...
Exemple

10 septembre 2022

► Le Stonehenge Flake de G.L. Pease: plus de 20 ans d'âge





On le sait, sauf accidents de conservation (traces de moisissure du tabac ou points de rouille à l'intérieur de la boîte métallique), les tabacs naturels se bonifient avec le temps. À dire vrai, les flakes de ce Stonehenge étaient un peu secs, au bout de 21 ans, et ceci malgré la présence d'un opercule. Mais l'utilisation d'un humidificateur a rapidement redonné au mélange une hygrométrie satisfaisante.

Le Stonehenge (du nom d'un site mégalithique d'Angleterre) a été imaginé par le fameux et talentueux créateur américain de tabacs pour pipe, G.L. Pease, en collaboration avec le fabricant anglais Gawith Hoggarth & Co. L'idée était de réaliser un mélange uniquement composé d'ingrédients naturels, dans la pure tradition britannique. 

Il s'agit d'un assemblage de différents virginias (du Brésil, du Zimbabwe et du Malawi), d'un peu de burley du Malawi et de véritable perique de Louisiane. L'ensemble est passé à la vapeur et pressé à chaud, ce qui donne des blocs de tabacs, dont les parfums se fondent et se marient. Ensuite, ces cakes de tabacs sont coupés en tranches, ces fameux flakesDes tranches à la couleur sombre, presque noirs, dans cette boîte de 2001.

De prime abord, on note la senteur terreuse des virginias sombres, associée à un parfum légèrement vinaigré, souvent caractéristique du perique à froid. Et au fumage, un élément notable: ce tabac est sûrement de type lakeland. Ce nom lakeland fait référence à la région de lacs dans le nord-ouest de l'Angleterre, dans laquelle le fabricant Gawith Hoggarth est installé. Cette catégorie de mélange est légèrement parfumée aux essences naturelles végétales. Leur présence est pour moi évidente ici: une essence florale perçue par les papilles, dès les premières bouffées, et qui fait penser à un parfum d'eau de rose. A dire vrai, je ne suis pas un grand amateur des lakeland blends.

Ce parfum s'estompe légèrement en cours de pipe, pour laisser la place principale à la saveur profonde des vieux virginie et, rapidement, au net goût poivré du perique. Pour avoir goûté du Stonehenge plus récent, je peux dire que, dans cette version ancienne qui a forcément maturé en plus de vingt années, les caractéristiques du perique se sont renforcées. À tel point qu'il convient de fumer ce Stonehenge au rythme le plus lent possible, pour contenir tout excès de température qui transformerait le poivre délicat en piment trop puissant. 


Finalement, ce tabac a-t-il bien vieilli ? Alors que certains mélanges s'arrondissent avec le temps, celui-ci s'est renforcé. Les amateurs de perique bien corsé apprécieront. Mais, vingt ans, peut-être est-ce inutile, voire trop, pour les assemblages virginia/perique ? Soit dit en passant, je n'ai perçu ni le burley, ni la présence supposée de cacao, telle qu'affirmée sur certains sites américains de référence.

D'abord destiné à être produit en série limitée, le Stonehenge Flake a été relancé en 2017 et il est toujours fabriqué à ce jour à Kendal par Gawith Hoggarth & Co pour G.L. Pease. Ce tabac est conditionné dans une boîte dont la forme a changé et avec une étiquette différente, mais c'est le même mélange que pour la production la plus ancienne. Nul besoin d'attendre des années, donc, pour l'apprécier pleinement.
Nicolas

 

VUES

7 commentaires :

Anonyme a dit…

Merci Nicolas pour cet article passionnant !
Tous ces tabacs vendus aux USA qu'on ne pas la possibilité d'acheter, quel dommage ...
Olivier de Bruxelles

Alain a dit…

Merci pour ce compte-rendu.

Anonyme a dit…

Très bon point de vue sur le vieillissement du tabac. Pour ma part, 3 / 5 ans c'est le maximum envisageable. La réhydratation ? Juste un sauvetage...
GG

Anonyme a dit…

Bonjour!
J'ai acheté deux boîtes de juin 2021 de 57gr chacune. Le tabac frais était bon avec du potentiel. J'ai cuit une boîte au four à 60° pendant 6h, la boîte a partiellement explosé durant la cuisson (d'autres tabacs intacts : C&D Briar Fox et MB HH Pure Virginia). Pas de bobo, j'ai pu récupérer le Stonehenge puis baisser le four pour terminer la cuisson (50°). Le lendemain j'ai mis la boîte de Stonehenge non cuit en bocal avec par-dessus le Stonehenge cuit puis plus touché le bocal depuis récemment. Le tabac cuit se révèle excellent (pipes bruyère). Celui du dessous va vieillir car je fume peu. Je ne sais pas si je m'y prends bien, je tâtonne, j'expérimente... Vintage 2 à 5 ans me semble donc correct pour ce bon tabac après lecture éclairante de votre article Nicolas.
Bonnes fumées à toustes !

Per fumum a dit…

Signé Per fumum ci-dessus !

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Avec le prix de l'électricité et les risques d'explosion, je vais me contenter du temps qui passe pour faire maturer mes tabacs...

Per fumum a dit…

Bien d'accord avec vous Nicolas et je me suis aperçu que de bons Latakia (que j'adore) tels le GLP Quiet Nights, le Peterson Nightcap ou encore le Mac Baren HH Latakia Flake se révélaient alors délicieux voire envoûtants après deux ans de garde en temps passant...