plastique et ont généralement des fourneaux plus petits, avec une finition plus rugueuse que sur les Missouri Meerschaum. À mon avis, les pipes Old Dominion sont les plus appropriées pour profiter des mélanges de tabacs les plus forts".
Pour les fumeurs du Vieux Continent, les pipes en maïs de la Old Dominion Company sont pour l'instant difficiles à trouver. "Nous venons de passer un accord avec un distributeur, Tobacco Pipes Distribution, qui prévoit de proposer nos pipes aux magasins européens", annonce Bob. 

Old Dominion, modèle Richmond (photo: Old Dominion Pipe Company)



Le site Missouri Meerschaum >>
Le site Old Dominion Pipes >>
Le site Tobacco Pipes >>


VUES

15 commentaires :

Sam a dit…

Je confirme: j'en ai une depuis des années, fumée régulièrement et elle n'a pas bougée.

Jean-Philippe a dit…

J'en ai une achetée à Toulouse, une Missouri Meerschaum. Excellente, je trouve effectivement que ça donne toute la saveur au tabac, un peu comme une écume de mer ou une pipe en terre. Il faudrait que les Old Dominion soit distribuées en France pour pouvoir comparer.

Pétuneur a dit…

Les propos de Bob Savage et ses intentions sont intéressants. L'idée de relancer les pipes maïs anciennes me plait. Je ne connais que les MM et j'en suis satisfait. Jamais aucune n'a été percée ni brûlée. Ce sont pour moi les pipes qui permettent d'apprécier le mieux les tabacs. Encore mieux que les terres et les écumes.

Anonyme a dit…

Bonsoir à tous,
Vos commentaires me donne l'envie d'essayer.
David de Nantes

Sam a dit…

Bonjour David. Comme le dit Nicolas,choisis un modèle assez large, pas petit. Le tabac est bien meilleur.

Anonyme a dit…

J'en possède 8, de la marque Missouri Meerschaum. Elles sont TOUTES d'excellentes fumeuses. Je recommande les modèles Diplomat et Country Gentleman, à la fois pour la solidité et pour le volume offert au tabac.
Le modèle Country Gentleman est visible dans l'article de Nicolas: il s'agit de la forme "olive" avec une finition noircie.
Damien, de Narbonne

Christophe papaalino a dit…

Et bien quel article. Merci Nicolas

fanfan a dit…

La durabilité dépend du modèle.
Si on choisit un modèle qui possède un renfort en bois à la base de la tête alors on aura affaire à une pipe extrêmement durable.

Au contraire, un modèle qui en est dépourvu sera plutôt éphémère, quelques dizaines de fumages, en dépit des précautions indiquées dans l'article. Malgré tout il y a moyen d'y remédier en utilisant de la "pipe mud" sur une pipe neuve, ce qui revient à cimenter le fond du fourneau.

www.alanoblebouffarde.com/t5629-tableau-missouri-meerschaum

A l'usage, ce qu'on peut reprocher aux pipes de la marque MM c'est:
1) quand la pipe est neuve, pendant les premiers fumages on a un goût de bois brûlé qui se manifeste en fin de bol. Pas bon :(
2) la tenue mécanique tige/tuyau est pas terrible. Sur le long terme le tuyau se met à gigoter dans la tige. Il faut de temps en temps dilater à l'eau chaude le tenon du tuyau pour que les choses rentrent dans l'ordre.

En laissant de côté ces réserves, les pipes maïs sont de très bonnes fumeuses, oui.
Meilleures que bien des sanclaudiennes...
J'en possède plusieurs moi aussi. Ma plus ancienne, une MM Country Gentleman, a plus de deux ans et je l'imagine bien remplir son office encore de nombreuses années.

Charly a dit…

Cet article est passionnant. Je découvre les pipes Old Dominion. Merci de nous les avoir faits connaître.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Merci, Charly.

Gilmieug a dit…

Je ne connais pas les Old Dominion, mais les Missouri Meerschaum. Je dois avouer que leurs tuyaux sont effectivement catastrophiques et j'ai fait changer le mien pour un ébonite (qui m'a coûté deux fois le prix de la pipe, mais j'y tenais). Sinon, très agréables à fumer et plus durable que l'on croit, comme dit parfaitement dans l'article. Tout buraliste devrait en proposer, ce serait un formidable appel pour la pipe en général.

Thédog a dit…

Amateur de hand-made orientales, je goûte peu l'esthétique de ces pipes transgéniques.
Mais force est de constater qu'elles sont bonnes à fumer.

Anonyme a dit…

J ai reçu aujourd'hui une old dominion virginia planter achetée avoir avoir lu cet article . il n y a plus qu a essayer . Très sympathique comme objet . Sur la loire en canoé pendant les poses sur le sable ce sera surement très bien . JML

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

JML, vous nous donnerez vos impressions ?

Lucas a dit…

C'est un article passionnant et bigrement documenté.Bravo et merci.