...
Exemple

28 décembre 2017

► Dégustation du B 5, un nouveau tabac pour pipe


Licencié en 2016 après la fermeture du site d'Imperial Tobacco à Carquefou, Ludovic Colin a créé son entreprise indépendante. Une toute petite structure appelée Breizh Tobacco, qui produit des cigarettes, un tabac à rouler et un mélange pour la pipe, tous vendus sous la marque B5. B comme Bretagne et 5 comme le nombre de départements de la Bretagne historique.

Dans l'immédiat, B5 n'a de breton que le nom, même si Ludovic Colin a basé son entreprise à Petit-Mars, près d'Ancenis (44). Le tabac est fabriqué en Belgique et conditionné aux Pays-Bas. Mais dès 2018, le jeune patron compte bien faire travailler des producteurs locaux. "Actuellement, il n'y a plus de planteur en Bretagne. Mais j'ai trouvé un agriculteur qui est prêt à cultiver du tabac breton. Il a déjà rencontré un technicien de France tabac et, malgré les difficultés, il est prêt à tenter l'aventure".


Le tabac B5 pour la pipe


S'agissant du tabac pour la pipe, vendu en blague de 40 grammes, c'est un mélange de différentes feuilles. "Un tabac blond au goût américain, avec du virginie et du burley, avec un peu d'orientaux et une touche de kentucky pour ajouter une note fumée", explique Ludovic Colin. La coupe est de 1,6mm de large. Effectivement, la largeur est belle, idéale pour un fourneau; les brins de différentes nuances de marron sont enchevêtrés, appétissants et d'une hygrométrie parfaite. À l'ouverture de la blague, le nez perçoit en effet le léger parfum fumé du kentucky, associé à une senteur naturelle de sous-bois automnal. Pas d'arôme artificiel dans ce mélange belgo-breton.

L'allumage de départ s'avère un peu délicat mais la combustion assez facile. On ressent vite une puissance qui me rappelle le Caporal Export ou le Forte de Toscane. Jusqu'à la fin, la robustesse et le naturel se conjuguent et en font un mélange typiquement français ou belge bien plus qu'américain, à mon sens. Quoi qu'il en soit, ce B5 a du corps. Comme la présence de kentucky l'annonçait, une légère touche fumée est perçue, mais pas de torréfaction, semble-t-il. C'est, à mon sens, la note manquante.




Pour l'instant distribués dans l'Ouest, les produits B5 devraient en théorie être disponibles dans toute la France dès la mi-janvier, si toutefois les détaillants jouent le jeu. "Les buralistes qui souhaitent vendre les produits B5 devront passer commande auprès de Breizh Tobacco, par mail, par téléphone ou via le site lorsqu'il sera en ligne", précise Ludovic Colin.

N.S.
Breizh Tobacco, chemin des Vignes, 44390 PETIT-MARS
Téléphone: 02 28 24 60 18 / 06 48 63 87 89
Mail: ludovic.colin@breizh-tobacco.com


VUES

16 commentaires :

D.P. a dit…

J'ai hâte de le trouver. Pour l'instant "dans 60 bureaux de tabac, de Joué-sur-Erdre (44) à Brest (29) en passant par Guingamp (22) et Hennebont (56)", d'après BFM.
C'est donc pour bientôt, la distribution plus large.

sablées89 a dit…

on ne peut qu'encourager et féliciter une telle initiative, surtout dans une époque comme la notre perclus d'interdits imbéciles et d'intolérances aux plaisirs d'antan!! J'espère le trouver bientôt dans ma Bourgogne profonde.

Benoit a dit…

Ingrat que je suis, je ne suis pas entièrement d'accord avec Nicolas S. qui m'a pourtant offert un échantillon de ce mélange -:)

2 bols / test : écume foyer moyen et bruyère grand foyer.
Je le dis tout de suite, une belle découverte et une jolie réussite !
Un blond, sans aucun doute, bien corsé mais bien loin, je trouve (pardon N.), du Caporal Export ou du Forte.
Les Virginia, Burley, Kentucky et Orientaux sont bien présents.
Pour moi, les trois premiers mènent la danse.
Sous sa simplicité apparente, c'est un mélange bien plus évolutif qu'il n'y paraîtrait, comme souvent (toujours ?) avec le Kentucky : ce tabac donnant des fins de fumage assez spectaculaires avec ses notes boisées (Sental), épicées et fumées à la fois.
L'ensemble est à la fois rond et épicé, sans la moindre agressivité.
La room note, autant que le fumeur puisse réellement en juger (un ou deux retours directs dans les narines) est celle d'un bon et franc tabac.
Bref, je ne peux plus vous le cacher : j'aime beaucoup et si un jour prochain je le trouvais à la Civette du Palais royal, je suis client !

Benoit a dit…

J'oubliais : la coupe est très bien et la combustion parfaite.

Jack a dit…

J'ai vraiment hâte de le fumer.
Jack

Gilmieug a dit…

Merci pour ce test. Ca me donne envie personnellement. Peut-être bientôt chez moi ? Pas sûr que les buralistes le commandent, c'est à nous de faire pression sur eux. L'autre jour, j'ai demandé du Caporal. On m'a répondu "j'en ai pas". Quand j'ai demandé s'il pouvait en commander, on m'a répondu: "non", sèchement. C'est ça, le sens du commerce. Et ils iront se plaindre qu'on achète son tabac quand on va à l'étranger...

Rop a dit…

Merci Nicolas et Benoît pour ces analyses, j'ai hâte également de le goûter !
Quant aux buralistes Gilmieug, il faut en trouver un gentil, c'est sûr. Et pour
leur commander une référence qu'ils ne suivent pas habituellement, il faut que tu saches que le mieux est de leur demander "une cartouche" c'est à dire 5 ou 10 paquets selon les références.
En effet ils ne voudront pas commander une cartouche pour t'en vendre un ou deux paquets et laisser sécher le reste sur leur étagère, et de plus cela n'a aucune rentabilité financière
pour eux.

Anonyme a dit…

C'est un mélange un peu hétéroclite que j'ai pu goûter en Bretagne (un paquet acheté à Brest à la civette). Je pense qu'il mériterait d'être plus personnalisé. Comment ? Par une plus forte présence du kentucky peut-être puisque les virginies et les orientaux sont en plus grande portion. Pourquoi assembler autant de feuilles différentes ? Dans l'espoir d'avoir un mélange uniforme d'une saison sur l'autre, comme dans les grandes maisons de champagne ? Quitte à obtenir une qualité moyenne mais stable ?

Denis

Charly a dit…

Dans l'attente moi aussi. Une initiative à encourager par ces temps de restrictions et d'interdictions. Dans certains pays intégristes, on fouette les gens qui fument.

Jean-Claude a dit…

Il faut voir, je ne suis pas tellement adepte du kentucky à priori, mais Benoît en parle bien, alors pourquoi pas si je le trouve à Paris ou si je trouve une bonne âme en Bretagne :)

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Le B5 pour la pipe vient d'arriver à la Civette du Palais Royal (Paris).

Luc a dit…

Prix actuel: 9,90 €

Thelonious a dit…

Il faut avoir une bonne dose d'humour pour lancer un tabac "breton" avec du tabac belge conditionné aux Pays-Bas.

Benoît a dit…

Prix à la Civette du palais royal = 9 euros.

3ème pochette et je l'apprécie davantage et je persiste et signe : un excellent Kentucky... à condition de vraiment aimer le Kentucky !

Fumeur de pipe du Havre a dit…

Le B5 est présent au Tabac de la Bourse, j'en ai profité pour en prendre une pochette.

A l'ouverture la pochette, on sent bien les orientaux. Au fumage, les virginies et les orientaux prédominent dans ce mélange. Pour ma part, étant un fumeur de brun, la part de Kentucky est trop faible. C'est un tabac blond, sans aucun doute comme le dit Benoît.

Il a une belle coupe.

J'aime les initiatives régionales, comme la coopérative de producteurs de tabacs du Sud-Ouest (1637). Je souhaite à B5 tous mes vœux de réussite.

Amicalement,
David

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Merci pour cette adresse havraise et ce point de vue, David.