Exemple

19 décembre 2013

> LE TABAC VOOROOGST: « UNE VRAIE DÉCOUVERTE »

C'est sans doute l'une des plus belles découvertes de cette année 2013: le Vooroogst, une ancienne recette hollandaise élaborée de nos jours en Allemagne par la maison Planta, à partir d'un tabac javanais et de Burley.

Il convient de rappeler que l'île de Java fait partie de l'Indonésie, ancienne colonie des Pays-Bas, ceci expliquant la tradition néerlandaise qui consiste à intégrer dans ses mélanges des tabacs en provenance de ce pays.
Au premier regard, on remarque que le format de la boîte est important, alors qu'elle ne contient que 50 grammes de tabac. En l'ouvrant, on comprend pourquoi: alors que la plupart des mélanges sont compressés dans leur boîte métallique, ici, les brins sont particulièrement espacés, un peu comme le contraire d'un flake. Coupe médium, couleur marron moyen. Tout me plaît dans ce mélange Java/Burley. Mais plutôt que de vous faire part de ma propre analyse, place à l'avis d'un autre fumeur de pipe. Il est l'un des premiers -avec Julien- à avoir mis en avant les charmes du Vooroogst sur les forums de discussion: il s'agit d'Antoine, dit Salabreuil. Merci à lui pour sa contribution.


VOOROOGST LUMADJANG, par Salabreuil


Le Vooroogst, apparu dans les civettes belges et allemandes au printemps dernier, est probablement la nouveauté de l'année. Pas de celles qu'on range sur l'étagère des curiosités, mais bien de celles qui affirment immédiatement un caractère indispensable, faisant déjà figure de classique.
A l'ouverture, le tabac présente une couleur sombre, et dégage une odeur très forte de chocolat noir, mais alors très noir. Le tabac est très aéré, peu compressé, et peu humide. Son bourrage est d'une grande facilité, et sa combustion l'est encore plus. Ça roule tout seul.
Au goût, c'est doux, c'est fin mais néanmoins viril, et cela n'agresse jamais la langue. Cela fait effectivement un peu penser à un cigare - même si je dois avouer que je ne suis pas un fin connaisseur de cigare. La room note est plaisante. Effectivement, on ressent des notes de cacao. Et plus d'un dans votre entourage vous fera la remarque : "Il y a du chocolat ?" Ce n'est pas pour autant écœurant: rien d'entêtant ou de sucré.
Ne vous méprenez donc  pas sur ces notes de cacao : ce tabac revendique d'être 100% naturel, sans conservateurs, ni adjuvants, et encore moins d'arômes. Voici d'ailleurs la traduction des informations données en allemand que l'on peut trouver à l'intérieur de la boîte : 
La région la plus célèbre de la culture du tabac de la Compagnie des Indes hollandaises est aujourd'hui Lumadjang. Les feuilles de ces tabacs sont si belles qu'elles sont traitées avec le même soin que pour un cigare. Elles sont de couleur claire et leur coupe d'une grande "légèreté". Le nom traditionnel est «Vooroogst». Vooroogst est une spécialité préparée à partir d'une vieille recette hollandaise, où aucun arôme supplémentaire n'est ajouté afin de préserver la saveur unique de ce tabac.


C'est un tabac d'une qualité constante, voire monolithique, qui évolue peu en cours de fumage. Il est rond et flatteur, et très boisé. Sa forte personnalité devrait plaire aux amateurs de tabacs bruns, de gris et de semois.
C'est une vraie découverte, et très rapidement, ce tabac s'est imposé pour ma première pipe du jour et réveiller ainsi en douceur mes papilles. Ce tabac me semble d'ailleurs idéal tout au long de la journée, et accompagnera par exemple très bien un café, notes de cacao oblige. Enfin, je conseille de le fumer dans des petits et moyens fourneaux.
Mais ces qualités gustatives ne sont pas le seul attrait de ce tabac hollandais. Ce tabac présente des particularités que je n'ai vu nulle part ailleurs.
D'abord, c'est un tabac tout-terrain. Il peut être fumé dans n'importe quelle pipe, y compris une bruyère médiocre. La plus mauvaise de vos pipes ne parviendra pas à rendre ce tabac infect. Est-ce parce que ses arômes très boisés domineront ceux de la bruyère ? Possible. En tout cas, même cette pipe si jolie, vous savez celle que vous étiez si fier d'acquérir, mais qui, catastrophe, s'était révélée décevante au goût, trouvera une place dans votre rotation bourrée au Vooroogst.
Et là, je vais parler non plus de qualité, mais de propriété. Car le Vooroogst en possède une qui le rend presque magique. Ce tabac décrasse les pipes. Faites l'expérience, comme je l'ai faite, de fumer un certain temps du Vooroogst dans une de vos bruyères décevantes ou médiocres. Puis revenez à un de vos tabacs de prédilection : du semois, par exemple, qui réclame de bonnes bruyères pour révéler toute sa complexité. Vous serez surpris. Vous trouverez votre pipe transformée. Bien meilleure, elle accueillera votre tabac en lui conférant cette rondeur et cette douceur tellement appréciables dans le Vooroogst. Et s'il vous parviendra quelques harmoniques rappelant le Vooroogst, on ne peut pas pour autant dire que la pipe a été marquée. Elle a bel et bien été décrassée, préparée, dressée. Elle ne deviendra peut-être pas une de vos meilleures bruyères, mais au moins, cette pipe qui vous avait tant déçu et restait au fond de votre tiroir pourra avoir une seconde vie.
Evidemment, cette particularité fait du Vooroogst un tabac d'excellence pour culotter une pipe neuve.
Il n'y a plus qu'à espérer qu'un distributeur français ait la bonne idée de faire franchir nos frontières à cette réussite.





VUES

12 commentaires :

Anonyme a dit…

Mon regard sinon vous ne sait d'autre sujet
Ma main qu'a vous chercher ne sait d'autre voyage
Ma langue sinon vous ne sait d'autre langage
Mon oeil ne sait prendre que vous pour objet
Vous étes le doux grain de mon plaisant palpage
Vous étes le seul but ou vise mon entourage
Et seulement en vous le vooroogst se parfait

Scytale

Nelson a dit…

Voilà un article qui a mis suffisamment ce tabac en odeur de sainteté pour me donner l'envie de goûter.
Je le sens comme un tabac de saison qui ira aussi bien avec le café que le cake.
Affaire à suivre, début 14 !
En attendant, je souhaite de bonnes fêtes de fin d'année à tous.

Laurent Lefevre a dit…

Voilà qui m'a donné envie de le goûter, je viens d'acheter ma première boîte. Le prix (en Belgique) : 12,40 euros pour la boîte de 50 grammes.

Bonnes fêtes à tous !

Salabreuil a dit…

Merci à Nicolas de m'avoir donné l'opportunité de participer à Pipe Gazette. Et j'espère que cette contribution permettra de faire d'autres heureux avec ce tabac.

J'en profite pour remercier Ipkiss, pétuneur du nord de la France, qui m'a offert très gentiment ma première boîte de Vooroogst et m'a fait découvrir ce tabac !

Joyeuses fêtes à tous !

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Grâce notamment à Salabreuil, ce Vooroogst fait des émules. Tant mieux, je pense que vous ne serez pas déçus. Sinon, vous viendrez râler ici :)

Daniel Zych a dit…

Voilà un article qui donne envie de goûter ce tabac exotique d'autant que j'ai du mal à fumer certaines de mes pipes qui, malgré un entretien régulier, puent le mauvais tabac froid. Merci et à bientôt pour vous donner une appréciation.
Bonnes fêtes de fin d'années à tous.

Anonyme a dit…

12,40€ en Belgique! Comment est-ce possible? Sur les sites allemands, il est à 6,50€ la boîte de 50g. Quelqu'un doit faire une erreur...

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Oui, c'est incroyable, cette différence. En tous cas en Belgique, c'est bien 12,40.

Alain a dit…

PLANTA est connu pour saucer à mort. C'est donc une bonne nouvelle qu'il nous propose un tabac naturel.

MASSE Bernard a dit…

Et bien il ne reste plus qu'à le trouver ... ce qui ne sera pas facile dans le coin ! J'en profite pour vous souhaitez à tous de bonnes fêtes de fin d'année.

Alain a dit…

Très belle découverte, j'en ais fumé par l'entremise de Salabreuil, il est surprenant. Doux mais avec une palette de goûts bien à lui, après un café un régal.
Bonnes fêtes à tous.
Merci Nicolas pour cette Gazette que je consulte régulièrement.

@lf.

Alain a dit…

C'est une rvue de haut niveau, précise et riche.Voilà de quoi lire et se régaler. Merci à Salabrueil et Nicolas Stoufflet.