06 avril 2011

> LATAKIA MON AMOUR, par Russ Ouellette

Avec l'aimable autorisation de PipesMagazine.com


Dans ma dernière intervention, j'ai disserté sur un de mes tabacs préférés: le Perique. Cette fois, je vais aborder mon premier amour lié à la pipe, le latakia.



Dès que j'ai été assez grand pour atteindre le sommet de la table du salon, je suis tombé amoureux du latakia, que papa laissait traîner dans une boîte. Et quand il n'était pas là, je l'ouvrais et en respirais l'odeur pendant peut-être des heures. Il fumait un mélange à base de Burley, de virginie, de latakia et de Deertongue.Un grand arôme se dégageait de la boîte de tabac, encore meilleur quand il était allumé. L'odeur de feu de camp du latakia me ramenait à des images de moments passés au bord d'un lac. Cet arôme rustique et réconfortant m'a dès lors captivé, et c'est encore le cas aujourd'hui.

Le latakia est considéré comme un tabac condimentaire, et il ajoute une note fumée riche, parfois accompagnée par des notes de cuir et même une touche d'anis. En raison de sa saveur et son arôme puissants, un rien peut changer les choses. Mais contrairement à certains condiments alimentaires, il y a peu de risque de surdosage. Si vous ajoutez trop de sauce forte à un plat, il est presque impossible de revenir en arrière. Si vous mettez trop de sel, votre repas est fichu. Mais si vous ajoutez trop de latakia, sa saveur restera agréable en bouche, il se révélera juste un peu trop monochrome.

Le latakia n'est pas à proprement parler un tabac, mais le résultat d'un traitement. Il n'obtient ce nom que lorsqu'il a subi un processus de transformation. Il en existe deux variétés: le syrien et le chypriote. Le syrien est fait à partir d'un oriental appelé Shek-al-Bint, alors que le celui de Chypre est élaboré avec un autre oriental, le smyrne. Si la plupart des adorateurs du latakia semblent préférer le syrien, ils sont tout de même assez nombreux à aimer le chypriote. Le syrien a un goût fumé plus prononcé, avec un caractère qui rappelle le vin, alors que je trouve celui de Chypre plus aromatique, ce qui donne des mélanges intéressants lorsqu'on le combine avec des Yenidje, des Basma ou des Xanthia, qui ont tendance à amplifier le parfum de ce latakia de Chypre. A tel point qu'il prend un parfum d'encens que j'ai toujours aimé, comme dans le Bengal Slices.

Les deux souches sont traitées de la même manière: les feuilles sont suspendues au dessus d'un feu ouvert. La fumée sature la feuille, qui devient noire. La feuille de Syrie est un peu plus légère en saveur et plus délicate que le smyrne utilisé à Chypre. Et elle donne un bon résultat dans la mesure où le chêne syrien lui apporte un arôme plus subtil. Il semblerait que la fumée perde un peu de son goût avec le musc du smyrne. Toutefois, lorsqu'il est combiné avec le pin ou le sapin, le smyrne est alors plus riche et plus chaleureux.


Malheureusement, l'on a rencontré beaucoup de difficultés avec le latakia syrien. Cela a commencé il y a une vingtaine d'années, lorsque le gouvernement syrien a interdit la coupe de bois de chêne, en raison des menaces sévères de déforestation. Par conséquent, la fabrication du latakia a disparu. Après une douzaine d'années, la Syrie a de nouveau autorisé une production de latakia, mais limitée. Hélas, bon nombre de professionnels avaient, entre temps, changé de métier. Le tabac produit par des gens expérimentés se révèle bon, voire excellent. Alors qu'avec d'autres personnes, moins qualifiées, le résultat s'avère médiocre. Il y a environ un an et demi, j'ai reçu un échantillon de la part de quelqu'un qui me disait que je pourrais en obtenir plusieurs centaines de livres à un prix intéressant. Quand j'ai reçu l'échantillon, j'ai été affreusement déçu. Dès les premiers grammes, il y avait des imperfections. Je suis sûr que les choses vont s'améliorer dans ce domaine, mais je doute que cela soit pour bientôt, car il faut veiller à ne pas récolter trop de bois de chêne.

Je travaille donc uniquement avec du tabac de Chypre, et j'en suis satisfait. En fait, je préfère cette qualité plus aromatique. Le latakia a un point commun avec le Perique: il semble se modifier en fonction des tabacs avec lesquels il est mélangé. Avec le virginia, le goût fumé bien connu s'imposera. Quand les orientaux entrent en jeu, la feuille noire prend de nouvelles caractéristiques, devient profonde, au goût presque de moisi, ou brillante, douce et épicée, voire un peu fleurie. Les Burleys, combinés avec le latakia ont tendance à donner un goût profond, chaleureux, aux senteurs de noix. Ajoutez un peu de composants aromatiques, et vous obtiendrez une profondeur gustative rare dans cette catégorie. Il semble se produire une incroyable synergie entre latakia et Perique, quand le côté fruité, fumé, terreux et tanné de l'un rencontre la douceur et le piquant de l'autre, comme en témoignent ces grands mélanges comme le vénérable Nightcap de Dunhill.


Bien que j'ai déjà abordé sujet, permettez-moi de clarifier un malentendu assez courant: le fumier de chameau n'est pas utilisé dans la fabrication du latakia. Comme je l'ai mentionné, le fumier est certes employé dans le monde comme combustible de chauffage, pas seulement le fumier de chameau au Moyen-Orient, mais aussi les excréments de buffle par les Amérindiens. Le latakia est en effet élaboré dans la région où le fumier de chameau est utilisé pour le chauffage, mais c'est un feu de bois, non pas un bûcher d'étrons, qui donne sa saveur à ce tabac.


La mémoire olfactive est la plus forte, et grâce à cet arôme du latakia, à la fois familier et unique, ce sont des flots de souvenirs qui remontent dès les premières bouffées. Plus de la moitié de mes mélanges Hearth & Hom contiennent du latakia, et je sens qu'il existe encore des choses à découvrir à son sujet. Mon plus récent mélange contenant du latakia est la série Magnum Opus. Depuis que je peux obtenir certains Yenidje, Basma et un excellent virginia jaune, je suis en mesure de faire un mélange différent de tout ce que j'ai pu réaliser jusqu'à présent. L'arôme et le goût de ce nouveau mélange me remémorent de vieux amis. Et s'il existe une chose qu'un bon compagnon peut faire, c'est bien de vous rappeler les meilleurs moments de la vie.

* Russ Ouellette est le créateur des mélanges Hearth and Home pour le magasin Habana Premium Cigar et le site Pipesandcigars.com. Il est fumeur de pipe et blender depuis plus de 30 ans, et apprécie les commentaires des clients. Vous pouvez joindre Russ à cette adresse:russo@pipesandcigars.com
L'article en anglais: Lovin' Latakia

5 commentaires :

Anonyme a dit…

Dommage que Pipesandcigars.com n'expédie plus de tabac pour la France.

Hervé a dit…

Je me demande si le tabac syrien est encore exporté? Hervé

Alex Beauroy a dit…

J'adore le Latakia dans deux mélanges de Samuel Gawith, : Balkan Flake et Navy Flake!!!
Un régal

Anonyme a dit…

Personnellement, je consomme du Wellauer Latakia (env 30€ les 100 grammes) et je trouve (pour en avoir fumé sur place il y a longtemps) qu'il se rapproche étonnement de l'ancien, je peux vous le conseiller. J'ai aussi consommé il y a très longtemps aussi, une sorte de Latakia Afghan bien plus puissant que le syrien, je vous communiquerai le nom quand je m'en souviendrais si vous le souhaitez, sa teneur en nicotine était très élevé, tellement que je n'ai jamais goûté de semblable, il me semble qu'il n'a jamais été distribué.

Bien à vous camarades amateurs de Latakia.

Anonyme a dit…

Personnellement, je consomme du Wellauer Latakia (env 30€ les 100 grammes) et je trouve (pour en avoir fumé sur place il y a longtemps) qu'il se rapproche étonnement de l'ancien, je peux vous le conseiller. J'ai aussi consommé il y a très longtemps aussi, une sorte de Latakia Afghan bien plus puissant que le syrien, je vous communiquerai le nom quand je m'en souviendrais si vous le souhaitez, sa teneur en nicotine était très élevé, tellement que je n'ai jamais goûté de semblable, il me semble qu'il n'a jamais été distribué.

Bien à vous camarades amateurs de Latakia.