04 février 2015

► UNE PIPE JEAN LACROIX: UNE SIMPLE BEAUTÉ


Le sablage régulier et relativement profond, en cercles concentriques, met en valeur les veines du bois, dont la teinte naturelle se laisser deviner sous la teinture noire. 
L'intérieur du fourneau permet d'apercevoir la couleur foncée de la bruyère grecque, dont on peut imaginer sans se tromper qu'elle a séché pendant plusieurs décennies. Alors qu'un bois jeune sera d'une teinte plus claire, une bruyère très âgée présente en général une couleur plus sombre, presque rougoyante. Un bonheur à fumer dès le premier allumage.



Jean Lacroix était un artisan pipier de Saint-Claude, disparu en 2007. Il signait ses pipes "Jean Lacroix", alors que son frère, André, les estampillait "Véritable Lacroix". Ces deux marques sont d'ailleurs souvent confondues.
Les pipes Jean Lacroix sont de bonne facture, simples, excellentes à fumer. Elles entrent dans la catégorie des grandes classiques françaises. Il sera impossible de trouver des pipes Jean Lacroix à l'état neuf dans quelques années; les dernières sont en effet en vente chez Pascal Piazzolla (à Aviernoz, en Haute-savoie) et à la Pipe du Nord (à Paris).


VUES

5 commentaires :

Michel a dit…

Bonjour Nicolas. La couleur foncée de la bruyère est aussi due à sa provenance.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Oui, c'est exact aussi. Le terroir joue son rôle.

Alain a dit…

On dirait une vieille Dunhill! Jolie prise Nicolas.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Le sablage ne serait pas indigne d'une Dunhill, en effet. Ni la réalisation technique de la pipe, d'ailleurs.

Alain a dit…

Pour avoir reçu en cadeau deux sablées une pot et une billiard. Je confirme, et quelle douceur...