Exemple

26 septembre 2015

► ANTON: une nouvelle Chacom créée par Tom Eltang

29 commentaires :

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Les prix de vente conseillés:

Naturelle cirée 245€
Marron brillant et Brune mate155€
Grise brillante 135€
Sablée brune 110€

Jacques a dit…

Elle est mignone cette petite Stanwell ... Pardon, Chacom. Un pur croisement entre une Ivarsson Père et/ou fille (Modèle Ida), une Jeppesen et une Balleby.

Dommage que St Claude ait encore une fois 25 ans de retard en matière de design et se contente de copier les formes les plus courantes de la production industrielle danoise. Une Apple ou une Tomato quarter bent avec des formes un peu mollasse, c'était novateur dans les années 90 du siècle dernier.

J'espère que les prochaines danoises que nous sortira Chacom seront la Cutty torsadée (Devil Anse), l'Eskimo d'Eltang, la Nautilus et la Ramsès de Bo Nord ce qui nous fera économiser entre 400 € et 600 € par rapport aux originales. Mais peut-être ne sont elles trop novatrices ?

Quelles seront les futures sources d'inspiration jurassiennes ? Les américaines peut-être ? Boswell, Learned, Nachwalter, Tinsky, West, Wiley ... Mais pas avant 2030 ? A croire que depuis 1825, cette entreprise n'a jamais fait de pipes ou que ses archives ont brûlées. Pathétique !

Lemosse a dit…

Bonjour Est-elle avec filtre 9 mm ?

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Non, elle n'est pas adaptée pour accueillir un filtre 9 mm.

Jacques, tu écris: Dommage que St Claude ait encore une fois 25 ans de retard en matière de design et se contente de copier les formes les plus courantes de la production industrielle danoise".

On ne peut pas arguer de cela, puisque c'est Tom Eltang qui l'a dessinée en 2015 spécialement pour cette entreprise de Saint-Claude.

Pour l'anecdote, le nom vient de celui d'un des deux petits-fils de Tom.

Gilmieug a dit…

La tête est jolie, elle rappelle effectivement certaines Stanwell. Personnellement je ne suis pas aficionados des tuyaux courts.

Jacques a dit…

Bonjour Nicolas,

Pour être tout à fait honnête, je trouve cette pipe plutôt agréable à regarder, malgré une tige un peu trop molle à mon goût.

Ceci-dit, le dessin d'Eltang pour Chacom date peut-être de 2015, mais vu qu'il s'inspire du travail de Lars Ivarsson (http://www.danishpipemakers.com/makers/ivarsson/index.shtml), de sa fille plus récemment (http://www.danishpipemakers.com/makers/nanna/index.shtml), de Benni Jørgensen (http://www.danishpipemakers.com/makers/benni/index.shtml), d'Ivan Host Nielsen (http://www.danishpipemakers.com/makers/ivanholst/index.shtml), de Leo Børgart (http://www.danishpipemakers.com/makers/leo/index.shtml), de Peder Jeppesen (http://www.danishpipemakers.com/makers/peder/index.shtml) et d'au moins 5 ou 6 modèles de Stanwell réalisées en collaboration entre 1987 et 2005 par ces artisans pipiers, j'ai bien peur que la nouveauté date un peu ...

En tout cas, j'ai tout un tiroir de pipes artisanales et semi-industrielles achetées dans les années 90 qui lui ressemblent beaucoup, (et avec un peu plus de caractère, même).

Serait-ce le démantellement de Stanwell et sa fabrication en sous-traitance par Barontini en Toscane annoncée sur PipeGazette par Nicolas en 2012 (http://www.pipegazette.com/2012/07/video-fabrication-des-pipes-stanwell-en.html) qui serait à l'origine de cet engouement nordique ? Je ne serai absolument pas surpris qu'après être sous-traitant de Rattray's (copiant allégrement Peterson), Chacom soit ou veuille devenir sous-traitant de Stanwell pour imiter Stanwell ... d'antan. Dire qu'à l'époque, j'avais fuis les jurassiennes à cause du mastic, des sandpits et du travail baclé, espérons simplement que Chacom ne renoue pas avec ses pratiques du passé ...

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Je te l'accorde, ce n'est pas un modèle révolutionnaire. Je le classe même dans la catégorie des classiques, finalement.
Tu faisais plus haut référence à la cutty torsadée de Tom Eltang, elle est osée et réussie. Pourquoi pas, en effet, imaginer une Chacom/Eltang sur cette base ?

S'agissant du mastic, je le fuis comme la peste, tout comme toi. Mais il n'est pas l'apanage des maisons sanclaudiennes (d'ailleurs, il me semble qu'il a tendance à disparaître, dans la mesure où le sablage est redevenu une noble solution): je me rappelle avoir acheté une Stanwell freehand dans les années 1980: elle en était tartinée !

Lemosse a dit…

Je trouve que la sablée présentée est ratée.

Jacques a dit…

Je crois que tu as trouvé le terme exact, elle est assez classique dans le genre et nous renvoie à l'image familière qu'on se fait d'une pipe danoise.

Concernant la Cutty torsadée sablée d'Eltang, c'est une pipe que j'adore fumer en voiture. Elle est très légère et offre une prise en main agréable. Une Cutty avec ou sans talon (encore appelé bouton sur les Belges) renouerait avec la tradition de Chacom/Comoy's et serait vraiment originale. Ferndown réalise ainsi des torsades sur les bols et/ou les tiges de sa gamme Réo. Ses pipes sont vraiment superbes alors qu'il ne s'agit que de simples Billiards/Néogène classiques. De même, les rodhésiennes et bulldogs permettent de nombreuses évolutions en terme de design et de finitions, j'en veux pour preuve l'Eskimo (ou l'Ukulele) du même Tom Eltang. Idem, une ultra-classique Oom Paul a pu donner la Ramsès chez Bo Nord. De telles formes permettraient de faire honneur au savoir-faire de leurs pipiers et justifierai au moins que les tarifs soient au niveau de ceux pratiqués par les artisans français, (comme Pierre Morel pour rester sanclaudien).

Quant aux sandpits, nous savons tous qu'ils sont inhérents à la bruyère et que même sélectionnés par Mimmo, peu de plateaux en sont exempts. Je suis tout a fait d'accord avec toi sur le fait qu'un sablage ou un rusticage bien fait permettrait de recycler nombre d'ébauchons sans avoir recours au masticage, lequel devient forcément immonde au bout de quelques années et donne au client le sentiment d'avoir été roulé. Ce phénomène n'est pas propre à St Claude comme tu le soulignes justement, mais St Claude est l'endroit au monde où il est (ou a été) le plus pratiqué.

Est-ce impossible de faire autrement, je ne le crois pas. J'ai de nombreuses et vieilles Parker vernies (marque seconde de Dunhill vendues autour de 35-40 £) sur lesquelles, j'ai supprimé tout le vernis pour les cirer. A ma grande surprise, sur 23 pipes aucune ne comportait de mastic, ni de sandpits visibles. J'ai même eu de belles surprises lors du passage au touret de polissage avec quatres pipes présentant des yeux de perdrix tout à fait remarquables. Comme quoi, une sélection rigoureuse opérée par le pipier en atelier est efficace et évite la suspicion de la clientèle sur des marques entières, voire toute une production industrielle regroupée ou non sous la bannière d'une folklorique, inutile et désuète confrérie ...

Maurizio Capuano a dit…

Dear Friends, I apologize if I write in English, but I'm italian and I just understand French, but I can't write. I'm a lover of French pipemaking: I visited Saint-Claude, I met Gaël Coulon and bought lot of french pipe in the years. I used to smoke french tobacco and I still love it but this is another story.
Now, I'd just like to say that I hope that Chacom, Butz-Choquin, etc. will finally find a way to make real french pipe, because what I see here is a danish pipe made in France.
Maybe, they should visit the Pipe Museum of Saint-Claude to remember the franch way of pipemaking. I think there can be a pipe renaissance there in France, but pipemakers need to be more brave to (re)create a real french style.
My two cents.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Hello Maurizio. Nice to read you here. I translate your text in French.

Voici la traduction du commentaire de Maurizio:

"Chers amis, excusez-moi si je vous écris en anglais, mais je suis italien et je comprends juste le français, mais je ne peux pas l'écrire.
Je suis un amoureux des pipes faites en France: j'ai visité Saint-Claude, j'ai rencontré Gaël Coulon et acheté beaucoup de pipes françaises au fil des années. J'ai l'habitude de fumer du tabac français et je l'aime toujours, mais c'est une autre histoire.
Maintenant, je voudrais juste dire que je souhaite que Chacom, Butz-Choquin, etc. trouvent enfin un moyen de faire de vraies pipes françaises, parce que ce que je vois ici est une pipe danoise fabriquée en France.
Peut-être devraient-ils visiter le Musée de la Pipe de Saint-Claude pour se rappeler la tradition française de la fabrication de pipes. Je pense qu'il peut y avoir une renaissance de la pipe en France, mais les pipiers doivent être plus courageux pour (re) créer un vrai style français."

Anonyme a dit…

Anton, Chacom et Tom...

Jacques a dit…

Hello Maurizio,

Thank you very much for your intervention on this blog. If you understood my first message, we have the same analysis. Why to copy a Danish style when we are a french pipes factory ? Castello, Savinelli, Brebbia, l'Anatra, Mastro de Paja developped a specific design, immediately recognizable with a quality of manufacturing much superior to the current industrial french pipe (Butz-Choquin or Chacom).

But historically, most of the classic shapes used in UK by Dunhill and others pipes factories were created to St Claude and the quality of french pipe was correct or good in the 80s. Corsican briar was plentiful, not expensive and the quality was excellent. Then, the french market of pipe collapsed during 90s. St Claude factories produced a lot of pipes low cost of very bad quality, faills, sandpits, lot of mastic on the bowl or shank. Conversely, Danish and Italian pipemakers choosed to produce high grade pipes. The amateurs of beautifull briar stopped buying french pipes. (It's the same phenomemon for the cars, I had one Renault in my life and seven german or swedish cars and never more, I will buy french cars).

Today in France, they are very few of competent independent pipemakers : Pierre Morel, David Enrique, Jean Nicolas, Trever Talbert, Thierry Mélan, Sébastien Beaud. Coulon is definitively closed, but you can buy Lacroix pipes directly to St Claude shop (near the Cathedral) or on the web. But french factories, make pipes without soul, with a lot of defects and a very commonplace design. Savinelli, Castello, Charatan, Northern Briars, Les Wood-Ferndown, James Upshall, Millville, Dunhill produces industrial or semi-industrial pipes of much superior quality, with beautiful and original shapes. I regret it, but it's the sad truth. For me, as like numerous french pipe smokers, the industrial french pipe is definitively dead. Fortunately, they are still good craftsmen in France.

Best regards.

Charly a dit…

Si je ne me trompe pas Trever Talbert est reparti aux Etats Unis ?

Jacques a dit…

Tu as tout à fait raison, cela m'est sorti de l'esprit lorsque j'ai écrit le message ce matin. Donc un de moins !

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Je fais partie de ceux qui pensent que la pipe industrielle française a de l'avenir (même si c'est difficile dans le contexte actuel) si les usines se concentrent sur ce qui reste son image (tout comme les anglaises, d'ailleurs): les formes classiques.
J'en veux pour preuve le succès des ventes des Genod/Beo et des Ropp sur smokingpipes.com

Cela n'empêche pas de faire une pipe de l'année un peu différente, et des séries limitées. Pour moi comme pour beaucoup, la Chacom 2015 était une vraie réussite: forme classique (egg) avec croûte du plateau apparente sur le fourneau.

Jacques a dit…

Je suis d'accord avec toi, Nicolas, les formes classiques qui ont fait la réputation de St Claude (au point que Dunhill se fournisse à une époque chez Butz) ont beaucoup plus de charme que ce qui sort actuellement des ateliers. Or, force est de constater que BC et Chacom ont une attitude strictement inverse. Ils doivent avoir raison d'agir ainsi puisqu'ils n'ont pas encore déposé le bilan contrairement à EWA. Simplement, ils se passeront de ma clientèle pour très longtemps.

Maurizio Capuano a dit…

Jacques and Nicolas I totally agree with you.
That's why I wrote "Renaissance of French Pipe"... I strongly believe that there's a future for french pipe, but pipemakers and pipemakers need to be more brave...

Maurizio Capuano a dit…

Ah, I forgot. It's true that classical shape are french and english, but there's examples of variations on classical shapes that are strictly french: for example, la Butz Choquin Chateleine! It's a billiard, but with great little variations...

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Là où je ne vous suis pas, c'est que la plupart des pipes faites aujourd'hui à Saint-Claude sont des classiques. La mise en exergue de pipes de l'année ou de séries spéciales ne doit pas occulter la production quotidienne.

Jacques a dit…

Classique, oui et non ! Certes Nicolas, on retrouve plus de diversité de formes chez Butz que chez Chacom qui semble privilégier les quarter ou half Bent, hormis les traditionnelles Billiard (Néogène en France) et Dublin.

Mais si tu recherches une Bulldog straight (Haïti en France), une Bulldog bent, une Bullcap, une Prince, une Egg, une Apple, une Apple bent, une Author, une Canadienne, une Lumberman, une Lovat, une Liverpool, une Cavalier, une Pear - Acorn, une Panelled Billiard, une Chimney, une Cutty, une Poker, une Pot, une Zulu, une Stubby, une Brandy, une Bing, il vaut mieux t'adresser à Sébastien Beaud ou à Pierre Morel que de tenter d'en chercher une dans le catalogue de ces deux marques. Avec beaucoup de chance, tu trouveras un modèle correspondant (en taille et en finition unique le plus souvent), mais la plupart du temps soit les formes classiques ont été modifiées ou retirées du catalogue. Parfois même, il y a des erreurs. Un modèle est anoncé comme Bulldog (à tuyau diamant) alors que la pipe est une Rhodésienne bent à tuyau rond. C'est sans importance, hormis que ça ne fait pas très sérieux pour une maison comme BC ...

Sans aller jusqu'à la déclinaison de tous les modèles par groupe comme le fait Dunhill, il me semble que trois tailles serait un minimum (Brûle-gueule, medium, XL) en finition lisse et sablée plutôt que des formes classique plus ou moins abatardies sans logique apprente, telle la Cherrywood minuscule (taille brûle-gueule), lisse uniquement, avec tuyau acrylique rouge pétant chez BC !!! L'avantage des pipes Cherrywood ou Poker, c'est de pouvoir les poser, alors pourquoi se contenter d'une taille XS alors qu'une taille L ou XL correspondrait plus à un usage en soirée. Par ailleurs, je ne doute pas que certains aiment les tuyaux rouge Ferrari, moi pas du tout. En conséquence, j'ai acheté une Poker Charatan sablée avec tuyau saddle en ébonite double confort sur le net et complété ma commande par une grosse Bulldog Charatan sablée alors qu'en France il est plus que difficile de trouver ce modèle en taille medium.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

acques,

Des classiques chez Chacom, tu en as tout de même pas mal:

VOIR LE SITE AU CAID >>

Je suis de ceux qui ont un regard critique sur la pipe française industrielle, mais j'applique le même regard critique aux pipes industrielles allemandes (Vauen), néerlandaises (Big Ben), danoises (Stanwell)...

J'ai acheté une Vauen à Berlin il y a quelques années: un point de mastic vient de magnifiquement cloquer. Un lecteur m'a signalé récemment avoir acheté à un prix moyen une pipe de Saint-Claude (sans marque je crois) qui était truffée de sandpits. J'ai possédé une Stanwell tartinée de mastic. Je l'ai jetée, tellement j'étais écoeuré. Mais j'ai une magnifique Chacom forme chasse dont le grain mêlé est parfait, sans aucun défaut. Et une Stanwell courbe flammée au bois clair parfait.

Je pense donc que bon nombre de Français tapent avec plus d'enthousiasme sur... les Français.

Jacques a dit…

Bonjour Nicolas,

Je sais bien que le french bashing est à la mode en ce momemt, tant sur le plan économique, que sportif, tel n'est pas mon propos. Je distinguerais toutefois deux aspects, la variété des formes et la qualité globale.

J'ai bien regardé le catalogue de Chacom chez Didier et c'est bien ce je te disais. On trouve principalement des Bent, des Billiard, des Dublin et quelques très rares modèles de Canadienne, Lovat, Poker, Bulldog (parce que l'on est à Paris et que la clientèle en réclame). Mais combien de tailles différentes d'un même modèle hormis les trois premières citées ? La plupart du temps une seule référence de forme pour différentes finitions.

Concernant, la qualité, je n'ai jamais eu aucun problème avec des pipes artisanales (Morel, Enrique, Nicolas, Mélan, LJ Georges, Lacroix 5*, ...). Pour les industrielles françaises, c'est leur grande inconstance qualitative que je leur reproche. Personnellement, mes sanclaudiennes fûment parfaitement après 30 ou 35 ans, n'ont pas de sandpits, de failles, ni de mastic. Il faut dire qu'à l'époque sur les conseils de mon père, j'achetai principalement des virgin (Supermate BC, Nature CC) ou toute falsification est immédiatement visible. J'ai eu des pipes parfaites à moins de 50 francs (en 1980) et vu des horreurs à 300 francs, vite recallées au grand dam de civetiers parisiens. J'ai acheté des BC et des Chacom jusque dans les années 1990, soit une cinquantaine de pipes en tout. A cette période, la qualité était devenue telle que j'ai arrêté pour acheter des Stanwell, des Peterson et des Savinelli. Beaucoup moins de problèmes à l'époque. Cela n'a pas duré pour Peterson car c'est aujourd'hui c'est la même loterie qu'avec les sanclaudiennes (vendues à un tarif prohibitif par Chacom en France, mais trouvables à moitié ou au tiers du prix en UK). Pour Stanwell, après une phase d'apogée vers l'an 2000 a suivi une phase de déclin, au point de ne plus exister aujourd'hui que par la sous-traitance. Concernant Savinelli et les italiennes comme Ser Jacoppo ou Il Ceppo, Morelli, j'ai rarement été déçu et Al Pascia m'a même changé une pipe dont un sandpits avait sauté de la face avant du bol, plus de 8 mois après l'achat !

Aujourd'hui, le prix de vente des pipes industrielles françaises et quasiment du même niveau, sinon plus élevé que les pipes artisanales (si on compare avec les sites de Pierre Morel, de Sébastien Beaud/Paul Viou ou de Tierry Mélan prétournées et hand made). Qu'est-ce qui justifie cette particularité ? A partir de quel tarif est-on en droit de pouvoir faire confiance à un fabricant (autrement dit, n'avoir ni sandpits, ni faills, ni mastic, un perçage correct et une pipe qui ne glougloute pas) ? 50 euros, 100 euros, 200 euros, 300 euros, plus ... ?

Cet été, je suis descendu dans le Var chez des amis, passage obligé à Cogolin chez Courrieu, deux heures trente en boutique, plus de 150 pipes manipulées et aucun achat ... Il y a 15 jours, je passe une semaine à Birmingham pour le travail, j'en profite pour faire un tour à Towcester chez Blakemar briars dont j'avais entendu vaguement parler sur un forum (http://www.blakemar.co.uk). Excellente surprise, des formes classiques et des pipes plutôt bien finies. Je suis reparti une heure plus tard avec 3 pipes (une à 54 £ et deux autres à 72 £) qui ne présentent aucun des défauts visés ci-dessus et fûment très bien. Les raisons ? Un contrôle-qualité des produits faite par le pipier, pas par le client.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Je partage ton analyse sur l'excellence des pipes "industrielles" anglaises et italiennes.

Jacques a dit…

Chez Savinelli, je ne sais pas si tu connais les grezze, Nicolas ?

En fait, des pipes non finies, brutes, découvertes dans un post lors d'une discussion entre deux américains sur pipesmagasine et disponibles içi : http://www.bollitopipe.it/savinelli-grezze-c-10_53_436.html?page=1&sort=2a

J'en ai fait venir quelques unes pour faire un peu de bricolage l'hiver dernier. Très agréable surprise. Malgré des bruyères de beauté moyenne, il y a très très peu de sandpits, aucune faille et après plusieurs polissages au papier de verre, teinture, polissage au touret ou rusticage, on obtient des pipes très convenables pour un prix ridicule. J'ai monté certaines pipes avec des bagues argent, toutes avec un tuyau repercé coniquement à 4,3 mm, en ouvrant bien la lentille avec différentes limes et obtenu d'excellentes fumeuses. Pas de quoi se prendre pour un pipier, mais un agréable passe-temps, bien pratique pour comprendre la réalité du travail et qu'il faut peu de chose pour améliorer l'esthétique et l'utilisation d'une pipe.

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Ah, oui, j'avais vu sans voir... C'est intéressant, et au prix de vente, on ne risque pas grand chose à s'amuser !

Anonyme a dit…

Anton... Antoine est le prénom du boss de Chacom... Un hasard?

Anonyme a dit…

La prochaine s'appellera Narcisse !

Nicolas de Pipe Gazette a dit…

Comme écrit plus haut, Anton est le prénom de l'un des petits-enfants de Tom Eltang.