...
Exemple

02 février 2019

► Les pipes Comoy's, une histoire franco-anglaise



L’aventure Comoy débute à Saint-Claude (précisément dans le village d’Avignon-lès-Saint-Claude) en 1825 quand François Comoy et ses frères commencent à fabriquer des pipes en buis et en terre. François et son fils Louis découvrent  les vertus de la bruyère et l’utilisent à partir des années 1850.

En 1879, Henry Comoy, un autre fils de François, s’installe à Londres avec des ouvriers de Saint-Claude et crée l’usine Comoy & Co. Ltd. En 1891, Louis Comoy et ses cousins Louis et Charles Chapuis rejoignent l’entreprise anglaise. En 1905, la marque Comoy's of London commence à être distribuée avec succès aux Etats-Unis.

Henri Comoy meurt en 1924, mais l’entreprise reste dans la famille. En 1929, la marque Comoy intègre la société Cadogan (groupe Oppenheimer), mais les Comoy et les Chapuis conservent la maîtrise de l’entreprise, sous la houlette de Louis Chapuis, d’Adrien Comoy, puis de son fils Pierre Comoy. Ce n’est qu’en 1980 que Cadogan rachète entièrement la société Comoy. 

Une bulldog Comoy's fabriquée à Saint-Claude

L’histoire de Comoy’s est intimement liée à une autre marque bien connue: Chacom. En effet, parallèlement à l'aventure britannique, s’est développée à Saint-Claude une autre fabrique de pipe, également dirigée par les Comoy. Tout comme à Londres, l’usine jurassienne devient le fruit d’une collaboration entre la famille Comoy et les cousins Chapuis, qui est formalisée après la première guerre mondiale. En 1929, ils créent la marque Chacom (contraction de Chapuis-Comoy). En 1932, en raison d’une grave crise économique à Saint-Claude, l’usine fusionne avec l’entreprise La Bruyère dont elle prend le nom. Mais l’appellation Chapuis-Comoy fait son retour en 1957 et les pipes Chacom connaissent alors un grand succès.

En 1971, l’usine anglaise Comoy et l’usine française Chacom deviennent totalement indépendantes l’une de l’autre. Yves Grenard, petit-cousin de Pierre Comoy, prend la direction de Chacom, qui est un temps détenue par la holding Cuty-Fort.

En 2007, le fils d’Yves, Antoine Grenard reprend les rênes de la maison. En 2016, Chacom quitte la vieille usine du centre de Saint-Claude pour s’installer à l’extérieur de la ville, dans des locaux modernes à Villard-Saint-Sauveur, sur la route de Genève.

La nouvelle usine Chacom

Depuis quelques années, la fabrication des pipes Comoy’s est de retour à Saint-Claude, tout au moins pour la production à destination des Etats-Unis. « C’est Erik Stokkebye qui travaille avec la société Philipps & King qui m'a demandé d’en fabriquer pour le marché américain. Philipps & King a actuellement les droits pour les USA », précise Antoine Grenard, le directeur de Chacom. Mais pour couvrir le monde entier, il faudrait racheter la licence à la maison Oppenheimer qui la détient toujours pour tous les autres pays ».

La relance de la fabrication des pipes du catalogue Comoy's serait certainement très appréciée par les amateurs de formes traditionnelles franco-anglaises: billiards, bulldog, apple ou pot. « Une nouvelle série va voir le jour et une Christmas pipe est à venir », nous annonce Antoine.

Extrait d'un catalogue ancien des formes Comoy's



VUES

8 commentaires :

Jack a dit…

Merci Nicolas pour cette fabuleuse histoire de comoy's avec s ou sans s. Je viens de m' offrir une pipe comoy's achetée pas plus tard que la semaine passée. Je vais la fumer différemment.
Jack

D.P. a dit…

Excellent article bien documenté, même si on s'y perd un peu dans cette histoire compliquée...

Jean-Claude Zawich a dit…

Bonjour. Merci pour l'article. Où acheter une Comoy aujourd'hui, en dehors des occasions. Je veux dire une neuve ?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Uniquement sur le marché des USA. Celle présentée dans l'article vient de chez Smokingpipes.com

Anonyme a dit…

Il y a plein de belles chez SP: https://www.smokingpipes.com/pipes/new/comoys/

Berny a dit…

Moi, les pipes Anglaises ne font pas partie
de ma rotation. Elles ne m'intéressent pas
mais le sujet est intéressant. Je croyais au
départ que c'était une marque danoise. Se sont
des liens avec l'histoire qui apparaissent.

bebert a dit…

Très bel article Nicolas, j’ai très récemment acheté une comoy’s neuve, une billiard saddle naturelle flammée huilée, sur le marché US via eBay.
C’est une splendide fumeuse, confortable et au montage / perçage irréprochable.

Merci pour l’article

Amitiés

Duncan a dit…

Sujet intéressant, bravo.