25 septembre 2010

> FRANCOISE LEEMANS, CHAMPIONNE DE LA PIPE

publié dans Nord Eclair

Françoise s’est distinguée à Durbuy lors d’un championnat.
Une pipe à fumer longue de 41 minutes et 57 secondes. Ça donne envie, n’est-ce pas messieurs, à vous, amateurs de bon tabac aromatisé? Parce que c’est de cela qu’il s’agit ici, de pipe à fumer. Françoise Leemans, de Ghlin, s’est illustrée dans un championnat belge.


Françoise Leemans, 48 ans, employée de bureau, n’a pas honte de le dire: “ Oui, j’adore les pipes ”.
Pas grave si certains ont gardé en tête l’image du vieil homme bedonnant, affublé d’un chapeau et fumant sa pipe, tel l’inspecteur Maigret.
Aujourd’hui les temps ont changé et les femmes aussi apprécient le fait de bourrer, d’allumer et de consommer une bonne pipe.
Pas grave non plus si le mot “ pipe ” fait sourire, voire rougir certains à qui ce terme rappelle une pratique sexuelle répertoriée dans le kamasutra.
Françoise s’en moque, elle en rigole même! Et cela n’enlève rien à la prouesse réalisée le week-end dernier lors du championnat belge de la pipe au cours duquel la Ghlinoise s’est imposée au top du classement à Durbuy. “ Le jeu consiste à bourrer et allumer la pipe dans un temps imparti, et ensuite, surtout, à l’entretenir le plus longtemps possible ”, nous explique la championne de Belgique. Et c’est la troisième fois, rien que ça, que la dame tire mieux que les autres.
“ Une simple question de chance ”, précise-t-elle humblement.
Pas certain quand on voit à quel point la pipe est devenue une religion pour Françoise.
“ J’en ai presque 200 chez moi ”, nous confie-t-elle. En bois, en bruyère, terre cuite ou écume de mer, simples objets à fumer ou véritables pièces de collection, la maison de la Ghlinoise regorge de pipes. “ Certaines n’ont jamais servi, et ne serviront jamais tellement elles sont belles.
D’autres sont à usage unique, comme celle en maïs qui se consumerait en même temps que le tabac si je l’allumais ”, explique la championne.
Une collection imposante complétée au fil des années, et qui n’est pas prête de s’arrêter: “ je craque toujours pour une belle pipe ”.

1 commentaire :

Anonyme a dit…

Bonjour, j'ai toujours été attirée par l'odeur de la pipe, l'aura apaisante et le charme qu'elle dégage et je suis vraiment intéressée. J'ai regardé quelques reportages et lu quelques modes d'emploi, mais n'aipas encore osé me lancer. Les questions qui reviennent sont évidemment toujours les mêmes d'après ce que j'ai pu voir : quel modèle pour commencer et commettre ses premières maladresses.. Je suis très attirée par des modèles longs et courbes tels que les Chacom ou les Churchwarden, mais le tuyau en ebonite ne me tente pas trop. J'ai lu également que les pipes en écume de mer sont plus naturelles, n'altèrent en rien le goût du tabac et servent de filtre naturel.. Un conseil pour éclaircir ce labyrinthe enfumé..? Merci d'avance!!