...
Exemple

29 octobre 2018

► Master class chez le pipier François Dal




L'idée est de vous associer à lui pour la fabrication d'une pipe unique, de A à Z. Préalablement, sera définie la forme de votre choix, dans les grandes lignes, afin de préparer le matériel adapté et de fournir un devis. Ensuite, si le projet vous plaît, vous passerez une journée complète à l'atelier avec François à une date convenue. Vous déjeunerez sur place à la bonne franquette. Et vous repartirez avec votre pipe, qui pourra être signée des deux noms: le vôtre et celui du pipier. 


Le pipier François Dal dans son atelier de Wépion (Belgique)

Si vous souhaitez partager une journée dans l'atelier de François Dal, seul ou éventuellement accompagné d'un autre amateur que vous connaissez, prenez contact avec lui directement sur son site: http://francoisdalpipes.com/contact/  ou sur sa page Facebook >>






VUES

9 commentaires :

Jean-Marie Larivière a dit…

D'après la définition de "Master Class", il sagit d'un enseignement d'un maître à un élève. Un Eltang ou un Morel auraient toute leur place sous cette appellation, mais même si présentement François Dal fait des pipes honnêtes, l'appellation Master peut faire sourire. je ne pense pas qu'un ouvrier peut se qualifier de master après 2 ans de métiers. En tout cas bonne initiative, car c'est pas Blatter qui ferait ça chez nous au Québec.

Louis a dit…

Belle initiative, merci.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

C'est moi-même, le rédacteur de l'article, qui ai choisi l'expression "master class" en non François lui-même. Les pipes qu'il réalise sont d'un haut niveau de finition et qu'importe le nombre des années.

Anonyme a dit…

La démarche est intéressante.
Que de souvenirs lies à la pipe en fin de journée puis tout au long de sa vie.
Maître ou pas, regarder un artisan au travail doit être un moment de plaisir partagé.
A encourager.
David de Nantes

Jack a dit…

Je suis fumeur de pipe depuis très longtemps et j'achète depuis quelques années ( notamment) mes pipes chez François. Les pipes sont de très très belles compositions et de grandes qualités. Pour m'a part je pense sincèrement que François Dal est un maître pipier.
Il y aura toujours des ronchons pour dire le contraire.
Jack

Anonyme a dit…

Il y aura toujours des commentaires critiques voire fielleux concernant François !!!
Qu'importe, il a l'habitude.
L'essentiel est qu'il continue infatigablement du fond de son atelier à produire d'excellents modèles.
L'idée d'associer le futur propriétaire à la fabrication est savoureuse et, n'en déplaise aux détracteurs, l'esprit convivial derrière cette initiative est non seulement parfaitement en accord avec le caractère de l'Artisan mais en plus l'expression totalement aboutie de ce que peut être l'art de la pipe qui va bien au-delà de l'étude clinique des tabacs.
Frère Jean

Julia a dit…

Je suis entièrement d'accord avec Jack, les ronchons
qui passent un coup de torchon salissent plus qu'ils
ne lavent et puis tout le monde sait que l'eau de
Larivière n'est pas aussi propre que ça, Jean-Marie.
Je te conseille donc de chercher d'autres arguments
que ceux que tu utilises si tu veux dire du mal de
François Dal. Encore une chose, si tu étais vraiment
Québécois tu ne l'écrirais pas.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Loic a dit…

François fait du très beau boulot, Pipier, Maître pipier : on s'en fout. C'est la relève et c'est ce qui compte.