...
Exemple

12 janvier 2019

► L'incomparable 1792 Flake de Samuel Gawith


Certains le trouveront fort, d'autres doux. Certains déploreront sa raideur, tandis que d'autres percevront des notes aromatiques. Cependant, le 1792 Flake de Samuel Gawith est un mélange que les fumeurs de pipe débutants auront du mal à apprécier.

Cela fait bientôt quarante ans que je fume la pipe. Au début de façon épisodique, avec des bruyères quelconques et des tabacs ordinaires. Mais depuis une bonne vingtaine d'années,  j'ai soigneusement cultivé ma passion pour la bouffarde et le pétun, me mettant en permanence à la recherche de ce qui m'était auparavant inconnu.

En 2004, le pipier américain Trever Talbert, alors installé en Bretagne, m'avait donné un échantillon de ce mélange sombre à l'odeur étrange. Je l'avais fumé sans plaisir. Je n'étais sans doute pas prêt. Je m'y suis remis récemment, avec une approche bien différente.

Ce mélange est composé de virginia et de dark fired kentucky, le tout généreusement aromatisé à la fève tonka, contenue dans le fruit du Dipterix odorata, un arbre d'Amérique tropicale. Ce tabac pour pipe se présente sous forme de flakes assez humides à l'ouverture. L'année 1792 fait référence aux tous débuts de la fabrique de tabacs à Kendal, cette ville du nord de l'Angleterre où la maison Samuel Gawith est installée  tout comme Gawith Hoggarth.


Le 1792 Flake de Samuel Gawith

Les flakes dégagent une odeur particulière, qui s'apparente à celle du cuir. Quelque chose d'assez strict, sans fioriture. Après un temps d'aération, l'émiettement, le bourrage de la pipe et l'allumage, c'est un léger parfum de clou de girofle et de vanille qui s'exprime en bouche. Mais attention, une vanille pure et sans sucre. Il en ira ainsi jusqu'au bout, jusqu'au reliquat de cendres blanches. Bénéficiant d'une excellente et lente combustion, maintenue par un tirage régulier et léger, ce tabac montre une impressionnante régularité gustative. De la rondeur, de la profondeur, une saveur subtile de fruit à coque, et aucun piquant.

Certains fumeurs parlent à son sujet d'un tabac fort. Je ne sais pas au juste ce qu'ils entendent par là. Je le trouve, certes, terreux, franc, un brin austère, mais pas fort. Au contraire, je perçois une note vanillée dans un ensemble qui a du corps sans être surpuissant. Le taux de nicotine serait élevé, selon des contributeurs de Tobaccoreviews. C'est possible, mais je ne subis aucune suée, ni aucune augmentation du rythme cardiaque en fumant ce 1792 Flake  ce qui pourtant m'arrive avec d'autres mélanges riches en kentucky qui me donnent le tournis.

En conclusion, il s'agit de l'une de mes plus belles (re)découvertes de ces dernières années. 
N.S.

VUES

14 commentaires :

Anonyme a dit…

Bonjour Nicolas,
Ce tabac est-il disponible en France?
David de Nantes

Benoît a dit…

Je ne saurais mieux dire.
je le fume humide (et c'est bien le seul) et, bien que conservé dans un bocal Le parfait, je le ré-humidifie régulièrement.
De cette manière, il a toute les qualités que lui prête Nicolas et je pense comme lui qu'il s'agit bien d'un tabac exceptionnel, unique en son genre.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

À David: à ce jour, il n'est plus distribué en France. Je l'ai acheté en Allemagne, en traversant le Rhin lors d'un passage à Strasbourg, chez Baumert à Kehl. Il est aussi disponible en Belgique.

À propos de Baumert, je tiens à rendre hommage à l'amabilité et l'efficacité de l'équipe. J'avais appelé une semaine avant de venir pour savoir si ce 1792 était en stock. Il ne l'était pas, mais on m'en a commandé le nombre de boîtes voulues. Et j'ai pu venir les chercher à la date prévue.

Loïc a dit…

De vrais pros chez Zim. Pour en revenir au 1792, c'est le plus fort et le plus chargé en nicotine que j'ai fumé. Vraiment pas pour moi.

D.P. a dit…

Egalement disponible en Italie.

Sam a dit…

Merci pour cet article !
La première fois que j'ai fumé ce tabac, j'ai eu quasi immédiatement le tournis et la sensation d'un gros coup de poing dans le ventre. Des années après, je l'ai essayé à nouveau et, de façon surprenante, je l'ai trouvé d'une grande douceur, séduit par son arôme simple et délicat de vanille et d'amande.
Quel dommage qu'il ait disparu des civettes françaises...

Gilmieug a dit…

Ce tabac est une merveille, pour peu qu'on soit un minimum expérimenté et épicurien. Attention je ne veux pas dire que ceux qui ne l'aiment pas ne sont pas épicurien. Bien heureusement chacun a ses préférences: brun, blond, sucre, épices, amertume, acidité, douceur... Ce que je veux dire c'est que le 1792 est à placer au sommet de la sophistication. Comme le dit Nicolas et comme le dit Benoît, il est incomparable.
Loïc, tu as dû le fumer trop vite, c'est dans doute pour ça que tu a reçu un shoot.

fanfan a dit…

J'en prenais de temps en temps, quand il était encore distribué en France. C'est un tabac fort en goût et en nicotine.
Accompagné d'un thé fumé genre Lapsang Souchong c'est du bonheur.

Malheureusement je lui fais quand même des reproches: 1) inutilisable sous forme de flake, émiettage obligatoire. Ce faisant, le tabac a tendance a donner de la poudre. C'est assez pénible quand on arrive en fin de boîte. 2) trop d'aromatisation, SG a la main lourde en ajoutant sa fève de tonka. 3) il ne fait pas tourner la tête, mais il met quand même l'estomac en vrac. J'ose même pas imaginer ce que ça peut donner pour ceux qui tenteraient de le fumer à jeun.

Il existe chez SG un tabac du même tonneau mais sans fève de tonka: le Lakeland Dark. Hélas, celui-ci est également introuvable en France.

Sam a dit…

En effet, une vraie merveille... C'est un de mes tabacs préférés. Mais il est vrai qu'il sanctionne l'expérience du fumeur de pipe. C'est quand on finit par être aguerri qu'on finit par l'apprécier à sa juste valeur.

Pétuneur a dit…

Merci pour cette contribution au grand débat national sur le 1792 Flake :))
D'ailleurs, ce serait un sujet ça: arrêtez les interdictions pour ceci, pour cela. Pas le droit de fumer, c'est pas bien, mangez comme ci, mangez comme ça...

Guy a dit…

Super article. Dommage que le 1792 ne soit plus vendu en France. Heureusement il y a la Belgique, l'Allemagne, l'Italie etc...

Berny a dit…

L'odeur me fait un peu penser au WO Larsen 1864
avec des arômes sélectionnés avec goût. Dommage
qu'on ne le trouve pas au canada.

Christophe papaalino a dit…

punaise mauvais souvenir celui là. Un peu trop chargé en herbes à Nico.

Merci pour cette revue Nicolas

Alain a dit…

Pour l'avoir gouté il y a quelques années (en échantillon) suite à quelques échanges bien sympathiques. La Tonka m'avait fort déplus. Ayant un parcourt similaire au votre Nicolas. l'envie de récidivé, donc boite en approche>>