Exemple

28 novembre 2008

> DES HOMMES PRÉFÈRENT LES BRUNS

Qu'appelle-t-on tabacs bruns ? Fabriqués à partir de plants de Kentucky ou de Paraguay, ces tabacs ont pour caractéristique d'être torréfiés, ce qui leur confère cette couleur sombre et ce goût typique assez puissant. On ne trouve guère ce genre de tabac qu'en France et en Belgique ainsi que, dans une moindre mesure, en Suisse.
Exemples de ce type: la gamme des scaferlatis Caporal (dont le fameux Gris en cube), connus en France depuis le Second Empire, et les Semois, dont la culture commença au milieu du 19° siècle en Belgique.
Interrogés par la revue professionnelle "Boutique Pipes", des fumeurs ont tour à tour parlé, à propos du Gris, de tabac "râpeux, qui vous assèche les muqueuses", "rustre qui vous renvoie vers une idée du naturel" et "apprécié à la manière d'un vin qui a du caractère". Jamais d'indifférence, mais de la passion, positive ou négative.
Souvent délaissés par les nouveaux fumeurs de pipe, associés à une image vieillotte, ils méritent qu'on les redécouvre. Car, loin des clichés qu'on aime en tirer, ce sont des mélanges qui exigent une attention particulière, un fumage en douceur, pour en découvrir toutes les subtilités. A condition, tout de même, d'aimer les tabacs assez corsés, que certains apparentent au cigare.


Un conseil: pour découvrir cet univers de tabacs authentiques, choisissez d'abord le Bergerac. Conditionné en paquet sous vide de 40 grammes, il conserve un taux d'humidité satisfaisant, alors que le Gris, le Bleu et le Vert, dans leur emballage en papier, vous seront vendus trop secs une fois sur deux. 
Si vous optez pour ces derniers, en cube, exigez de votre buraliste qu'ils soient souples sous les doigts et non cassant. Autrement dit,lorsque vous exercez une pression avec le pouce et l'index sur votre cube, vous ne devez pas sentir de craquement des brins, mais une vraie souplesse, signe de fraîcheur.


A PROPOS DU BRUN...


Le journaliste Pierre Sabbagh dans son Guide de la Pipe écrivait en 1973:


Aujourd'hui, je n'en change plus, je suis fidèle au "gros cul"... Parfois des amis me proposent de goûter leur mélange. Je dois avouer que je suis devenu très méfiant, pour ne pas dire maniaque , sur ce chapitre-là: je renifle, je tâte, et très souvent je refuse poliment; surtout s'il colle aux doigts. De même, s'il a une odeur désagréable, je n'en veux pas. Le Gris n'a pas d'odeur désagréable: il sent le tabac, tout simplement.


Les bruns, par Sylvain, jeune fumeur de 2008:

Je suis un amateur de bruns.
Ces tabacs sont souvent délaissés, voire boudés par de nombreux fumeurs.
Et pour cause, ce sont des tabacs assez forts, qui ne dégagent pas un arôme particulièrement riche, mais plutôt une saveur franche et unique. Ils sont loin d’avoir un coté fruité, ou sucré, quant à la douceur…
Pourtant, je trouve à chaque brun un goût particulier, quelque chose à lui, voire même plus de différence de l’un à l’autre que certains blends de Dunhill ou Mc Barren.
C’est évidemment une question de goût personnel, mais je m’autorise ce plaidoyer pour inciter ceux qui ont été déçus par ces tabacs à réessayer, et à en goûter des différents.
Le Semois peut être un bon début, mais il ne faut pas s’arrêter à celui-ci, et ne pas hésiter à en goûter d’autre, tel que le Supérieur, ou le Brouteux, et surtout le fameux Gris de nos grands pères.

Si j’ai réussi à vous faire envie, à vos bouffardes !

__________________________________________________
INFOS EN BREF...
-Un nouveau président: Alain Pungercar, membre de la Confrérie Sarre et Albe (Sarreguemines), a été élu président du Pipe Club de France, en remplacement d'Alain Letulier.
-La Civette ( 157 rue Saint-Honoré à Paris, 1° arr.) organise jusqu'au 24 décembre une exposition-vente exceptionnelle de pipes au premier étage du magasin. Sont représentées les marques BC, Chacom, Davidoff, Dunhill, Savinelli, Big Ben, Hilson, Porsche, et Peterson.(Renseignements: 01 42 96 04 99).
-La maison Courrieu a fermé ses portes à Saint Tropez, mais les deux boutiques de Cogolin sont toujours ouvertes.
-Lacroix également va baisser le rideau: le magasin du centre-ville de Saint-Claude devrait fermer définitivement courant 2009.
-Emily et Trever Talbert, pipiers américains installés en Loire- Atlantique, ouvrent une boutique en ligne, proposant des produits dérivés: t-shirts, casquettes, mugs etc...: www.cafepress.com/talbert .
_________________________________________
Contact rédaction: pipegazette@hotmail.fr

VUES

4 commentaires :

Nelson a dit…

Hormis dans les cigares, le brun n'est pas ma "tasse de thé", il arrache trop. Sa force, son côté entêtant, son amertume font un cocktail qui me tourne la tête et me donne des haut-le coeur au bout d'un temps.
Parfois, du gris lors de randonnées m'est agréable. Image du passé liée à un aspect naturel, cela reste (pour moi) de l'ordre du psychologique.

Anonyme a dit…

Merci à la rédaction de cette gazette que je vais suivre avec attention !

jo a dit…

le bergerac le premier tabac que je fume dans une pipe neuve . il faut le fumer lentement pour s'appréciaient se qui va très bien avec un culottage .

Anonyme a dit…

Un bon brun qui mijote lentement dans une vieille bruyère,y a pas mieux!
Un bon semois,par exemple...