Exemple

14 janvier 2018

► Rattray's Winter Edition 2017: de la crème catalane !


http://www.pipegazette.com/2018/01/rattrays-winter-edition-2017-de-la.html


Sur le papier, cette composition doit avoir tous les défauts de sa catégorie: il doit être piquant, agressif, entêtant. N'étant pas aficionado des mélanges aromatisés, loin s'en faut, il possède a priori toutes qualités pour me déplaire. Rendez-vous compte: ce mélange est parfumé à la crème catalane, à la vanille de Tahiti et à la noix de macadamia d'Australie ! Pourtant, sans y croire, mais porté par l'esprit de l'an neuf, je me suis lancé à le tester. Sans préjugé, promis.
Voir le mélange en ligne: www.pfeifen-shop-online.de/Rattrays-Winter-Edition-2017
À froid, il sent bien la vanille et la crème brûlée. Au toucher, pas de poisse. Deux ou trois allumages, on tasse bien, et on perçoit les premières bouffées: elles sont agréables au nez, comme c'est souvent le cas avec les tabacs aromatisés. Aromatisés, entendez par là: avec ajout de parfums autres que celui du tabac lui-même. Ce type de composition offre toujours au début quelques effluves sympathiques. Mais, au début seulement...

 Le Rattray's Winter Edition 2017
   
Le Rattray's Winter Edition n'échappe pas à la règle. Au bout de quelques minutes, tout se gâte. Au parfum sucré pas déplaisant succède une sensation d'abord imprécise, quelque chose qui se brouille entre les papilles et les narines. L'arôme s'échappe, se disloque, pour finalement laisser place à un désagréable picotement de la cavité buccale. Les rallumages se multiplient. Ça y est, c'est fichu. Ce tabac aromatique est un plaisir éphémère, une promesse non tenue. Pourtant, je voulais y croire. Cependant, si vous êtes un fumeur de Kentucky Bird heureux, oubliez que j'existe, foncez sur ce Rattray's et faites-vous plaisir.


Une Lacroix avec le Rattray's Winter Edition


Cher lecteur, au risque de me répéter, je le confesse: je n'aime pas, ou je n'aime plus les aros, comme disent souvent les fumeurs  —  dont beaucoup en sont d'ailleurs des adeptes parfaitement respectables. Les seuls mélanges aromatisés qu'il m'arrive d'apprécier sont ceux qui comptent du cacao supposément naturel ou certains tabacs de type lakeland c'est-à-dire aromatisés, par exemple, à l'alcool de fruits ou aux essences florales non artificielles. Comme un amateur d'Indian Pale Ale qui se laisserait tenter par une bière parfumée à la cerise.
Cependant, j'ai eu récemment à tester, pour un projet, un mélange au pruneau d'Agen et à l'armagnac qui m'a laissé la bouche en feu; donc, pas de systématisme d'aucune sorte. Mais que voulez-vous? J'ai parfois la faiblesse de me laisser séduire par le marketing des fabricants. Las ! Attiré par les mots, par l'idée d'un dessert réconfortant en ces temps frisquets, je suis encore tombé dans le panneau et resté sur ma faim. En me jurant qu'on ne m'y reprendrait plus. Jusqu'à la prochaine fois.   
 N.S

VUES

7 commentaires :

Je@n-Phi a dit…

Bien envie de goûter quand même. On le trouve en France?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Pas à ma connaissance.

Guy a dit…

A tester quand même car je ne me fie pas à tes commentaires sur les aromatiques :))

Anonyme a dit…

Burley - Black Cavendish, tout est dit ! De la sauce, de la sauce et encore de la sauce ... Bref, en laissant infuser 3 minutes dans l'eau bouillante on doit pouvoir en faire une tisane digestive. Ah ! j'oubliai, ne pas oublier le filtre 9 mm pour la filtration et servir dans une tisanière en porcelaine blanche de forme ... éléphant 😄😄😄.

Juste une question Nicolas, marque-t-il les pipes ?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Un peu, mais pas durablement. Il n'est pas poisseux. C'est déjà ça ☺

Christophe papaalino a dit…

salut à tous

Merci Nicolas pour ce retour.

Tu te doute bien quand temps qu'amateur de sucreries, j'ai aimé ce tabac.

Pour le début je suis d'accord avec toi mais pour le reste pas trop.
Dans l'idéal avec la présence, notamment du Black Cavendish, il aurait fallu le faire sécher un peu. Mais là ce n'était pas possible. Ensuite, cela n'engage que moi, c'est un Aros; qui plus est, bien saucé et donc ça chauffe un peu c'est pourquoi en plus de l'humidité, il faut les fumer très lentement.

J'ai eu l'occasion de déguster deux autres bol qui m'ont été offert par un membre d'un forum et je peux t'assurer que c'est presque le jour et la nuit. Je ne peux pas de faire une revue détaillé car pas suffisamment de matière mais toutefois, voilà ce que j'ai ressentis:

dès les premières volutes les arômes de crème et de vanille sont très présent.
En bouche il y a un léger coté crémeux. La fumée plutôt froide et légère.

Au deuxième tiers le coté crémeux perd de sa consistance et laisse place à des notes de fruits à coques grillés et vanillés.
Les saveurs sont un peu plus prononcées et la fumée un peu plus dense et légèrement sucrée.
Coté tabacs, leurs présence est très discrète.

Au dernier tiers l'ensemble des arômes prends du corps pour la room note. A savoir que le coté crémeux du début qui était très prononcé ( sans être équerrant, du moins pour moi ) ce mêle à la vanille et aux fruits à coques ( noix de macadamia ??? Je ne suis pas assez expert pour le dire ). La room note est superbe.
Coté saveur il ni a presque plus rien du départ. Les tabacs sont présent mais sans plus. L'ensemble à perdue de ses saveurs du départ et je reste un peu sur ma faim.

D'autre part il faut que le bourrage soit un peu plus tassé car sinon la combustion va un peu trop vite.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Merci Christophe pour ton analyse. Comme quoi, j'ai bien fait de préciser que mon avis était subjectif.