...
Exemple

09 octobre 2018

► 4th Generation 1855, l'un des mélanges d'Erik Stokkebye




À travers les noms de ces mélanges, Erik Stokkebye rend hommage à ses quatre aïeux danois qui ont fait commerce du tabac depuis son arrière-grand-père.

Trois de ces mélanges (bientôt quatre) sont distribués en France. Chacun fait référence à une année importante dans l'histoire de sa famille: le 1897, le 1957, le 1982. Le 1855, déjà disponible en Belgique, arrive en France dans le courant de ce mois d'octobre. Tous sont élaborés par Scandinavian Tobacco Group.



Le 1855 est le moins aromatisé des quatre, composé de virginia et de burley, avec un léger ajout de vanille et de miel (voir test plus bas).
Le 1897 est un tabac à dominante sucrée, composé de black cavendish, de virginia et de burley. C'est un aromatique léger.
Le 1957 est vanillé, sur une base de virginia, burley et black cavendish.
Le 1982 est presque identique au précédent: virginia, burley et black cavendish.

Viennent d'arriver au Danemark deux autres mélanges de cette collection 4th Generation: le 1882 (de type anglais, avec latakia, orientaux, virginia, kentucky ) et le 1931, un excellent navy flake constitué de burley, de virginia et d'une petite touche de black cavendish.


      
4th Generation 1855:  une plaisante douceur 


À  l’ouverture de la boîte de 1855, le nez perçoit un parfum fruité, proche de celui d’une pomme sucrée et bien mûre. L'arôme ajouté annoncé est constitué de vanille et de miel.
La coupe est moyenne et l'humidité assez faible. L'allumage et la combustion sont faciles. En le fumant, ce tabac conserve cette douceur fruitée et sucrée perçue à froid. Il est surprenant de régularité et de légèreté. Les burleys dominent, apportant une touche chocolatée en arrière-plan. La présence de la vanille et du miel est très discrète; c'est un aromatique léger. À conseiller chaleureusement aux fumeurs qui se piquent la bouche avec des mélanges plus chimiques que tabagiques. 
N.S.



Erik Stokkebye et Marie-Aurélie Favre à la Pipe du Nord

Erik Stokkebye était en visite à Paris, à la Pipe du Nord, ce mardi 9 octobre pour rencontrer des fumeurs de pipe. Il a proposé des dégustations de certains de ses tabacs et présenté des pipes 4th Generation, dessinées par le Danois Peder Jeppesen et fabriquées en France par Chacom pour celles vendues en Europe.


VUES

5 commentaires :

Pétuneur a dit…

Super article, comme toujours. Merci Nicolas.

Gilmieug a dit…

Je vais attendre le 1855 qui semble le mieux convenir à mon palais délicat :))

Benoît a dit…

Comme d'habitude, une belle soirée organisée par Marie-Aurélie.

... sauf que...
Des quatre mélanges annoncés, un seul présenté, les deux distributeurs de la marque présents n'ayant pas jugé bon d'apporter les trois autres !
On croit rêver.

Heureusement, Nicolas avait dans sa musette une boîte de 1855 qu'il a mis à notre disposition; et tant mieux, parce qu'il est bon;
Personnellement, je n'ai pas ressenti la présence de vanille, juste la note sucrée du miel (?) et aussi le Burley qui me semble bien présent.
Mélange disponible en France d'ici une quinzaine.

1931 : en effet, un flake vraiment bon, mais à oublier : il ne sera pas distribué.
Et pourquoi donc ??
Davidoff : "Le flake n'intéresse personne."
Ha bon.

Les distributeurs Davidoff présents semblent se désintéresser totalement du tabac à pipe.
Quand je leur parle de l'Erinmore Flake (ils distribuaient encore tout récemment le Mixture), un classique absolu sûr d'être vendu s'il était seulement distribué, ils me répondent encore que "le flake n'intéresse personne", un crédo comme un autre...

Le pire est que Davidoff n'est certainement pas un cas isolé dans le monde des distributeurs.
Si l'on rajoute l'inertie des civettes, on comprend la situation en France.
Leur crédo (un autre) est que le tabac à pipe se vend mal.
D'accord.
Mais sans doute suffisamment pour en vendre encore, parce que je ne les crois pas altruiste.
En outre, moi aussi je peux faire usage d'un crédo en matière commerciale :
c'est l'offre qui crée la demande.
Leur restera plus qu'à pleurer sur les achats de tabac fait à l'étranger.





Alain a dit…

J'ai du mal à croire que les représentants ont été aussi légers. c'est le pompon !

Bamboo Pipes a dit…

Pour la seule présence du 1957, nous avons eu un semblant d'explication à la toute fin de la soirée qui vaut ce qu'elle vaut. De ce que j'ai pu en saisir, les deux représentants de la Maison Davidoff (distribuant les 4thGeneration pour la France) se sont directement fournis auprès du réseau de buraliste. Ils auraient donc récupéré un lot type composé de 5 boites du même mélange ...... et c'est tombé sur de l'aro....
Moi qui espérait gouter un peu d'english...
Partie remise.

Au passage, cet aro blendé par STG me rappelle assez les Davidoff Mixture (red ou blue)