22 novembre 2016

► Envoi de tabac prohibé, privation de liberté


http://www.pipegazette.com/2016/11/envoi-de-tabac-prohibe-privation-de.html

Je ne le trouve pas en France et on m'interdit formellement de le commander et de me faire livrer. Voilà, en substance, les données du problème. Pour ne pas dire du scandale.

Comment un fumeur de pipe habitant un village isolé du Massif central peut-il se procurer son tabac ? Comment un fumeur de pipe de Nantes voulant acheter un mélange non disponible en France peut-il s'y prendre ? La logique voudrait, en ce 21° siècle connecté, que ces deux adeptes de la bouffarde puissent librement passer commande sur Internet. Or, la loi française, imposant désormais des mentions sanitaires sur 65% du paquet de tabac à pipe, interdit et sanctionne lourdement depuis plus d'un an l'achat de tabac à distance. Beaucoup de contraintes et d'interdits. Quant aux buralistes, prompts à défendre leur profession, ils ne sont pas tous, hélas, au côté des fumeurs. Et encore moins au côté des fumeurs de pipe.

C'est la carotte ou le bâton. Vous achetez ce qu'on vous propose dans la boutique du coin, sinon on vous punit. Pourquoi cette interdiction ? Et de quel droit ? Eh bien, d'un droit bête et méchant, conséquence du lobbying exercé par certains buralistes, lesquels — dans leur grande majorité et à de très belles exceptions près — ne savent même pas ce qu'ils vendent et n'ont aucune idée de ce qu'est un virginie, un perique ou un latakia. 


Voici ce que dit le texte officiel:

 En France, la vente au détail de tabacs manufacturés (cigarettes, tabac à rouler, tabac à narguilé, tabac à priser...) est un monopole confié à l’administration des douanes et droits indirects qui l’exerce par l’intermédiaire des débitants de tabac. Selon l’article 568 ter du code général des impôts, la commercialisation à distance des tabacs manufacturés est interdite en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer. Les acheteurs de tabac par correspondance (sur internet ou par téléphone) sont donc en infraction avec la loi. Néanmoins, il est possible d’acheter du tabac à titre personnel lors d’un déplacement à l’étranger et de le rapporter en France en respectant certaines quantités d’achat. 

Modifiant l'article 568 ter du code général des impôts, la loi du 29 décembre 2014 a même renforcé les sanctions, puisque les acheteurs sont désormais passibles d'une condamnation à cinq ans de prison ferme s'ils agissent "en bande organisée".  De plus, l'Union Européenne interdit désormais la vente de tabac à distance en son sein. Il est strictement prohibé d'acheter du tabac sur le web ou au téléphone et de se faire livrer, qu'il vienne de France, de l'U.E. ou d'autres pays. La douane saisit le colis, sauf coup de chance.

Ces législations sont selon moi  et j'imagine pour bon nombre de fumeurs de pipe — une parfaite privation de liberté. Quelle liberté ? Tout simplement d'acheter du Capstan, ce délicieux virginie en flake, ou bien encore de l'Orlik Golden Sliced, un mélange savoureux de virginie et de Perique. Un ami, amateur du célèbre Prince Albert (un Burley standard) ne peut plus l'acquérir en France depuis longtemps.


Des tabacs introuvables en France à ce jour, mais interdits d'achat en ligne !

Alors, cher législateur ou futur candidat, que répondez-vous ? Que devons-nous faire ? Vous m'interdisez, à moi et à tant d'autres, d'acheter via Internet ou en commandant par téléphone mes mélanges pour pipe préférés. Car ce n'est pas bien, prétendez-vous, de faire transiter du tabac par la poste, surtout s'il a été acheté à l'étranger. D'ailleurs, même à l'intérieur de la France, vous en interdisez l'envoi. Un fumeur habitant dans une vallée cévenole ne pourra donc consommer que des herbes locales. Pourquoi, au juste ? Y aurait-il un risque d'émanations toxiques mettant en péril la santé du facteur ? Concernant l'achat hors de nos frontières, vous imaginez sans doute, pour protéger les buralistes français avec autant de zèle,  qu'ils pourraient être victimes de concurrence déloyale. Sauf que pour qu'il y ait concurrence, il manque un tout petit élément, oh rien du tout ! Ces tabacs, ce Capstan, cet Orlik, ce Prince Albert (ce ne sont que des exemples), les buralistes français ne les vendent pas et s'en fichent complètement, pour la plupart d'entre eux ! 

Et vous, donc, chers détaillants patentés de la vente du tabac et détenteurs d'un coûteux monopole, je ne doute pas que, pour être à la hauteur de l'interdiction que vous avez sollicitée, pour protéger vos intérêts et servir votre clientèle, vous allez vous battre auprès des importateurs et distributeurs afin que le Capstan, l'Orlik, le Prince Albert et quelques autres grands classiques des tabacs pour pipe soient disponibles sur vos rayons. Vous constatez que je ne parle que de références célèbres dans notre pays et qui ont mystérieusement disparu de chez nous jusqu'à nouvel ordre. Je n'irai pas jusqu'à réclamer la présence dans vos boutiques du Mac Baren HH Latakia Flake, de l'Escudo, du semois La Brumeuse, du Vooroogst ou du G.L. Pease Cairo. Non, commençons déjà par les mélanges à plus forte notoriété hexagonale. Et, à propos, pourquoi les douanes et donc vous, les buralistes, empêchez-vous qu'un magasin parisien vendant des pipes puisse vendre aussi du tabac à pipe ? Vous n'en proposez pas ou pratiquement pas dans le quartier en question. Pourquoi ces règles interdisant qu'un autre s'installe sur vos terres, d'autant que ces terres, vous les délaissez ?

Revenons à vous, chers parlementaires. En attendant que ceux qui ont efficacement œuvré pour l'interdiction de l'achat à distance ne se décident à proposer une offre satisfaisante, n'allez-vous pas autoriser le fumeur de pipe à acquérir ces tabacs par le seul moyen à ce jour existant: la commande à l'étranger ? Ou alors, voulez-vous autoriser seulement les voyageurs fortunés à aller faire leurs emplettes ailleurs qu'en France à l'occasion d'un week-end en Suisse ou d'une semaine à New York ? Eux, c'est sûr, ne souffrent pas des restrictions  quelles qu'elles soient. Et ils ont droit à un kilo par personne.
Sinon, je resterai persuadé que cette interdiction — qui contredit l'idée d'un monde ouvert que vous vantez par ailleurs pour la majorité d'entre vous  est une pure privation de liberté. Réfléchissez-y, vous verrez que cette loi est totalement inique. Il n'est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs. 

N.S.


VUES

11 commentaires :

jeanclaudethimoleon jeanclaudethimoleon a dit…

C'est vraiment du foutage de gueule, surtout lorsque l'on sait ce que gagne l'état sur le tabac (beaucoup plus que le producteur). De plus lorsque l'on nous mets maintenant sur les paquets de tabacs qu'ils contiennent plus de 70 substances cancérigènes à la combustion, il serait normal d'afficher la même chose sur les incinérateurs d'ordures, les barbecues, etc... Habitant près de la Suisse je n'ai pas trop de mal pour les Périques et Latakia mais par contre pour avoir du Semmois c'est la croix et la bannière. Donc prochain voyage en Belgique j'en ramène quatre ou cinq kilos (la limite est à 1 kilo) et on verra bien, mes copains fumeurs de pipes jurassiens seront content et je devrais tenir un moment.

Anonyme a dit…

Oui le tabac "plaisir" qu'est le tabac à pipe est interdit à l’importation pour le particulier, par contre on peu très aisément acheter et faire venir de loin des dizaines de référence de médicament qui ne sont pas moins dangereux que notre tabac...

MacSens a dit…

C'est un traitement inégalitaire des territoires. A Paris on dispose de tous les tabacs pour pipe vendus en France. Au fin fond de l'Ardèche, rien ou presque. Pas le droit d'acheter à distance. C'est juste, ça ????

Anonyme a dit…

Il vous reste à trouver une bonne âme habitant à la frontière française et prête à vous envoyer du tabac directement par la poste en France. C'est interdit aussi ?

Jack a dit…

Et pour l'Angleterre cela se passe comment?

Pour le reste je partage l'inquiétude de beaucoup de fumeurs de bouffardes. Mais l''air du temps est plus tôt "à l'hygiènisme moralisateur "
et à pointer du doigt le fumeur pris en flagrant délit de fumage. Il devient un parias qu'il faut absolument rééduquer et soigner.
Jack

Benoît a dit…

Bravo et merci, Nicolas, pour cet article aussi pertinent que nécessaire et qui ne mâche pas ses mots ! Fond et forme que je partage sans réserve, comme nous tous ici, je le suppose.
Si ce billet d’humeur devait être diffusé au-delà du blog, il va de soi que je m’y associerais pleinement, avec nom (et pas pseudo lié à un forum), qualité et adresse.

Lemosse a dit…

Si je veux acheter de l'alcool à distance et me faire livrer, je peux. Autant que je veux. Alors pourquoi pas le tabac, produit LÉGAL. Pourquoi les buralistes ne peuvent pas envoyer du tabac ? C'est stupide.

Pedro a dit…

Je ne peux que partager le constat de vous tous. Même si, habitant Paris et voyageant pas mal, je suis un peu privilégié de ce côté.
Malheureusement en matière de monopole il n'y a que 3 solutions :
* le parlement (donc lobby). On pourrait offrir une Pipe à chacun de nos députés.
* le recours juridique (long coûteux et aléatoire)
* la rue. Mais en France pour aboutir il faut un vrai pouvoir de blocage voire de nuisance.....
Bref c'est pas gagné.
On peut résumer notre situation par la célèbre réplique de Staline à propos des critiques et des menaces de l'église catholique : le Vatican combien de divisions blindées ?
Et bien pour l'état français : les fumeurs de pipe, combien de divisions ?

Merci à ce blog de permettre de se compter et d'entretenir cette passion.
Fumeurs de pipe de tous les pays : unissez-vous !

Gilmieug a dit…

C'est le moins que l'on puisse reprocher aux buralistes: ils on exercé des pressions pour limiter les ventes transfrontalières et ont réussi à les faire interdire par internet, et ils n'assurent pas le service auprès de la clientèle pour la majorité d'entre eux. Donc, ils vendent de la Camel et des tickets et ils s'emmerdent.
En fait, ils n'aiment pas le tabac, tout simplement.
Je mets à l'écart de mes attaques nos amis bien connus de fumeurs de pipe souvent salués: Patrick Cornu, Le Lotus, la Civette à Paris et quelques autres civettes en France etc. Ils font honneur à leur profession. D'ailleurs à la Civette du Palais Royal, on trouve presque toute l'offre de tabacs à pipes disponibles en France et il y en a finalement pas mal, entre Dunhill, Gawith, Peterson... Dommage en effet que certains grands noms n'y soient plus et on se bien demande pourquoi ?

Pour les politiques, disons-le simplement, ils sont tous dans le même moule: hygiénistes et perméables aux pressions.

François a dit…

Tout à fait d'accord, cela devient absolument insupportable. Excellent article.

othman jammal a dit…

a mon avis je pense que l'interdiction de livrer les tabac par la poste ou autres se base essentiellement sur la prévention de qlq dérives comme livrer de la drogue (hachich ou coc.ect..) .l’état française fonctionne sur le thème de vaut mieux ne pas ouvrir une porte a qlq pratiques que de prendre la responsabilité après de le fermer une fois ça dégénère .