21 septembre 2015

► À Dortmund, les nouveaux tabacs Mac Baren

Y figurent notamment l'Amsterdamer, la gamme Caporal, les Amphora, le St. Bruno et le Gold Block. Le Capstan entre aussi intégralement dans l'escarcelle de Mac Baren. Espérons que ces acquisitions permettront une meilleure distribution de ces tabacs.
Par ailleurs, le fabricant vient de sortir un nouveau flake, le dernier né de la collection HH: le Pure Virginia.

Les tabacs acquis par Mac Baren, présentés à Intertabak (photo: M.A.F.)

Le nouveau HH Pure Virginia (photo: Mac Baren)


VUES

21 commentaires :

Anonyme a dit…

Pour le Capstan, cela ne va pas changer grand chose vu qu'il est déjà fabriqué sous licence par Mac Baren, donc la formule du jaune et du bleu ne changera pas.

Pour les autres, ils n'ont pas intérêt à changer la formule, notamment pour le St Bruno, car cela risque de ronfler sévèrement au Royaume-Uni. Personnellement cela ne me concerne pas qu'un mauvais blender rachète les plus mauvais tabacs, même si l'opération doit être commercialement juteuse. Peut-être compte-t-il les mettre tous en vente directe chez Tesco ???

Hormis le HH Vintage Syrian (et encore, il ne tient pas la comparaison avec le Wellauer Syrian Latakia suisse ou les mélanges de chez Besson), il n'y a pas grand chose de fumable chez Mac Baren.

Bonne pipe.

Jacques

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Jacques, je te trouve sévère avec Mac Baren. Le HH Latakia Flake, par exemple, est à mon sens une réussite. Le nouveau HH Pure Virginia nous réserve peut-être une bonne surprise.

Anonyme a dit…

Tu as raison Nicolas, j'ai tendance à jeter le bébé avec l'eau du bain, la gamme HH doit être différenciée du reste. Concernant le Latakia flake, il n'est certes pas mauvais pour un anglais léger, quoiqu'un peu humide à mon goût. Mais je lui reproche surtout d'être un peu faible sur les orientaux (Xantha) par rapport au McClelland Blakeney's Best Latakia Flake ou au Germain's Special Latakia Flake.

Concernant le HH Pure Virginia, je vais le tester. J'espère pouvoir en trouver sur Bruxelles en fin de semaine. Après tout, en mélangeant du Vintage Syrian et du Pure Viginia on doit pouvoir arriver à faire une base correcte. Reste à ajouter 5 % de Perique Jewel of St James, (pas l'infâme Mac Ba HH Acadian Perique (Burley Green River et non St James Parish) au goût de choco BN), on doit pouvoir arriver à faire quelque chose de bien après macération.

Bonne pipe à tous, je retourne à mon McClelland Legends.

Jacques

Gilmieug a dit…

Le nouveau HH Pure Virginia est notamment décrit et disponible ici:

http://www.danishpipeshop.com/product.asp?product=11953#.VgEAILUwKSo

Anonyme a dit…

J'ai aussi trouvé ceci : http://www.smokingpipes.com/smokingpipesblog/single.cfm/post/mac-baren-pure-virginia-tasting-notes

Caramel, zeste d'orange, poivre, c'est peut-être pas mal à encaver ou à passer quelques heures au four.

Jacques

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Merci pour les liens.

Petit détail pratique: Jacques, mets plutôt ton prénom en choisissant l'option: "Nom/URL". Ca évite le titre "anonyme". :)

Anonyme a dit…

C'est fantastique , la diversité des mélanges de tabacs pour pipes qui existe. Merci de nous les faire découvrir.
Jacques tu sembles tous les connaître ...c'est incroyable.
Jack

Benoît a dit…

Merci pour l'info.

A priori, entre la disparition d'une marque et sa reprise par McBaren, je choisis sans hésiter la deuxième alternative... mais sans naïveté non plus.
La seule question qui se pose est : vont-ils changer la recette de l'un ou l'autre ? En bien ? ou en mal (augmentation du taux d'additifs...) ?
Ceux qui apprécient l'un de ces tabacs pourront nous le dire un de ces quatre.
Pur ma part, le seul que je fume, et au quotidien, c'est le Scaferlati rouge et aussi, de loin en loin et toujours avec un certain plaisir (mais pas forcément un plaisir certain) est l'Amphora Full Aroma, cet aro à peine aromatisé.
Ceci dit, dans les rachats McBaren, je crains le jour où Gawith tombera dans leur escarcelle, parce que je les soupçonne fortement de guetter au coin du bois cette excellente marque qui continue à travailler son tabac à l'anglaise, à " l'ancienne "; si d'aventure leur restructuration s'avérait inefficace pour eux sur le plan commercial. (déjà on murmure que certains de leurs mélanges pourraient être abandonnés. Conditionnel, hélas probable)

Jacques a dit…

Hello Jack,

Connaître tous les tabacs existants ? Certainement pas car je ne fume que des Anglais, des Orientaux, des Balkans et à l'occasion un peu de Semois. Dès lors, il est assez facile d'avoir un avis tranché sur la composition des blends et le travail des blenders.

Au gré de mes escapades à l'étranger, j'achète du tabac que j'encave au minimum quatre ans pour permettre aux virginias de maturer. Il y a quelques années, j'ai eu la chance de trouver de vieux stocks de tabacs anglais en Irlande. Sinon, j'ai quelques amis en Belgique qui me servent de boite aux lettres pour les commandes de tabacs en bulk sur les sites US et avec qui nous réalisons nos propres blends.

Au final, vu la législation en vigueur, je n'achète plus aucun tabac en France. Toutefois, je soutiens pleinement l'initiative de Nicolas d'un lieu dédié à la pipe sur Paris, même si je doute fort que ce soit réalisable dans le contexte juridico-administratif actuel.

Bonne Pipe à tous.

Jacques a dit…

Hello Benoit,

Le rachat de Gawith par un Danois serait effectiventivement un gros problème comme l'a été la reprise des blends Dunhill fabriqués par Murray par Orlik. On est passé du meilleur au pire, surtout pour l'EMP, le MM 965, le Standard et le London Mixture. La seule solution est d'acheter en Espagne ou en Andorre tes tabacs préférés et d'encaver.

Si cela devait arriver, il restera toujours les blends d'Ashton, Cornell et Diehl, d'Earth & Home, de McClelland, de Peretti, de Wellauer ...

Anonyme a dit…

Je ne savais pas que l'on pouvait stoker du tabac pour le faire maturer. Il me semblait que la boîte hermétiquement fermée empêchait tout changement.
Je vais expérimenter la chose et reviendrai avec mes tabacs maturés d'ici quelques année.

Peut on également faire la même chose avec du tabac compacté dans des sachets plastifiés et hermétiquement fermés?
J'espère qu'il ne sera pas trop sec
Jack

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Jacques, je précise que j'ai relayé l'étude sur une civette parisienne, mais je n'y suis pour rien :)

Jacques a dit…

Comme pour les vins, le vieillissement des tabacs est une technique courante qui permet surtout aux virginias de s'affiner et d'exprimer toutes leurs nuances aromatiques. Il suffit de conserver la boite étanche dans un endroit sec sans y toucher. Avec le temps, l'air contenu dans la boite va permettre l'oxydation et la décomposition des sucres. Lorsque la boite se bombe, c'est le signe que le tabac à maturé. La durée minimale d'encavement est de 3-4 ans pour obtenir un vieillissement, sans limite maximale (Voir le sujet de Nicolas sur le Capstan). Evidemment, au-delà de 20 ans, il y a un risque de fondue aromatique, c'est là qu'on peut distinguer les bons des mauvais tabacs. J'ai ainsi plusieurs dizaines de boites de Dunhill période Murray récupérées en Irelande que j'ouvre dans les grands occasions et qui sont excellentes.

Si tu n'es pas aussi patient, tu as la technique de cuisson des tabacs au four 5 heures à 90° C selon la méthode de Fred Hanna (regarde sur le net) qui donne aussi d'excellents résultats avec les blends contenant du virginia. Le latakia évolue peu, il prend surtout des arômes de sous-bois, de vieux cuir et parfois d'écurie. Il perd en vivacité, mais révèle davantage la complexité aromatique de l'oriental qui a servi à son élaboration (Smyrne pour le chypriote ou Shek-al-Bint pour le Syrien). Les autres orientaux (Drama, Xantha, Yenidge, Smyrne, ...) vont se fondre plus ou moins dans le mélange et développer des arômes jusque-là en retrait. Le burley n'évolue pas faute de sucre et le kentucky dark fired se comporte un peu comme le latakia.

Pour les blagues de tabacs, il est possible de les conserver telles quelles, mais pour l'affinage, je préfère les vider dans des bocaux à confiture (blanc opaque) avec un joint étanche en caoutchouc car le plastique des pochettes est peu solide. La technique est hybride puisque je procéde comme pour une stérilisation de conserve ordinaire. Le tabac chauffe un peu au bain-marie, mais moins longtemps qu'avec la méthode de Fred Hanna où le tabac est carrément rôti au four (Avec les flakes, Humm ! Un délice quand tu ouvres une boite de De luxe Navy Rolls toute gonflée après 24 h de refroidissement). J'utilise ce procédé de mise en bocal lorsque je réalise mes propres mélanges à partir de tabacs achetés en vrac (bulk), en pochette ou en boite (gamme McClelland Grand Oriental). Simplement au lieu d'avoir une macération d'un mois, celle-ci dure quatre ans. A l'ouverture, c'est la surprise. Il me suffit de reprendre la fiche de composition attachée au système de fermeture pour savoir si ma recette doit être améliorée. En moyenne, je traite de 3,5 à 4 kilos de blend par an pour réaliser mes quatre blends pour tous les jours : un anglais très fort, un anglais moyen, un balkan et un oriental. Ce procédé est surtout beaucoup plus économique que d'acheter des boites de grandes marques dont les formules ont le plus souvent été modifiées au fil du temps.

Voilà, tu en sais un peu plus.

Anonyme a dit…

Vraiment , c'est fantastique . Je n'imaginais pas que l'on pouvait faire autant de mélange.
Un grand merci Jacques.
Je vais donc essayer quelques autres mélanges et sortir de mes assemblages de fonds de paquets et autres boîtes.
On en reparle d'ici quelques mois .
Jack

Jacques a dit…

Dans les tabacs naturels, tu as en France le Latakia Image et le Périque Image de chez Planta qui sont des bases utilisables (pas chères en pochettes) pour faire tes mélanges d'anglais. Je te déconseille le Virginia Image qui n'est vraiment pas terrible. Il s'agit de mixtures à base de tabacs naturels sans additifs.

Sinon, regarde chez Synjeco et Wellauer en Suisse disponible en Belgique, en Allemagne. Après, en haut de gamme si tu veux réaliser tes propres blends tu as McClelland aux USA. Sinon, achète en bulk chez 4noggins, Smokingpipe, Peretti, Smokershaven ... Attention aux droits de douanes parfois élevés et surtout fait toi livrer hors France. En cas de livraison en France, tu encoures 3750 € d'amende + les taxes normalement perçues sur le tabac sur la valeur déclarée comprenant déjà les taxes US environ 7 %. Pour moi de 500 gr les douanes ne sont pas trop regardantes, mais alors ce sont les frais de ports qui sont prohibitifs.

Autre solution t'arranger avec une grosse civette frontalière belge ou allemande qui t'enverra le colis de France. Comble d'hypocrisie, ce sont les postes françaises qui se chargent souvent d'aller chercher le colis en Belgique ou en Allemagne à la civette ! Comme quoi une administration publique française ne semble pas gênée de violer allègrement une disposition pénale, douanière, un monopôle d'état et de se rendre complice ou coauteur d'infraction.

Le plus simple, sans risques, est d'aller passer le we dans un pays frontalier, dans ce cas, tu as le droit de ramener un kilo de tabac à pipe par personne et 10 cartouches de cigarettes. Vu le prix des bus aujourd'hui tu peux réellement te faire plaisir, contourner les dispositions idiotes votées par nos députés et dont la conformité au Traité de l'Union Européenne serait plus que douteuse dans le cadre d'une question prioritaire de constitutionnalité.

Benoît a dit…

En effet, l'Image Virginia est franchement raté, en revanche le Perique est pas mal du tout et le Latakia est quant à lui très bon, et je parierais qu'en test à l'aveugle il en surprendrait plus d'un !

Ceci dit, pour les mélanges, il faut bien avoir en tête que ce sont des mélanges à bases dominantes de La ou Pe, mais pas des purs; je précise, parce qu'à leurs sorties je l'ai cru...
Mais au moins, avec ceux-là et comme le souligne Jacques, on est assuré de ne pas additionner des additifs à d'autres additifs pour obtenir une véritable usine à gaz !
(ce qui ne gêne pas tout le monde, quand on sait le succès commercial de bien des mélanges...)

Jacques a dit…

Concernant le Latakia et le Perique Image de Planta, je l'ai cité car il peu cher, trouvable en France (du moins à Paris) et d'assez bonne qualité. La base est la même : virginia, cavendish, burley. Toutefois, le burley et le cavendish n'étant pas saucés, on ne retrouve pas le goût nutella que l'on retrouve dans le Wild Atlantic de Peterson. Par contre, on retrouve une dose suffisante de nicotine.

Le Latakia est du Smyrna chypriote assez rond et doux, ce qui donne un mélange assez sympa à fumer tel quel. Il suffit d'y ajouter 25 % d'orientaux pour obtenir un Balkan, 10 % pour obtenir un anglais et 7 % de Périque St James Parish pour se rapprocher d'un Nightcap.

Pour le Perique Image, par contre, il s'agit d'Acadian Périque (burley green river) et non de St James Parish. Donc, d'un burley traité comme le St James ce qui est très différent et n'aurait pas droit à cette appellation aux USA.

Pour se faire la main pour réaliser ses propres mélanges, c'est pas mal et accessible.

Personnellement, j'utilise une autre base de mélange que je fais venir des USA en bulk (4noggins). Il s'agit du Lancer's Slices de chez Charles Fairmorm qui est vraiment excellent à fumer seul, (bien supérieur à ce que peut produire Orlik pour Dunhill ou Gawith) et pour 46 $ les 500 gr. Ensuite, j'y ajoute des orientaux purs de chez McClelland, un peu de Latakia syrien pur de chez Wellauer et une pointe de véritable Périque, Jewel of St James de chez Percy Martin farms. Aujourd'hui, mes recettes sont solidement établies et 500 gr (17,5 oz.) de blends me reviennent entre 51 et 53 euros (port et taxes payées) selon les recettes.

Claudius a dit…

Je trouve que c'est une bonne chose. Mac Baren fait du bon et la qualité est là. Beaucoup de gens ne les aiment pas mais c'est parce que les Mac Baren leur piquent beaucoup la langue, causant une irritation de l'organe. Pourtant, il s'agit de les fumer à hygrométrie minimale et surtout, avec modération au niveau du tirage et le problème est réglé.
Je vais attendre un peu et me procurer un sachet ou deux d'Amphora pour voir la différence d'avec STG, qui le faisait auparavent (si je ne dis pas de bêtises). Je suis très content de voir que le Black Cavendish se fait encore, c'était un tabac préféré de mes débuts, mais on ne le trouve plus au Canada.
Je suis bien curieux de connaître l'avis des amateurs de bruns sur le Cap Export, Le Supérieur et le St-Claude.;-)
Quant à la remarque sur les tabacs Dunhill, faite par Jacques, je crois, eh bien j'ai goûté un certain nombre faits par Murray's à la fin des années 90 et début des années 2000 et je trouve, au contraire, qu'Orlik a fait un sacré bon boulot sur ces tabacs.
Bonne pipe.
Claudius

Jacques a dit…

Bonjour Claudius,

Si tu es un fumeur d'aros qui aime les sucreries goût US ultra chimiques et trafiqué en sucreries, je ne doute pas que tu appécies les Mac Baren. Pour ma part, je ne fume que des meilleurs anglais, balkans et orientaux et il est peu probable que nos avis convergent. L'évocation même de Mac Baren m'évoque immédiatement Mc Do en matière de gastronomie française. Je reconnais être particulièrement exigeant en matière de blend (et en cuisine). Donc comme précédemment indiqué, le HH Vintage Syrian est le seul que j'apprécie réellement. Pour les aros, il y a très longtemps que j'ai arrêté. Je ne supporte même plus le WO Larsen Signature et arrive encore à fumer très épisodiquement un peu de Black diamond !!!

Pour en revenir à la sempiternelle discussion sur Murray vs Orlik, là encore, c'est une question de goût. Le Nightcap s'est un peu amélioré par rapport à Murray, mais ils en ont fait un tabac linéaire du début à la fin du bol. La puissance nicotinique est encore là, mais je ne retrouve plus les notes citronées, de cuir et d'écurie du Nightcap d'antan. Sinon, j'accorde à Orlik une mention spéciale pour le Durbar, le Baby's bottom MM 965 et le De Luxe Navy rolls, qui sont hautement recommandables. Pour le reste, je me réserve un sérieux droit d'inventaire notamment pour l'atroce Early Morning Pipe chimique qui fait injure aux vrais Lakeland, le Standard, le London Mixture et le MM 965 classique. Ces blends sont devenus gras et sucrés. Parfait pour un public américain adepte des sucreries de fête foraine, mais pas du tout européen, alors qu'un véritable anglais ou balkan se caractérise par une attaque en bouche assez sèche, des notes d'agrumes apportés par les orientaux (que l'on retrouve dans le Mac Baren HH Vintage Syrian ou dans le Wellauer Syrian) qui vont se marrier à la rondeur du Virginia et au fumé du latakia dans une explosion de saveurs en bouche. C'est ce que j'appréciais dans les Murray et ne le retrouve plus que chez Samuel Gawith avec le Skiff Mixture et le Squadron leader. Mais beaucoup trop légers en latakia pour moi. Donc comme nombre de fumeurs d'anglais, je ne me retrouve plus dans les Dunhill d'Orlik qui tend à confondre english, balkan, oriental mixture et ... scottish mixture avec ajout de sucreries.

Jacques a dit…

(... Suite)

Dans certains cas exceptionnels, une pincée de St James Parish Perique pour épicer le tout et relever un peu la rondeur du virginia toujours trop sucré (comme pour l'Ashton Artisan blend et le Nightcap) si on souhaite un mélange plus corsé pour accompagner son Islay du soir. Je parle bien de St James Parish, pas de cet affreux Acadian Perique qui n'est qu'un trivial burley green river au goût de nutella et qui assassine avec sa nicotine dès le milieu du bol. Autant fumer du gris français ou du 1637 si on veut du gros qui arrache !

Pour avoir un stock conséquent de Dunhill période Murray (193 boites rachetées il y a quelques années à une civette de Cork qui liquidait avant départ en retraite), j'ai fait le test en aveugle avec deux pipes strictement identiques, fumées en parallèle, (Dunhill 4104 Bulldog Shell Briar gr. 4). Même si l'encavement a magnifié la maturation des virginias des Murray, la richesse aromatique (agrûmes, cuir, thé fumé de Chine, paille fraîchement coupée et crottin de cheval lors des différentes phases du pétun), la finesse des accords entre les tabacs de différentes origines place Murray à un tout autre niveau qu'Orlik.

Les nouveaux Dunhill sont linéaires, monolithiques (sans aucune évolution en cours de bol), gras, huileux et outrageusement sucrés. A croire que ces maudits danois ont rajouté leur sauce habituelle pour black cavendish. Même le Commonwealth qui est un blend (50 La/50Va) détestable, (sauf à aimer fumer une soupe tiède de schiste bitumeux) m'est apparu bien meilleur que le London et le Standard mixture d'Orlik, lesquels sont devenus sans âme, communs, pour ne pas dire vulgaires.

Mais là encore, tout est question de goût. Heureusement que pour les amateurs éclairés McClelland, LJ Peretti, Samuel Gawith, G.L. Pease, Esoterica, Germain, C&D, H&H et Charles Fairmorn restent garants de la tradition. Rule Britannia et bonne pipe.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Pour en revenir au sujet de la reprise des tabacs Seita (groupe Imperial Tobacco) par Mac Baren, je viens d'apprendre que Mac Baren en a confié la commercialisation pour la France à Arnold-André France, filiale d'un cigarier allemand. C'est aussi corsé qu'un bon caporal !